Dé­cep­tion au su­jet de la ques­tion sur la mis­sion du Bloc Qué­bé­cois

L'Action D'Autray - - LAVALTRIE MOTIVÉE ET PRÊTE À RELEVER LE DÉFI! - PIERRE BEL­LE­MARE

«Nous rap­pe­lons que le Bloc Qué­bé­cois doit dé­fendre les in­té­rêts du Qué­bec et faire la pro­mo­tion de l’in­dé­pen­dance et qu’il n’y a au­cune contra­dic­tion entre ces deux rôles. Nous ré­ité­rons donc qu’il ne de­vrait pas y avoir de ques­tion sur ce su­jet et qu’il s’agit d’un faux dé­bat», laisse sa­voir Yves Per­ron, pré­sident de l’as­so­cia­tion de Ber­thier­mas­ki­non­gé et porte-pa­role du groupe, par voie de com­mu­ni­qué.

CONTE­NU

Le groupe dé­nonce la ques­tion pro­po­sée. Mais si ja­mais il de­vait y avoir une ques­tion sur la mis­sion du Bloc, elle doit être hon­nête et trai­ter de ce qu’est la mis­sion du par­ti, se­lon les sta­tuts.

Un texte est sug­gé­ré.

Reste que le groupe est heu­reux de voir que son tra­vail a eu un im­pact sur les dé­ci­sions du Bu­reau Na­tio­nal quant à la ques­tion sou­mise pour le vote de confiance. «Nous avions exi­gé une ques­tion claire et c’est ce que nous avons», af­firme-t-on.

Pour les dé­lais, le groupe avait sou­mis la date du 15 mai comme mo­ment ul­time pour la te­nue du vote. Il laisse sa­voir qu’il tra­vaille­ra donc à de­van­cer le vote.

«Fait im­por­tant: nous dé­si­rons rap­pe­ler qu’il n’est pas ques­tion pour nous d’un ré­fé­ren­dum mais bien d’une con­sul­ta­tion des membres. L’ap­pui ob­te­nu lors d’un vote de confiance dans l’his­toire po­li­tique du Qué­bec trace des li­mites ac­cep­tables en de­çà des­quelles nous ne se­rions ac­cep­ter de des­cendre», si­gnale-t-on en­suite.

Le groupe se dit par­ti­san d’un deuxième Conseil gé­né­ral de­vant avoir lieu le plus ra­pi­de­ment pos­sible pour faire le point après la di­vul­ga­tion des ré­sul­tats de la con­sul­ta­tion afin de prendre toutes les ac­tions né­ces­saires. Le sa­me­di 9 juin est sug­gé­ré.

Par ailleurs, le groupe se dit sou­cieux quant au rôle joué jus­qu’à main­te­nant par le Bu­reau Na­tio­nal, son pré­sident et ses of­fi­ciers. Il leur rap­pelle leur rôle de dé­fen­seurs du par­ti. «Nous de­vrions donc les voir jouer un rôle ras­sem­bleur, non prendre par­ti ou se re­ti­rer du dé­bat», pré­cise-t-on.

Le groupe si­gnale qu’il tra­vaille­ra do­ré­na­vant à la cons­ti­tu­tion d’un consen­sus le plus large pos­sible à tra­vers les as­so­cia­tions de cir­cons­crip­tions.

«Pour dé­fendre nos in­té­rêts na­tio­naux et pour nous en­ga­ger sur la voie de notre li­bé­ra­tion col­lec­tive, un Bloc Qué­bé­cois fort et uni est né­ces­saire. Voi­là ce que nous vou­lons, voi­là ce que nous réa­li­se­rons en­semble», ter­mine-t-on.

PO­LI­TIQUE.LES ir­ri­tants se conti­nuent au Bloc Qué­bé­cois. Les as­so­cia­tions ré­gio­nales ayant de­man­dé un vote de confiance en re­gard de la cheffe Mar­tine Ouel­let sont dé­çues que le Bu­reau Na­tio­nal ait choi­si tout de même d’y ajou­ter une ques­tion sur la mis­sion du par­ti.

(Pho­to L’ac­tion D’au­tray – ar­chives)

Deux cir­cuits d’au­to­bus ont été tou­chés à Saint-ga­briel.

(Pho­to L’ac­tion D’au­tray – ar­chives)

Yves Per­ron est le porte-pa­role du groupe.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.