«On a dé­pis­té des jeunes qui n’al­laient pas bien» - Claude Des­su­reault, psy­cho­logue

In­ter­ven­tion à l’école se­con­daire Pierre-de-les­tage de Ber­thier­ville

L'Action D'Autray - - LA UNE - PIERRE BEL­LE­MARE

Les élèves concer­nés ont été ren­con­trés in­di­vi­duel­le­ment. Un sui­vi leur est ac­cor­dé. Le même phé­no­mène touche les élèves re­pé­rés dans la dé­marche d’im­pli­ca­tion en conti­nu qui s’ef­fec­tue à l’ins­ti­tu­tion d’en­sei­gne­ment se­con­daire ber­the­laise, comme dans les autres écoles de la CS.

SOU­TIEN

En plus des ren­contres de groupes et des échanges en classe sous la su­per­vi­sion des pro­fes­seurs, les élèves ont été in­vi­tés à s’ex­pri­mer par écrit sur la si­tua­tion. Un cer­tain nombre l’a fait.

Des élé­ments in­quié­tants ont été ob­ser­vés dans cer­tains textes. C’est ce qui a dé­bou­ché sur un ac­com­pa­gne­ment per­son­na­li­sé.

Le tout s’est ins­crit dans le plan d’ac­tion ef­fec­tué à Pierre-de-les­tage.

La com­mis­sion sco­laire Des Sa­mares a fait le point sur le dos­sier en confé­rence de presse, le mar­di 13 fé­vrier. Elle a ré­agi suite à un re­por­tage de Ra­dio-ca­na­da ques­tion­nant sa dé­marche. Au­pa­ra­vant, elle s’était ex­pri­mée par com­mu­ni­qués de presse en ex­pli­quant son tra­vail au­près des élèves.

Nan­cy La­pointe (di­rec­trice gé­né­rale), Mi­chel Brien (di­rec­teur gé­né­ral ad­joint, ser­vices édu­ca­tifs com­plé­men­taires), Claude Des­su­reault (psy­cho­logue) et Eve­lyne Lau­rin (co­or­don­na­trice de la cli­nique du centre de pré­ven­tion sui­cide de La­nau­dière) ont ren­con­tré les mé­dias.

Il s’agis­sait de pré­sen­ter les gestes po­sés d’une fa­çon plus pré­cise et de ras­su­rer les gens.

On a ex­pli­qué que la dé­marche s’est ef­fec­tuée sui­vant un pro­to­cole en place de­puis 10 ans et ré­vi­sé an­nuel­le­ment. « Chaque école a un pro­to­cole de post­ven­tion et un pro­to­cole de me­sures d’ur­gence », a pré­ci­sé M. Brien.

Di­mi­nuer le ni­veau de stress, di­mi­nuer l’im­pact de la crise sui­ci­daire et fa­vo­ri­ser le pro­ces­sus de deuil étaient les trois ob­jec­tifs.

« Les jeunes ont be­soin de quel­qu’un de ras­su­rant», a si­gni­fié M. Des­su­reault dans son

DÉ­MARCHE.LES dif­fé­rents gestes po­sés par la com­mis­sion sco­laire Des Sa­mares et ses par­te­naires au­près des élèves de l’école se­con­daire Pierre-de-les­tage de Ber­thier­ville, suite au sui­cide de deux d’entre eux au cours des der­nières se­maines, ont per­mis de détecter que cer­tains né­ces­si­taient une in­ter­ven­tion.

ex­pli­ca­tion des ac­tions ef­fec­tuées à l’école et de l’im­por­tance des en­sei­gnants dans l’ac­com­pa­gne­ment de la clien­tèle.

Quelques jeunes plus tou­chés par le geste des deux élèves ont été re­tour­nés à la mai­son. La CS s’est as­su­rée de l’ac­com­pa­gne­ment d’un adulte.

Les pa­rents de tous les élèves de l’école ont été te­nus au cou­rant de l’in­ter­ven­tion glo­bale. Ils ont été in­vi­tés, s’ils en res­sen­taient le be­soin, à com­mu­ni­quer avec le per­son­nel de l’école ou les in­ter­ve­nants au dos­sier.

Il est pos­sible que d’autres lettres leur soient ache­mi­nées.

(Pho­to L’ac­tion D’au­tray – Pierre Bel­le­mare)

Eve­lyne Lau­rin, Claude Des­su­reault, Mi­chel Brien et Nan­cy La­pointe ont ren­con­tré les mé­dias.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.