La­val­trie compte une Vé­né­rable

Dé­si­gna­tion par le pape Fran­çois

L'Action D'Autray - - ACTUALITÉS - Pierre Bel­le­mare

Na­tive de La­val­trie et ayant fon­dé la com­mu­nau­té des Soeurs de Mi­sé­ri­corde, vouée au se­cours des mères cé­li­ba­taires, Ro­sa­lie Ca­dron-Jetté est main­te­nant Vé­né­rable. Le pape Fran­çois a pro­mul­gué un dé­cret of­fi­cia­li­sant cet hon­neur, le lun­di 9 dé­cembre.

Le titre s’ac­quiert suite à la re­con­nais­sance par l’Église ca­tho­lique des ver­tus hé­roïques d’une per­sonne. L’ex­cel­lente nou­velle se­ra sou­li­gnée au cours de la pro­chaine an­née à la Mai­son Ro­sa­lie-Ca­dron de La­val­trie.

Che­mi­ne­ment

Ro­sa­lie Ca­dron est is­sue d’une fa­mille de culti­va­teurs. À l’âge de 17 ans, elle épouse Jean-Ma­rie Jetté. Le couple s’ins­talle dans la mai­son des pa­rents de Ro­sa­lie. Y naissent leurs six pre­miers en­fants. Elle est re­con­nue comme une femme pa­tiente, avide de connais­sances et dé­si­reuse de don­ner une bonne ins­truc­tion à ses en­fants. Elle est aus­si connue pour sa gé­né­ro­si­té.

Le couple vit à La­val­trie jus­qu’en 1822. Il s’ins­talle à Ver­chères. Le sep­tième en­fant naît, mais il ne sur­vit pas. Deux ans plus tard, Ro­sa­lie et son époux dé­mé­nagent à Saint-Hya­cinthe.

La fa­mille dé­couvre, en 1826, que la ferme ache­tée avait été hy­po­thé­quée par l’an­cien pro­prié­taire. Ré­duite à une ex­trême pau­vre­té, Mon­tréal de­vient leur lieu de ré­si­dence.

La vie semble re­prendre son cours mais trois en­fants de Ro­sa­lie, nés à Mon­tréal, meurent en bas âge. Son époux dé­cède en 1832.

Ro­sa­lie Ca­dron se re­trouve veuve à l’âge de 38 ans. Elle choi­sit de se consa­crer aux oeuvres de cha­ri­té. Elle fait quelques pè­le­ri­nages et se lie d’ami­tié avec l’ab­bé Ignace Bour­get. De­ve­nu évêque, ce­lui-ci fait ap­pel à elle pour pla­cer des or­phe­lins, soi­gner des ma­lades ou trou­ver un re­fuge pour des filles-mères.

Dans ses ten­ta­tives pour trou­ver des fa­milles d’ac­cueil, Ro­sa­lie se heurte à de nom­breux obs­tacles et pré­ju­gés. En 1845, avec quelques col­la­bo­ra­trices, elle fonde un hos­pice, à Mon­tréal.

Mgr. Bour­get érige ca­no­ni­que­ment la com­mu­nau­té des Soeurs de Mi­sé­ri­corde en 1848. Ro­sa­lie Ca­dron dé­cède en 1864. Puisque 2014 mar­que­ra le 150e an­ni­ver­saire de sa mort, la Mai­son Ro­sa­lie-Ca­dron pré­sen­te­ra une ex­po­si­tion qui fe­ra dé­cou­vrir la fa­mille de la Mi­sé­ri­corde et les di­verses oeuvres ins­pi­rées par le cha­risme de Ro­sa­lie.

Sa réa­li­sa­tion est pos­sible grâce à un coup de pouce fi­nan­cier de la MRC et du CLD D’Au­tray, ain­si qu’à l’ap­pui des Soeurs de Mi­sé­ri­corde et de la ville de La­val­trie.

Photo gra­cieu­se­té

Ro­sa­lie Ca­dron-Jetté.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.