Nou­velle vie pour Vincent Clermont-Le­duc

La Voix Pop - - ACTUALITÉS - JUS­TINE GRA­VEL jus­tine.gra­vel@tc.tc

BIEN­FAI­SANCE. De­puis un triste in­ci­dent qui lui a fait perdre l’usage de ses deux jambes, Vincent Clermont-Le­duc n’a ja­mais ces­sé de tra­vailler pour re­trou­ver son train de vie d’avant. La ligue des bons amis (LDBA) l’a ai­dé à fran­chir un pas de plus dans cette di­rec­tion en lui of­frant une voi­ture adap­tée à ses be­soins.

C’est en juin 2014 que la vie de Vincent a bas­cu­lé. Alors qu’il se pré­las­sait sur la plage d’Oka avec des amis, le ré­sident de Saint-Hen­ri a eu en­vie de faire une der­nière bai­gnade avant de quit­ter. Il est donc par­ti à la course dans l’eau et est tom­bé par en avant. L’im­pact de la chute a fait écla­ter sa sep­tième ver­tèbre cer­vi­cale dans sa moelle épi­nière, ce qui l’a pa­ra­ly­sé sur le coup.

«J’étais conscient jus­qu’à mon ar­ri­vée à l’hô­pi­tal. À ce mo­ment, je ne pou­vais pas bou­ger mes jambes ni mes bras. Tran­quille­ment, j’ai re­trou­vé l’usage du haut de mon corps, mais je ne pour­rai plus ja­mais mar­cher», re­late le jeune homme de 27 ans.

Ce­la fait main­te­nant trois ans que Vincent se dé­place en fau­teuil rou­lant. Tou­te­fois, il sou­tient qu’il n’a ja­mais trou­vé dif­fi­cile de s’adap­ter à ce nou­veau mode de vie en adop­tant une at­ti­tude po­si­tive. Il dé­plore tou­te­fois la dif­fi­cul­té de re­ce­voir de l’aide gou­ver­ne­men­tale.

«Ce que j’ai trou­vé le plus dur c’est la so­cié­té en tant que telle. Ce n’est pas fa­cile de re­ce­voir de l’ar­gent, c’est sou­vent très long comme pro­ces­sus, men­tionne-t-il. L’ac­ces­si­bi­li­té des lieux aus­si c’est dif­fi­cile.»

Ce­lui qui étu­die pré­sen­te­ment en san­té et sé­cu­ri­té au tra­vail à l’Uni­ver­si­té de Mon­tréal compte d’ailleurs dé­fendre les vic­times d’ac­ci­dents en mi­lieu de tra­vail afin qu’ils re­couvrent ra­pi­de­ment leurs pres­ta­tions gou­ver­ne­men­tales.

DON­NER AU SUI­VANT

Lors d’un tour­noi de golf au club Belle Vue à Lé­ry, le 12 août, les membres de la LDBA, une ligue ami­cale de ho­ckey sur glace du Sud-Ouest de­ve­nue une oeuvre de bien­fai­sance, ont sur­pris Vincent en lui re­met­tant une voi­ture adap­tée.

«Je ne suis pas quel­qu’un d’émo­tif dans la vie, mais quand j’ai vu Louis ar­ri­vé avec la voi­ture, j’ai res­sen­ti tout plein de choses. J’étais à la fois ému, content et stres­sé», se re­mé­more-t-il.

Ce­lui qui a fon­dé la LDBA il y a plus de qua­rante ans, Louis Ar­se­nault, en a épa­té plus d’un en ar­ri­vant au vo­lant de la Dodge Grand Ca­ra­van de cou­leur blanche, un mo­dèle fa­ci­le­ment adap­table pour les per­sonnes à mo­bi­li­té ré­duite.

«De­puis trois ans, on amasse des fonds pour lui of­frir ce vé­hi­cule», ajoute M. Ar­se­nault.

De­puis 2011, après qu’un co­équi­pier soit de­ve­nu pa­ra­plé­gique à la suite d’un ac­ci­dent sur la glace, plu­sieurs membres de la LDBA ain­si que des bé­né­voles or­ga­nisent des tour­nois pour ve­nir en aide aux per­sonnes han­di­ca­pées phy­si­que­ment.

«C’est vrai­ment un gar­çon ex­tra­or­di­naire. Il n’a ja­mais bais­sé les bras et a tou­jours ac­cep­té sa condi­tion», sou­ligne Yves Ju­bin­ville, membre de la LDBA et ré­sident de Ville-Émard.

PLUS D’AU­TO­NO­MIE

Sa nou­velle voi­ture, équi­pée d’une pla­te­forme élé­va­trice et d’une ma­nette pour avan­cer et frei­ner, lui per­met­tra d’ac­qué­rir plus d’au­to­no­mie. Avant, c’était sa co­pine qui de­vait le conduire à ses cours à l’uni­ver­si­té et pour ses di­verses oc­cu­pa­tions. Main­te­nant, il pour­ra re­trou­ver une par­celle de sa vie d’avant en ne dé­pen­dant plus de quel­qu’un.

Le couple est d’ailleurs nou­vel­le­ment pa­rent d’un pou­pon de deux se­maines. «Mon bé­bé n’au­ra pas à pas­ser ses jour­nées dans une voi­ture main­te­nant que je pour­rai conduire moi­même» ajoute-t-il, pré­ci­sant que cette nou­velle ac­qui­si­tion ne pou­vait pas tom­ber à un mo­ment plus op­por­tun.

La pro­chaine étape est l’achat de jambes exos­que­lettes, qui lui per­met­tront de se dé­pla­cer plus fa­ci­le­ment dans les en­droits dif­fi­ciles d’ac­cès. La LDBA lui a d’ailleurs dé­jà of­fert un mon­tant de 10 000$ pour ce fu­tur pro­jet.

(Pho­to: Gra­cieu­se­té – LDBA) (Pho­to: Gra­cieu­se­té – Sté­pha­nie Le­duc)

L’édi­tion 2017 du tour­noi de golf de la LDBA a per­mis d’amas­ser près de 32 000$ pour ache­ter une voi­ture adap­tée à Vincent Clermont-Le­duc. Vincent Clermont-Le­duc s’en­traîne ré­gu­liè­re­ment chez Neu­ro Concept, à Ver­dun, grâce à un sys­tème de ré­en­traî­ne­ment à la marche par as­sis­tance ro­bo­ti­sée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.