Re­cord mon­dial

La Voix Pop - - LA UNE - JUS­TINE GRA­VEL jus­tine.gra­vel@tc.tc

IN­GÉ­NIE­RIE. Un groupe de treize étu­diants de l’École de tech­no­lo­gie su­pé­rieure (ETS) a ins­crit un nou­veau re­cord mon­dial de vi­tesse avec leur vé­hi­cule éo­lien dé­nom­mé Chi­nook, lors de la com­pé­ti­tion in­ter­na­tio­nale Ra­cing Ae­lous, aux Pays-Bas.

L’en­gin fait en fibre de car­bone est main­te­nant en­re­gis­tré comme la voi­ture fonc­tion­nant à l’éner­gie éo­lienne la plus ra­pide au monde avec un ra­tio d’ef­fi­ca­ci­té de 102,45 %. C’est ce ra­tio qui dé­ter­mine la per­for­mance dans l’uni­vers des vé­hi­cules éo­lien.

Sur une dis­tance de 500 m en ligne droite, le bo­lide a fi­lé plus ra­pi­de­ment que le vent, at­tei­gnant une vi­tesse d’en­vi­ron 18,5 km/h, alors que les ra­fales souf­flaient à 18km/h.

Pour par­ve­nir à sou­ti­rer le re­cord à la for­ma­tion de l’Uni­ver­si­té du Da­ne­mark, l’équipe d’étu­diants en gé­nie mé­ca­nique, élec­trique et lo­gi­ciel a com­plè­te­ment re­des­si­né le vé­hi­cule. La nou­velle trans­mis­sion, pièce maî­tresse du vé­hi­cule, leur a éga­le­ment va­lu le prix Ge­rard Broers pour l’in­no­va­tion.

« L’an der­nier, on a at­teint un ra­tio d’en­vi­ron 88%. Avec toutes les amé­lio­ra­tions qu’on a faites cette an­née, on s’at­ten­dait à amé­lio­rer notre per­for­mance de 12 à 15 % et on a réus­si », sou­ligne Ni­co­las Cô­té, vice-pré­sident mé­ca­nique et fi­nis­sant à la maî­trise en gé­nie mé­ca­nique, qui a par­ti­ci­pé aux deux édi­tions pré­cé­dentes. Quant à l’ETS, c’était sa sep­tième par­ti­ci­pa­tion à la com­pé­ti­tion in­ter­na­tio­nale.

Au terme des trois jours de com­pé­ti­tion, du 24 au 26 août, ils se sont aus­si po­si­tion­nés au som­met du clas­se­ment gé­né­ral, avec une moyenne d’ef­fi­ca­ci­té de 98,76 %, pour­cen­tage re­pré­sen­tant le ra­tio de leurs trois meilleures courses.

COM­PÉ­TI­TION IN­TER­NA­TIO­NALE

La com­pé­ti­tion se dé­roule à Den Hel­der aux Pays-Bas de­puis 2012, en rai­son de son em­pla­ce­ment par­ti­cu­lier. Étant le vil­lage le plus au nord du pays, tout près de la mer, le vent est tou­jours om­ni­pré­sent.

« Par contre, cette an­née, les condi­tions cli­ma­tiques n’étaient pas op­ti­males. La troi­sième jour­née de la com­pé­ti­tion, il n’y avait au­cun vent. L’épreuve de la drag race, la course d’ac­cé­lé­ra­tion, n’a donc pas eu lieu », re­late M. Cô­té.

Chaque an­née, il y a un im­por­tant tra­vail de lo­gis­tique à faire pour trans­por­ter le vé­hi­cule éo­lien en terre eu­ro­péenne. L’équipe doit dé­mon­ter la struc­ture puis pla­cer chaque mor­ceau dans des boîtes qui voyagent par voie ma­ri­time jus­qu’aux Pays-Bas.

«Chi­nook est en­voyé vers l’Eu­rope à la mi-juillet, his­toire qu’il ar­rive avant la com­pé­ti­tion qui a lieu à la fin août. Ça prend en­vi­ron trois se­maines, par­fois plus », men­tionne le fi­nis­sant de 26 ans.

Le club scien­ti­fique compte re­tour­ner dans le coin l’an pro­chain, pour une hui­tième par­ti­ci­pa­tion à la Ra­cing Ae­lous. Main­te­nant que plu­sieurs nou­veaux ve­nus ont ac­quis de l’ex­pé­rience, la concep­tion d’une toute nou­velle éo­lienne, la sim­pli­fi­ca­tion de son mât et la dé­fense du titre mon­dial sont au me­nu.

(Pho­to : Gra­cieu­se­té – ETS)

Chi­nook re­de­vient dé­ten­teur du re­cord mon­dial après l’avoir pos­sé­dé de 2012 à 2016.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.