Du sur­place à Saint-cu­th­bert

Dossier de l’aé­ro­drome

L'Action D'Autray - - LA UNE - PIERRE BEL­LE­MARE

MU­NI­CI­PAL. Des dis­cus­sions s’ef­fec­tuent entre Ges­tion DGNE et Saint-cu­th­bert sans per­mettre de trou­ver une ave­nue fai­sant bais­ser la pres­sion dans le dossier de l’aé­ro­drome et des vo­lets qui l’ac­com­pagnent. Une ren­contre à l’hô­tel de ville, le lun­di 17 juillet, te­nue à la de­mande de l’en­tre­prise, n’a pas permis de chan­ger les choses.

« Avec M. Nar­bonne, ça fi­nit tou­jours par la même af­faire…»lais­sez-moi faire ce que je veux et ça va bien al­ler»», ré­sume le maire Bru­no Vad­nais. Tous les membres du conseil mu­ni­ci­pal l’ac­com­pa­gnaient à la réunion avec l’homme d’af­faires, de même que le di­rec­teur gé­né­ral, le di­rec­teur gé­né­ral ad­joint et l’ins­pec­teur mu­ni­ci­pal de l’en­droit.

EN­CA­DRE­MENT

Un do­cu­ment pré­ci­sant la rè­gle­men­ta­tion mu­ni­ci­pale tou­chant l’aé­ro­drome, le vo­let de cam­ping, le pro­jet d’aé­ro­vil­la et la por­tion res­tau­ra­tion-hé­ber­ge­ment-salle de ré­cep­tion a été re­mis à M. Nar­bonne. Il y a aus­si des pré­ci­sions sur les droits ac­quis concer­nant l’an­cienne salle de ré­cep­tion (ca­bane à sucre), où Ges­tion DGNE ex­ploite une crê­pe­rie.

À l’heure ac­tuelle, un constat d’in­frac­tion a été émis pour ce der­nier élé­ment. On re­proche à l’en­tre­prise d’ef­fec­tuer une opé­ra­tion com­mer­ciale dans une zone ré­si­den­tielle où l’usage de res­tau­ra­tion n’est pas permis.

En regard du même su­jet, Saint-cu­th­bert a pro­po­sé à M. Nar­bonne d’amor­cer une modification au zo­nage (sou­mise à l’approbation des gens du sec­teur) pou­vant per­mettre de ré­gu­la­ri­ser la si­tua­tion de la crê­pe­rie. L’homme d’af­faires a re­fu­sé puisque ce se­rait re­con­naître que Ges­tion DGNE ne pos­sède pas de droits ac­quis pour la salle de ré­cep­tion. C’est l’ar­gu­ment de dé­fense pour le constat d’in­frac­tion.

Par ailleurs, à la de­mande de M. Nar­bonne, la mu­ni­ci­pa­li­té a ac­cep­té de sol­li­ci­ter des avo­cats qui la dé­fendent une ré­vi­sion de l’avis ju­ri­dique sur les droits ac­quis. Cette lettre a été four­nie au mois de mars, l’an der­nier. Elle pré­cise que l’en­tre­prise ne dé­tient pas de droits ac­quis.

« C’est bien de faire des choses, des han­gars ou sa piste. Mais une aé­ro­vil­la, ce n’est pas sûr. Il y a des choses à res­pec­ter», a af­fir­mé M, Vad­nais, sous un angle plus gé­né­ral.

« Le cam­ping doit se faire dans de bonnes condi­tions. S’il se fait au bon en­droit, la mu­ni­ci­pa­li­té n’ira pas contre », a-t-il aus­si dit.

Un cam­ping est l’un des vo­lets qui ac­com­pagnent le pro­jet d’aé­ro­drome.

« On n’a pas fi­ni de dé­pen­ser de la fa­çon que c’est par­ti », a en­suite dé­cla­ré M. Vad­nais.

L’en­tente que M. Nar­bonne sou­hai­tait n’est pas sur­ve­nue.

« On ai­me­rait bien s’en­tendre mais c’est un peu dif­fi­cile. On a un rè­gle­ment à res­pec­ter. Si on ne le fait pas res­pec­ter, on s’en va où ? », a si­gni­fié le maire.

La mu­ni­ci­pa­li­té éva­lue les pro­chaines gestes qu’elle pour­rait po­ser dans ce dossier.

Pho­to TC Me­dia – Pierre Bel­le­mare

Le len­de­main de la réunion, le maire Bru­no Vad­nais a ren­con­tré L’ac­tion D’au­tray en com­pa­gnie de Ri­chard Lau­zon (di­rec­teur gé­né­ral) et Fran­çois Ricard (ins­pec­teur mu­ni­ci­pal et di­rec­teur des tra­vaux pu­blics).

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.