Dé­mo­cra­ti­ser l’art contem­po­rain

La Voix Pop - - PETITES ANNONCES CLASSÉES - JUS­TINE GRA­VEL jus­tine.gra­vel@tc.tc

A R T. Réa­li­sant que l’art contem­po­rain était une vé­ri­table énigme pour ses étu­diants, le pro­fes­seur Nor­man Cor­nett a eu en­vie de le dé­mys­ti­fier pour le grand pu­blic par le biais d’ate­liers axés sur les échanges col­lec­tifs. Le 17 oc­tobre, l’ex­po­si­tion de l’ar­tiste Fran­çois Morelli fe­ra l’ob­jet d’une de ces « ren­contres dia­lo­giques » ou­vertes au grand pu­blic au 1700 La Poste sur la rue Notre-Dame Ouest.

L’ar­tiste plu­ri­dis­ci­pli­naire qui vit et tra­vaille à Mon­tréal pré­sente ses oeuvres jus­qu’au 17 dé­cembre dans ce lieu com­plè­te­ment re­vam­pé consa­cré aux arts vi­suels. Les ren­contres dia­lo­giques du pro­fes­seur Cor­nett se­ront l’oc­ca­sion de mieux com­prendre la si­gni­fi­ca­tion des pièces créées par M. Morelli.

« Je suis cons­cient que l’art contem­po­rain et son lan­gage peuvent être her­mé­tiques, les gens ont un cer­tain ma­laise vis-à-vis ce type d’art puisque se­lon eux c’est ré­ser­vé à l’élite et aux ini­tiés alors que c’est des­ti­né à tout le monde », men­tionne Nor­man Cor­nett.

M. Morelli trans­forme le ba­nal en es­thé­tique en don­nant une se­conde vie aux ob­jets que l’on croit ré­ser­ver à une seule utilité et c’est ce que le pro­fes­seur Cor­nett sou­haite faire dé­cou­vrir aux ré­si­dents du quar­tier.

Une fois que les par­ti­ci­pants au­ront contem­plé les oeuvres, ils se­ront in­vi­tés à s’in­ter­ro­ger sur le mes­sage qu’elles vé­hi­culent en échan­geant leurs per­cep­tions, entre eux et avec Fran­çois Morelli qui se­ra pré­sent à l’ate­lier. « Ce se­ra un tête-à-tête avec l’un des plus grands ar­tistes du Ca­na­da, la ren­contre de son ima­gi­naire avec ce­lui de l’au­di­toire », pré­cise le pro­fes­seur.

MÉ­THODE NON USUELLE

Pour le pro­fes­seur ori­gi­naire du Texas, il n’y a qu’une seule mau­vaise ques­tion et c’est celle qu’on ne pose pas. Son en­sei­gne­ment se base sur ce prin­cipe opé­ra­teur gui­dant les ate­liers qu’il pré­sente de­puis plus de 30 ans.

« Je sou­haite créer un en­vi­ron­ne­ment non me­na­çant afin que mon­sieur et ma­dame Tout-le-monde n’aient pas peur de se lan­cer, de po­ser des ques­tions et de par­ta­ger son point de vue et ses com­men­taires », ren­ché­rit M. Cor­nett.

Ce­lui qui a en­sei­gné à la fa­cul­té d’études re­li­gieuses de l’Uni­ver­si­té McGill pen­dant près de 15 ans est un adepte de tech­niques sor­tant du contexte tra­di­tion­nel. Il a lais­sé tom­ber les exa­mens et les tra­vaux, qui im­po­saient un stress énorme à ses élèves, pour leur ap­prendre à po­ser les bonnes ques­tions.

Main­te­nant, il agit à titre de pro­fes­seur in­vi­té dans plu­sieurs éta­blis­se­ments uni­ver­si­taires, où les étu­diants ap­prennent par le biais de cette mé­thode non usuelle.

Son en­sei­gne­ment a d’ailleurs fait l’ob­jet d’un do­cu­men­taire de la réa­li­sa­trice au­toch­tone Ala­nis Obom­sa­win por­tant sur ce qui qua­li­fie un bon pro­fes­seur. Fran­çois Morelli avait par­ti­ci­pé au film avec M. Cor­nett et a ap­pré­cié la mé­thode au point de vou­loir l’ap­pli­quer à sa propre ex­po­si­tion.

(Pho­to : Gra­cieu­se­té – Nor­man Cor­nett)

Les ré­si­dents sont in­vi­tés à échan­ger leurs per­cep­tions sur l’art contem­po­rain avec le pro­fes­seur Nor­man Cor­nett qui oeuvre éga­le­ment à titre de cri­tique d’art.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.