Le tor­chon brûle à la ca­serne de Saint-Fé­lix

L'Action - - LA UNE - Ge­ne­viève Blais in­fo­la­nau­diere@trans­con­ti­nen­tal.ca

L’em­bauche d’un nou­veau chef pom­pier sus­cite de vives émo­tions au sein de la bri­gade de sé­cu­ri­té in­cen­die de Saint-Fé­lix-de-Va­lois. Cer­tains sa­peurs avalent de tra­vers la dé­ci­sion de la Mu­ni­ci­pa­li­té de ne pas confier à Pierre Beau­din la di­rec­tion du Ser­vice.

« Les gars sont ex­trê­me­ment dé­çus. Le lien de confiance entre 50 % de l’équipe et la Mu­ni­ci­pa­li­té est bri­sé. On juge qu’elle nous a men­ti en plein vi­sage », sou­tient un pom­pier, sous le cou­vert de l’ano­ny­mat.

Lorsque Claude Ga­gnon, le pré­cé­dent di­rec­teur, a été sus­pen­du avec solde en mars 2009, c’est Pierre Beau­din qui a pris les rênes de la ca­serne.

Il a as­su­ré l’in­té­rim pen­dant une quin­zaine de mois et bon nombre de ses confrères es­pé­raient que ce soit lui qui, au terme du pro­ces­sus d’em­bauche, soit of­fi­ciel­le­ment por­té à la tête du Ser­vice de sé­cu­ri­té in­cen­die.

D’ailleurs, ce prin­temps, les pom­piers ont re­mis à la Mu­ni­ci­pa­li­té une lettre dans la­quelle ils ap­puyaient la can­di­da­ture de M. Beau­din.

Cette lettre, as­sure le maire de Saint-Fé­lix, Mar­cel Du­beau, a été prise en consi­dé­ra­tion dans la sé­lec­tion du chef pom­pier, tout comme plu­sieurs autres fac­teurs.

« Nous avons en­ga­gé une firme, le Groupe FFP Res­sources hu­maines, afin de faire une pre­mière éva­lua­tion. Par la suite, nous avons ren­con­tré cinq can­di­dats et notre choix s’est ar­rê­té sur Da­niel La­vio­lette », ex­plique le pre­mier ma­gis­trat.

M. La­vio­lette cu­mule plus de 25 ans d’ex­pé­rience à titre de pom­pier. Il a tra­vaillé pour les Ser­vices de pré­ven­tion des in­cen­dies de Jo­liette, Sainte-Mé­la­nie et Saint-Charles-Bor­ro­mée, en plus d’être ca­pi­taine de la ca­serne 21, à Mon­tréal.

À l’aube de sa re­traite, il a dé­ci­dé de re­le­ver un nou­veau dé­fi à Saint-Fé­lix-de-Va­lois.

Il est en­tré en poste le 22 juin. Peu de temps après, un graf­fi­ti a été ins­crit sur les portes de la ca­serne. On pou­vait y lire « En deuil ».

« Je n’ai au­cun pro­blème avec l’ex­pres­sion, mais il y a cer­taines choses qui ne doivent pas se faire. Au­jourd’hui, cet in­cident est ré­glé et en­ter­ré et ma porte est tou­jours ou­verte pour les pom­piers », dit M. La­vio­lette.

Ce der­nier at­tri­bue l’in­con­fort qui ré­gnait à son ar­ri­vée dans la bri­gade à la dé­marche d’adap­ta­tion as­so­ciée à tout chan­ge­ment.

« L’in­con­fort, c’était l’in­con­nu. Il faut une tran­si­tion… C’est très nor­mal, dit-il. Et per­sonne n’a dé­mis­sion­né. »

« Si le cli­mat ne re­vient pas, de cinq à sept pom­piers risquent de quit­ter. Ce sont des dé­parts que le Ser­vice ne peut pas se per­mettre, car nous avons une équipe très jeune », ajoute le pom­pier qui re­fuse de s’iden­ti­fier.

La si­tua­tion ne semble pas in­quié­ter le maire Du­beau.

« Le Conseil ap­puie M. La­vio­lette. Il fait très bien son tra­vail », af­firme-t-il.

Il croit que tout va ren­trer dans l’ordre, que tout va se ré­ta­blir dans un ave­nir rap­pro­ché. No­tons que Pierre Beau­din a ré­in­té­gré ses fonc­tions de di­rec­teur ad­joint, lun­di.

Photo Jean Che­vrette

Da­niel La­vio­lette est le nou­veau di­rec­teur

du Ser­vice de­sin­cen­dies de Saint-Fé­lix.

Photo Jean Che­vrette

La ten­sion a at­teint son pa­roxysme au dé­but de l’été, lorsque les mots « En deuil » ont été ins­crits sur les portes de la ca­serne.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.