Dé­ci­sion main­te­nue au GMF des Et­che­mins

La Voix du Sud - - ACTUALITÉS - SERGE LA­MON­TAGNE sla­mon­tagne@la­voix­du­sud.com

SAN­TÉ. Mal­gré les in­ter­ven­tions du dé­pu­té de Lé­vis Fran­çois Pa­ra­dis et du mi­nistre de la San­té Gaé­tan Bar­rette, la dé­ci­sion de ré­ser­ver les plages ho­raire de sans ren­dez-vous du GMF des Et­che­mins aux per­sonnes sui­vies par un mé­de­cin de fa­mille du GMF ne se­ra pas mo­di­fiée. Ce­la ne veut pas dire que les pa­tients or­phe­lins se­ront mis de cô­té pour au­tant.

C’est ce qu’ont sou­li­gné les doc­teures Ca­ro­line Lan­dry et Paule Lab­bé du GMF des Et­che­mins, lors d’un en­tre­tien té­lé­pho­nique ven­dre­di der­nier.

Mme Lan­dry a rap­pe­lé que cette dé­ci­sion, ef­fec­tive de­puis le 1er fé­vrier, avait un but pré­cis. « Nous nous sommes aper­çus que nos pa­tients ins­crits avaient de plus en plus de dif­fi­cul­tés à avoir ac­cès à un mé­de­cin de fa­mille au sans ren­dez-vous. Comme notre prio­ri­té est de s’as­su­rer que nos pa­tients puissent voir ou consul­ter leur mé­de­cin dès qu’ils ont un pro­blème de san­té, nous avons dé­ci­dé de ré­or­ga­ni­ser nos ser­vices afin de leur per­mettre d’ob­te­nir une plus grande ac­ces­si­bi­li­té et de nous voir en temps op­por­tun », a-t-elle pré­ci­sé.

Pour les per­sonnes ayant un mé­de­cin de fa­mille en de­hors des lo­caux du Centre de san­té, elle rap­pelle qu’il est pré­fé­rable que celles-ci conti­nuent à consul­ter leur mé­de­cin di­rec­te­ment à sa cli­nique, peu im­porte où elle se trouve, car ce­lui-ci dis­pose de tous les ren­sei­gne­ments lui per­met­tant de suivre son pa­tient.

Quant aux clients or­phe­lins n’ayant pas de mé­de­cins de fa­mille, la doc­teure Paule Lab­bé leur rap­pelle qu’il est im­por­tant de s’ins­crire sur la liste du gui­chet d’at­tente pour un mé­de­cin de fa­mille et que ceux-ci s’en ver­ront at­tri­buer un dans un dé­lai as­sez ra­pide, car le temps d’at­tente est as­sez court dans Les Et­che­mins.

«On va s’as­su­rer que ces gens aient un mé­de­cin de fa­mille et après, ils au­ront plus fa­ci­le­ment ac­cès aux cli­nique sans ren­dez-vous. On a en­core de la place pour ac­cueillir de nou­veaux pa­tients », in­dique Mme Lab­bé qui rap­pelle que le taux d’ins­crip­tion à un mé­de­cin de fa­mille est de 90 % dans Les Et­che­mins, ce qui est l’un des meilleurs taux de prise en charge de la pro­vince.

En pa­ral­lèle, Mmes Lan­dry et Lab­bé sou­lignent que l’équipe mé­di­cale du GMF des Et­che­mins s’en­gage à prendre cette clien­tèle en charge et lui of­frir des soins mé­di­caux lors­qu’elle en au­ra be­soin. Si les pa­tients or­phe­lins ne peuvent ob­te­nir de ren­dez-vous en tant que tel, ceux qui au­ront un pro­blème de san­té pour­ront se pré­sen­ter au Centre de san­té où ils se­ront d’abord éva­lués par une in­fir­mière cli­ni­cienne.

« Il n’y a pas d’obli­ga­tion pour nous de voir la clien­tèle or­phe­line, mais il en va de notre res­pon­sa­bi­li­té. La mo­da­li­té ac­tuelle ne brime pas l’ac­cès aux clien­tèles or­phe­lines, qui d’en­trée de jeu peut être vue par une in­fir­mière cli­ni­cienne, mais pas né­ces­sai­re­ment de fa­çon au­to­ma­tique par un mé­de­cin. Si sa si­tua­tion né­ces­si­tait un sui­vi et que la per­sonne n’a pas de mé­de­cin de fa­mille, on va l’in­ci­ter à s’ins­crire», pré­cise Mme Lan­dry.

LE MI­NIS­TÈRE IN­FOR­MÉ

Après la sor­tie du mi­nistre Gaé­tan Bar­rette qui avait in­di­qué, sur les ondes de Pas­sion-fm la se­maine der­nière, que la dé­ci­sion du GMF n’avait pas lieu d’être et qu’il en­ten­dait in­ter­ve­nir dans le dos­sier, France Tan­guay de la Di­rec­tion des ser­vices pro­fes­sion­nels du CISSS de Chau­dière-ap­pa­laches a sou­li­gné que des dis­cus­sions avaient eu lieu avec des re­pré­sen­tants du mi­nis­tère de la San­té et le sous-mi­nistre mer­cre­di der­nier.

«À leur de­mande, des pré­ci­sions leur ont four­nies. Nous avons pré­ci­sé qu’il était de notre pré­oc­cu­pa­tion de nous as­su­rer que la po­pu­la­tion des Et­che­mins ait ac­cès à des ser­vices de qua­li­té et que la clien­tèle or­phe­line qui vient au GMF est ren­con­trée puis éva­luée», a-t-elle pré­ci­sé.

Quant au sys­tème Bon­jour San­té par le­quel les gens doivent tran­si­ter pour ob­te­nir un ren­dez-vous, Mme Tan­guay a sou­li­gné qu’il se­ra rem­pla­cé par un nou­veau sys­tème de ren­dez-vous qui cou­vri­ra l’en­semble du Qué­bec et se­ra har­mo­ni­sé à l’en­semble des GMF. Le GMF des Et­che­mins de­vait y être bran­ché en fé­vrier, mais ce­la de­vra at­tendre quelques se­maines.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.