CULTURE Oli­ver Jones tire sa ré­vé­rence en grand

La Voix Pop - - ACTUALITÉS - JUS­TINE GRAVEL jus­tine.gravel@tc.tc

FES­TI­VI­TÉS. Vi­si­ble­ment ému, le jazz­man Mont­réa­lais Oli­ver Jones est mon­té sur scène pour jouer une der­nière pièce de­vant son pu­blic, à la toute fin du spec­tacle te­nu en son hon­neur, sa­me­di après-mi­di. L’évé­ne­ment se dé­rou­lait au coin des rues Work­man et Georges-Va­nier, tout près de son an­cienne de­meure où il a pia­no­té pour la pre­mière fois à l’âge de trois ans.

«C’est un jour qui va res­ter dans mon coeur toute ma vie, a lan­cé l’homme de 83 ans au pu­blic. Ça fait 77 ans que je donne des spec­tacles et je peux of­fi­ciel­le­ment dire que je suis re­trai­té ».

C’est à croire que toute la Pe­tite-Bour­gogne s’était réunie pour l’oc­ca­sion. La foule était très nom­breuse, en­va­his­sant les rues avoi­si­nantes pour ne rien man­quer de ce spec­tacle qui met­tait en scène plu­sieurs ar­tistes ayant mar­qué la vie d’Oli­ver Jones. Son pas­sage dans leur vie a tout au­tant lais­sé des sou­ve­nirs in­ta­ris­sables.

HIS­TOIRES DE FA­MILLE

«Je le consi­dère comme mon oncle. Mon père et lui étaient in­dis­so­ciables à une époque. C’est un homme très gé­né­reux et sur­tout très humble », a ra­con­té Charles Biddle Jr, qui était res­pon­sable de l’ani­ma­tion du spec­tacle avec Kim Ri­chard­son.

Aux dires d’Oli­ver Jones, le ré­pu­té mu­si­cien Charles Biddle a pro­pul­sé sa car­rière il y a de ce­la près de 40 ans. C’est à son club de jazz qu’il a fait ses dé­buts dans le style pour le­quel il est main­te­nant re­con­nu. L’ani­ma­teur était d’ailleurs très tou­ché de sa­voir que son père avait joué un rôle aus­si im­por­tant dans la vie du cé­lèbre pia­niste.

Pour la chan­teuse Ra­nee Lee, sa grande amie de­puis main­te­nant 45 ans, Oli­ver Jones est comme son frère. Elle était par­ti­cu­liè­re­ment heu­reuse de pou­voir faire par­tie de ce spec­tacle hom­mage.

« Il m’a ap­pris beau­coup mu­si­ca­le­ment par­lant, mais sur­tout à pro­pos de l’ami­tié », a men­tion­né la chan­teuse après sa pres­ta­tion. Ses prouesses sur scène ont fait ri­go­ler M. Jones à maintes re­prises.

Le jeune pro­dige de 17 ans, Da­niel Clarke Bou­chard, ad­mire ce­lui qu’il consi­dère comme un men­tor. Ayant com­men­cé le pia­no au même âge, il as­pire à suivre ses traces.

« C’est quel­qu’un qui m’a ins­pi­ré pen­dant tout mon dé­but de car­rière. Je peux lui de­man­der son avis pour ma mu­sique, mais il me donne sur­tout des conseils de vie, comme être gen­til avec tout le monde », a sou­li­gné le jeune pro­dige.

Plu­sieurs autres ar­tistes étaient de la par­tie, comme Moah, Skin­ner Dean et les soeurs Fils-Ai­mé. Les membres du Mon­treal Ju­bi­la­tion Gos­pel Choir, sous la di­rec­tion de Tre­vor Payne, ont clos le spec­tacle. Une fi­nale tout en éner­gie avant de lais­ser la place au maître et ses doigts de fée pour une der­nière pres­ta­tion, qui s’est ter­mi­née par une ova­tion. Centre com­mu­nau­taire

Oli­ver Jones n’au­rait ja­mais pu croire que sa car­rière prenne un tel en­vol. Pe­tit, il ad­mi­rait Os­car Pe­ter­son, son voi­sin, après l’avoir en­ten­du jouer à l’église Union Uni­ted sur la rue De­lisle. C’est aus­si dans cette église de Saint-Hen­ri qu’Oli­ver Jones a fait son pre­mier spec­tacle à 5 ans.

Le voi­là main­te­nant un mu­si­cien de la même trempe, cé­lèbre non seule­ment dans son quar­tier, mais à l’échelle mon­diale. Au­jourd’hui, ce­lui qui a dé­jà joué pour la Reine Éli­za­beth et a fait le tour du monde plu­sieurs fois re­vient ré­gu­liè­re­ment vi­si­ter les jeunes de la Pe­tite-Bour­gogne pour leur dire de ne ja­mais ces­ser de rê­ver.

C’est d’ailleurs pour tout le temps qu’il leur consacre que le maire du Sud-Ouest, Benoit Do­rais, a dé­ci­dé de nom­mer le centre com­mu­nau­taire de la rue Do­mi­nion en son hon­neur.

« Pour moi c’était im­por­tant de lui rendre hom­mage, non seule­ment parce que c’est un géant du jazz, mais sur­tout parce qu’il n’a ja­mais ou­blié d’où il vient. J’ad­mire le fait qu’il dise aux jeunes que, même si on vient d’un mi­lieu mo­deste, on peut réus­sir », a-t-il sou­li­gné après l’évé­ne­ment dont il est l’ins­ti­ga­teur.

Chaque fois qu’Oli­ver Jones vient faire son tour dans le coin, il est épa­té de voir à quel point les lieux de son en­fance ont chan­gé. Il re­voit son quar­tier de l’époque, mais en ver­sion amé­lio­rée se­lon lui, avec la même di­ver­si­té cultu­relle et le ta­lent ar­tis­tique.

Main­te­nant re­trai­té, il compte conti­nuer à s’im­pli­quer au­près des jeunes de la Pe­tite-Bour­gogne en­core long­temps. « Un jour, a-t-il conclu, ce se­ront eux que nous ver­rons à la té­lé­vi­sion ».

(Pho­to : TC Me­dia – Denis Ger­main)

« Je laisse main­te­nant place à la re­lève », a men­tion­né Oli­ver Jones en fai­sant al­lu­sion au jeune pia­niste Da­niel Clarke Bou­chard.

(Pho­to : TC Me­dia – Denis Ger­main)

Tre­vor Payne di­rige les membres du Mon­treal Ju­bi­la­tion Gos­pel Choir.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.