Le Bloc qué­bé­cois dé­voile ses at­tentes bud­gé­taires

L'Action - - ACTUALITÉS -

POLITIQUE. Le dé­pu­té de Jo­liette, Ga­briel Ste-ma­rie, pré­sente les at­tentes bud­gé­taires du Bloc qué­bé­cois, chif­frées et réa­listes, qui dé­coulent des mul­tiples consul­ta­tions me­nées au Qué­bec dans le der­nier mois.

«Près d’un an et de­mi après son élec­tion, on réa­lise un peu plus chaque jour que les po­li­tiques fé­dé­rales de Jus­tin Tru­deau ne ré­pondent ab­so­lu­ment pas aux be­soins des Qué­bé­cois. À chaque fois qu’ot­ta­wa avance quelque chose, ça nous fait re­cu­ler. Har­per tra­vaillait pour Calgary ; Tru­deau tra­vaille pour To­ron­to. Pour le Qué­bec, Tru­deau ou Har­per c’est du pa­reil au même », af­firme Ga­briel Ste-ma­rie.

«Dix ans après avoir re­con­nu le Qué­bec comme na­tion, il est temps que le gouvernement fé­dé­ral concré­tise cette re­con­nais­sance en s’adap­tant à notre réa­li­té par­ti­cu­lière et non l’in­verse. Ce n’est pas aux fa­milles et aux tra­vailleurs de nos ré­gions à s’adap­ter au mur-à-mur cen­tra­li­sa­teur ca­na­dien. Et le bud­get du 22 mars pro­chain de­vra te­nir compte de notre réa­li­té », pour­suit-il.

« En plus de ré­ta­blir la hausse des trans­ferts en santé et en édu­ca­tion à 6 % jus­qu’à ce qu’ot­ta­wa as­sume le quart de la fac­ture, nous de­man­dons un meilleur ac­cès à l’as­su­rance em­ploi, no­tam­ment en abais­sant à 360 heures le nombre d’heures tra­vaillées pour y avoir droit, ain­si qu’une pro­lon­ga­tion des pres­ta­tions pour mettre fin au «trou noir». Il est temps que le ré­gime cesse d’être une taxe à l’em­ploi et re­de­vienne une aide réelle aux tra­vailleurs », men­tionne le dé­pu­té de Jo­liette.

«Les ra­tés de l’as­su­rance em­ploi tuent la vi­ta­li­té des ré­gions, où le tra­vail est sou­vent sai­son­nier. Il n’y a rien de plus sa­cré pour un peuple que l’oc­cu­pa­tion de son ter­ri­toire. Or, le Qué­bec ra­ta­tine et les ré­gions res­sources se vident de leurs jeunes. Pour frei­ner l’exode, Ot­ta­wa doit no­tam­ment com­pen­ser le manque de main-d’oeuvre qua­li­fiée par un cré­dit d’im­pôt pour les jeunes di­plô­més en ré­gion. La vi­ta­li­té de nos ré­gions passe aus­si par un ac­cès ef­fi­cace à in­ter­net pour tous. Le pro­gramme exis­tant, en plus d’être com­pli­qué et in­ef­fi­cace, est lar­ge­ment sous-fi­nan­cé. Nous de­man­dons donc au gouvernement fé­dé­ral de dou­bler les sommes an­non­cées en 2016 et de les ver­ser di­rec­te­ment dans le pro­gramme qué­bé­cois, beaucoup mieux adap­té à la réa­li­té des mu­ni­ci­pa­li­tés et des com­mu­nau­tés ru­rales. »

« Aus­si, la dé­cré­pi­tude des in­fra­struc­tures fé­dé­rales ne fa­vo­rise en rien la ré­ten­tion des jeunes fa­milles, sou­ligne le dé­pu­té. Nous de­man­dons à Ot­ta­wa de trans­fé­rer en bloc, et ce, sans at­tendre, à Qué­bec les sommes des­ti­nées à ses in­fra­struc­tures afin que nos villes et nos com­mu­nau­tés puissent en bé­né­fi­cier ra­pi­de­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.