At­teinte de la ma­la­die de Lyme… mais aux États-unis seule­ment

L'Action - - ACTUALITÉS - CA­RO­LINE MOR­NEAU

Pour­tant, les exa­mens qu’elle a pas­sés au Qué­bec, du­rant la der­nière an­née, se sont tou­jours avé­rés né­ga­tifs. Les mé­de­cins lui au­raient lais­sé en­tendre qu’il est qua­si­ment im­pos­sible de contrac­ter la bac­té­rie au-de­là de la fron­tière amé­ri­caine. Des tests ré­cem­ment ef­fec­tués chez nos voi­sins du sud, néan­moins, au­raient bel et bien dé­mon­tré qu’elle est at­teinte de la ma­la­die.

« Aus­si­tôt que je tra­verse les lignes, j’ai la ma­la­die de Lyme, mais quand je suis au Ca­na­da, non », af­firme la ré­si­dente de Notre-dame-de-lourdes.

La bonne nou­velle, c’est qu’elle dé­tient main­te­nant un diag­nos­tic of­fi­ciel lui per­met­tant d’amor­cer des trai­te­ments. Pour y avoir re­cours, tou­te­fois, elle doit se rendre aux États-unis, car elle ne peut pas se faire pres­crire d’an­ti­bio­tiques au Qué­bec.

« Ici, je n’ai pas de diag­nos­tic et les tests pas­sés aux États-unis ne sont pas consi­dé­rés. J’ai l’im­pres­sion que les exa­mens ef­fec­tués là-bas sont plus sen­sibles et plus dé­ve­lop­pés, parce que la ma­la­die vient de là et qu’il y a plus de cas re­cen­sés. Au Qué­bec, c’est comme si on fai­sait en­core du dé­ni que ça existe. Les tests ne sont pas à jour », es­time Au­drée, ajou­tant qu’il y a, se­lon elle, beaucoup plus de gens at­teints dans la province que ce que l’on croit.

«C’est cer­tain que je ne suis pas toute seule à avoir pas­sé sous le ra­dar pen­dant tout ce temps. »

Au Centre in­té­gré de santé et de ser­vices so­ciaux (CISSS) de La­nau­dière, on ad­met qu’un diag­nos­tic de la ma­la­die de Lyme est « dif­fi­cile à po­ser » et que les tests en la­bo­ra­toire ne sont pas par­faits. On as­sure tou­te­fois que les pro­to­coles en vi­gueur au Qué­bec et au Ca­na­da pour le dé­pis­tage sont les mêmes que ceux ap­pli­qués aux États-unis.

PI­QUÉE SANS LE SAVOIR

Lors de notre ren­contre, Au­drée était très al­lu­mée, mais la fa­tigue était per­cep­tible dans son re­gard.

« Si je suis fonc­tion­nelle trois heures dans une jour­née, c’est beau. Je me sens tou­jours épui­sée, j’ai tou­jours en­vie de dor­mir. C’est vrai­ment écra­sant. »

C’est la crise qu’elle a faite le 12 mars 2016 qui lui a mis la puce à l’oreille sur ce qu’elle avait. Alors qu’elle était avec un client, elle se sou­vient s’être mise à trem­bler très in­ten­sé­ment.

«C’était comme une crise d’épi­lep­sie, mais puis­sance 1000. J’étais consciente de tout, mais je n’avais au­cun contrôle sur mon corps. »

En li­sant un ar­ticle de jour­nal sur la ma­la­die de Lyme, par la suite, elle a fait un lien avec des symp­tômes qu’elle pré­sen­tait de­puis un mo­ment dé­jà. De l’épui­se­ment ex­trême, des trem­ble­ments, elle en vi­vait à ré­pé­ti­tion en 2016. Mais les mé­de­cins lui diag­nos­ti­quaient de la fa­tigue chro­nique. Il y a huit ans, on lui di­sait qu’elle souf­frait de fi­bro­my­la­gie et de troubles du som­meil, puis­qu’elle dé­mon­trait dé­jà des signes de fa­tigue, des ten­di­nites et des dou­leurs chro­niques, no­tam­ment.

« Peut-être qu’on m’a tou­jours diag­nos­ti­qué les mau­vaises choses en fait et que j’ai la ma­la­die de Lyme de­puis plu­sieurs an­nées. Parce que cette ma­la­die est une grande trom­peuse. Elle peut fa­ci­le­ment être confon­due avec autre chose. »

Au­drée ignore à quel mo­ment elle aurait pu être pi­quée, puisque ses symp­tômes ont mis du temps à ap­pa­raître et qu’elle n’a ja­mais dé­ve­lop­pé de plaques en forme de cible, soit l’élé­ment per­met­tant gé­né­ra­le­ment de re­con­naître la ma­la­die.

« Ça pour­rait être ar­ri­vé il y a trois ans, quatre ans, huit ans. Im­pos­sible d’être cer­taine. Tout ce que je sais, c’est que je n’avais ja­mais voya­gé hors du pays, alors c’est cer­tain que je me suis fait pi­quer ici.»

TÉ­MOI­GNAGE. Au­drée Bois­seau vit des épi­sodes de fa­tigue ex­trême de­puis environ un an. Lors­qu’elle «fait une crise», elle se met à trem­bler et perd tous ses moyens. Le 1er mars der­nier, aux États-unis, elle a fi­na­le­ment re­çu un diag­nos­tic de la ma­la­die de Lyme.

En rai­son de sa condi­tion, Au­drée est en ar­rêt de tra­vail de­puis juillet der­nier. Elle ne re­çoit pas d’ar­gent du gouvernement, puisque son in­va­li­di­té n’est pas re­con­nue. Pour la sou­te­nir : https : //www.go­fundme. com/au­dree. Elle fait éga­le­ment une vente aux en­chères d’oeuvres, le 27 mai, à 13 h, au 29 rue Gau­thier Nord, à NDP.

Mor­neau) (Pho­to TC Me­dia – Ca­ro­line

Au­drée Bois­seau vient tout juste de re­ce­voir un diag­nos­tic de la ma­la­die de Lyme, aux États-unis.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.