Un meilleur ac­cès aux soins à Jo­liette, une prio­ri­té pour Vé­ro­nique Hi­von

Nou­velle ses­sion par­le­men­taire

L'Action - - ACTUALITÉS - CA­RO­LINE MOR­NEAU

La nou­velle ses­sion par­le­men­taire est com­men­cée et la dé­pu­tée de Jo­liette se dit prête à dé­fendre les in­té­rêts des ci­toyens de sa cir­cons­crip­tion. Les en­jeux lo­caux qu’elle prio­ri­se­ra: l’ac­cès à un mé­de­cin de fa­mille dans la ré­gion, l’aide à do­mi­cile et le sou­tien aux fa­milles et aux or­ga­nismes com­mu­nau­taires, entre autres.

Dans le sec­teur de Jo­liette, Vé­ro­nique Hi­von dé­note que de nom­breux mé­de­cins prennent leur re­traite et que peu de re­lève est dis­po­nible pour les rem­pla­cer.

«C’est une si­tua­tion ty­pique de notre cir­cons­crip­tion. Nous ne sommes ni près de Mon­tréal ni en ré­gion éloi­gnée, nous nous re­trou­vons dans une ré­gion centre, alors l’ac­cès aux res­sources est sou­vent plus dif­fi­cile », in­dique-t-elle, ajou­tant que la clé pour un meilleur ser­vice de san­té à Jo­liette se trouve dans une meilleure or­ga­ni­sa­tion.

«Au Par­ti qué­bé­cois, nous croyons beau­coup à une ré­or­ga­ni­sa­tion des tâches dans le ré­seau de la san­té, afin de per­mettre un meilleur ac­cès aux soins. Ce ne sont pas juste les mé­de­cins qui peuvent voir les pa­tients. Il faut don­ner plus de res­pon­sa­bi­li­tés aux in­fir­mières, aux phar­ma­ciens. Et si les mé­de­cins prennent plus de clients, il faut les ré­mu­né­rer en con­sé­quence, te­nir compte de la com­plexi­té de chaque cas. »

La dé­pu­tée croit par ailleurs qu’un meilleur sou­tien de l’état en san­té men­tale est pri­mor­dial.

« Il faut mi­ser sur les in­fir­mières, les psy­cho­logues, les tra­vailleurs so­ciaux. Tous les in­ter­ve­nants du ré­seau de la san­té forment un tout qu’il faut re­ma­nier pour of­frir de meilleurs ser­vices à la po­pu­la­tion. »

NOU­VELLES FONC­TIONS

Vé­ro­nique Hi­von se­ra do­ré­na­vant en charge du dos­sier des fa­milles à l’op­po­si­tion of­fi­cielle. Elle dit re­mar­quer dans la ré­gion une forte de­mande pour une meilleure conci­lia­tion tra­vail-fa­mille.

«Je m’en fais beau­coup par­ler, à titre de dé­pu­tée de Jo­liette. Se­lon nous, la conci­lia­tion tra­vail-fa­mille passe par un dé­ve­lop­pe­ment du ré­seau de CPE, ce que le gou­ver­ne­ment en place a ar­rê­té de faire. Il faut éga­le­ment mettre en place des ho­raires plus flexibles en ser­vices de garde, par exemple, pour les in­fir­mières qui tra­vaillent le soir et la nuit. »

Le Par­ti qué­bé­cois pro­pose éga­le­ment d’of­frir aux mé­nages des congés mo­biles pour obli­ga­tions fa­mi­liales.

PO­LI­TIQUE PRO­VIN­CIALE. « En­core 20 à 25% des gens dans la ré­gion de La­nau­dière n’au­raient pas ac­cès à un mé­de­cin de fa­mille. Ce se­ra l’un des nom­breux dos­siers que j’abor­de­rai de front à l’as­sem­blée na­tio­nale, cette ses­sion », af­firme Vé­ro­nique Hi­von.

Par­mi les autres en­jeux lo­caux que la dé­pu­tée de Jo­liette abor­de­ra cette ses­sion, no­tons le dos­sier de l’iti­né­rance et d’un meilleur fi­nan­ce­ment à Hé­ber­ge­ment d’ur­gence La­nau­dière pour le ser­vice de dor­toirs. Elle conti­nue­ra par ailleurs à suivre de près le dos­sier de la buan­de­rie La­vé­ren­dière et de mettre de la pression pour l’im­plan­ta­tion dans la ré­gion d’une des­serte uni­ver­si­taire. La pro­chaine ses­sion par­le­men­taire s’an­nonce char­gée pour la dé­pu­tée de Jo­liette.

(Pho­to TC Media - ar­chives)

La dé­pu­tée de Jo­liette Vé­ro­nique Hi­von.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.