Cen­traide La­nau­dière de­vient pro­prié­taire

Sur la rue Saint-Louis

L'Action - - FRONT PAGE - Élise Gi­guère in­fo­la­nau­diere@trans­con­ti­nen­tal.ca Photo Élise Gi­guère

Cen­traide La­nau­dière vient d’em­mé­na­ger dans sa nou­velle mai­son ; l’ex-ré­si­dence fu­né­raire Omer Lan­dre­ville et fils, si­tuée au 674, rue Saint-Louis à Jo­liette.

L’or­ga­nisme, qui était lo­gé chez Mois­son La­nau­dière de­puis une di­zaine d’an­nées, était ren­du à l’étroit dans ses an­ciens lo­caux. « On man­quait de place pour tra­vailler et pour pré­pa­rer les cam­pagnes », constate le pré­sident du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion, Be­noît Li­zée. La tran­sac­tion, qui a été of­fi­cia­li­sée au dé­but du mois d’août, est ve­nue conclure une re­cherche d’en­vi­ron un an et de­mi pour Cen­traide La­nau­dière.

Des ap­proches avaient été faites pour s’ins­tal­ler à l’évê­ché. « C’était une pos­si­bi­li­té très in­té­res­sante », men­tionne Be­noît Li­zée. Cen­traide avait tou­te­fois be­soin de se re­lo­ca­li­ser pour sep­tembre 2010, à temps pour sa cam­pagne de fi­nan­ce­ment. Ce qui n’était pas pos­sible à l’évê­ché.

L’or­ga­nisme est donc main­te­nant pro­prié­taire d’une ma­gni­fique bâ­tisse de trois étages. La mai­son ré­pon­dait à plu­sieurs cri­tères des ad­mi­nis­tra­teurs, qui cher­chaient des lo­caux vastes, si­tués dans le qua­dri­la­tère du cen­tre­ville, avec du sta­tion­ne­ment. « L’ac­ces­si­bi­li­té était im­por­tante. Là-bas, on était éloi­gnés », constate la di­rec­trice gé­né­rale de Cen­traide, Syl­vie Sa­voie.

La tran­sac­tion a été fi­nan­cée à même les frais ad­mi­nis­tra­tifs de Cen­traide, qui re­donne 0,85 $ pour chaque dol­lar re­cueilli. « Au pied car­ré, ça nous re­vient moins cher que ce qu’on avait avant », in­dique Be­noît Li­zée. « Donc, on a en­core plus d’ar­gent à don­ner. C’est ga­gnant pour tout le monde. »

Le pré­sident n’a tou­te­fois pas vou­lu nous dé­voi­ler le mon­tant de la tran­sac­tion, fi­nan­cée grâce à une hy­po­thèque de 20 ans. « Quand l’hy­po­thèque se­ra ter­mi­née, ce sont des sous qu’on va sau­ver. » Plu­sieurs des or­ga­nismes sub­ven­tion­nés par Cen­traide sont d’ailleurs eux­mêmes pro­prié­taires de leurs lo­caux.

Quelques tra­vaux de ré­no­va­tion ont été ef­fec­tués sur la mai­son : créa­tion de nou­velles di­vi­sions, sa­blage des plan­chers, ins­tal­la­tion de nou­velles fe­nêtres, ra­fraî­chis­se­ment de la fa­çade, ré­pa­ra­tions à la toi­ture…

L’en­droit est do­té d’une grande salle de réunion, qui se­ra ren­due dis­po­nible pour les or­ga­nismes com­mu­nau­taires sub­ven­tion­nés par Cen­traide. Em­ployant cinq per­sonnes à temps plein, Cen­traide par­tage la bâ­tisse avec un lo­ca­taire : la Table des par­te­naires du dé­ve­lop­pe­ment so­cial de La­nau­dière.

Une re­traite bien mé­ri­tée

Cette tran­sac­tion vient conclure une longue his­toire pour la ré­si­dence fu­né­raire Omer Lan­dre­ville et fils. La mai­son ser­vait de sa­lon fu­né­raire de­puis 1949. Mais de­vant les chan­ge­ments sur­ve­nus dans le do­maine, la bâ­tisse - sans cha­pelle ni salle de ré­cep­tion - ne ré­pon- Le pré­sident de Cen­traide La­nau­dière, Be­noît Li­zée,

la di­rec­trice gé­né­rale, Syl­vie Sa­voie, et l’an­cien pro­prié­taire de la mai­son,

Luc Lan­dre­ville. dait plus aux be­soins de la clien­tèle. Ses fils tra­vaillant dé­sor­mais pour le Centre fu­né­raire ré­gio­nal de Jo­liette, Luc Lan­dre­ville a dé­ci­dé de se dé­par­tir des deux mai­sons qui fai­saient of­fice de sa­lon fu­né­raire sur la rue Saint-Louis. Après plus de 50 ans dans le do­maine, voi­là une re­traite bien mé­ri­tée.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.