La dé­mis­sion de Mar­tine Ouel­let de­man­dée

Bloc Qué­bé­cois de Ber­thier-mas­ki­non­gé

L'Action D'Autray - - LA UNE - PIERRE BEL­LE­MARE

«Nous re­con­nais­sons les grandes qua­li­tés in­tel­lec­tuelles de Mme Ouel­let et la re­mer­cions de son en­ga­ge­ment. Mais la si­tua­tion ac­tuelle est in­te­nable», laisse-t-on sa­voir par le biais d’un com­mu­ni­qué émis ven­dre­di (2 mars) suite à une réunion ré­gu­lière, le mer­cre­di 28 fé­vrier.

POINT DE VUE

Rap­pe­lons, som­mai­re­ment, que Mme Ouel­let sou­haite faire la pro­mo­tion de l’in­dé­pen­dance à Ot­ta­wa tan­dis que les dé­pu­tés ayant choi­si de quit­ter le cau­cus du Bloc pré­fèrent, d’abord, dé­fendre les in­té­rêts du Qué­bec.

Le con­seil exé­cu­tif du Bloc de Ber­thier­mas­ki­non­gé juge que le dé­part de 70% des membres du cau­cus ne sau­rait être trai­té comme un fait di­vers.

«Au-de­là de sa­voir qui a rai­son ou tort, il est évident que le lien de confiance né­ces­saire à l’exer­cice du rôle de chef n’existe plus dans notre or­ga­ni­sa­tion», note-t-on.

On es­time que le main­tien en place de Mme Ouel­let plus long­temps ne pour­ra que nuire à la cause de l’in­dé­pen­dance. C’est dans l’in­té­rêt de la cause et pour le bien de l’ins­ti­tu­tion que re­pré­sente le Bloc Qué­bé­cois que le dé­part de Mme Ouel­let est de­man­dé.

«La per­sonne qui oc­cupe le poste de chef doit faire preuve de vi­sion et ap­por­ter sa propre cou­leur mais doit aus­si exer­cer un lea­der­ship ras­sem­bleur. Nous fe­rons l’in­dé­pen­dance en ras­sem­blant et la di­vi­sion ne nous mè­ne­ra nulle part», ter­mine-t-on.

PO­LI­TIQUE. Ju­geant qu’il n’y a pas de contra­dic­tion entre la dé­fense des in­té­rêts du Qué­bec et la pro­mo­tion de l’in­dé­pen­dance et que, par de­voir pour les ci­toyens qué­bé­cois, le Bloc Qué­bé­cois (BQ) doit as­su­rer les deux rôles, le con­seil exé­cu­tif de Ber­thier-mas­ki­non­gé du BQ de­mande la dé­mis­sion de Mar­tine Ouel­let.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.