La sai­son se ter­mine en grand pour Pierre Hey­ne­mand

Cham­pion­nat du monde de tri­ath­lon Ironman

L'Action - - ARTS ET CULTURE -

ATH­LÉ­TISME. Pierre Hey­ne­mand Jr a ter­mi­né deuxième dans sa di­vi­sion lors du Cham­pion­nat du monde de tri­ath­lon Ironman qui se dé­rou­lait à Ko­na à Ha­waï le 14 oc­tobre der­nier. Il a ter­mi­né en 158e po­si­tion au clas­se­ment gé­né­ral lors de cet évé­ne­ment. Il s’agis­sait de son 46e tri­ath­lon.

«Mon ob­jec­tif était de ter­mi­ner dans les pre­miers de ma ca­té­go­rie et j’ai dû pui­ser dans ma mo­ti­va­tion tout au long de l’épreuve en pen­sant très fort à ma fa­mille, mes amis, mes élèves et à mon per­son­nel pour y ar­ri­ver », a com­men­té Hey­ne­mand.

La se­maine avant l’évé­ne­ment, il a fait la re­con­nais­sance du par­cours à plu­sieurs re­prises, ce qui re­pré­sente un ef­fort im­por­tant, et il sa­vait qu’il se­rait ven­teux et très chaud. «Je monte en puis­sance dans la sai­son, alors pour un tri­ath­lon en oc­tobre je de­vais pla­cer la barre haute. J’étais en confiance et mes sen­sa­tions phy­siques étaient au mieux».

Tout d’abord, le par­cours de na­ta­tion de 3.8 km s’ef­fec­tuait en une seule boucle dans l’océan Pa­ci­fique. Comme il s’agis­sait d’un dé­part unique, et que tous les meilleurs ath­lètes du monde par­taient au même mo­ment, il a trou­vé dif­fi­cile de s’ex­tir­per de la masse. «J’ai pris plus de 1000 m avant d’avoir l’im­pres­sion de ne plus de­voir dé­fendre ma po­si­tion! C’était une na­ta­tion très chao­tique et je n’ai pas pu tout don­ner.» Il a réa­li­sé un temps de 1 h 1 min 16 s et pré­fé­rait se gar­der de l’éner­gie pour la pro­chaine étape.

« Comme Ha­waï est l’ob­jec­tif fi­nal de nom­breux ath­lètes, je sa­vais que le dé­but du vé­lo se­rait ex­trê­me­ment ra­pide. » Le par­cours a de­man­dé à tous les ath­lètes beau­coup de vo­lon­té en plus d’une bonne ges­tion de l’ef­fort, de l’ali­men­ta­tion et de l’hy­dra­ta­tion.

Son ex­pé­rience lui a per­mis de ter­mi­ner cette épreuve avec un temps de 4h55 min 44 s.

«Ma dé­cep­tion est le manque de ri­gueur des of­fi­ciels pour le sillo­nage. Nous de­vions gar­der une dis­tance de 10 m entre les ath­lètes, mais j’ai ré­gu­liè­re­ment dé­pas­sé des cy­clistes col­lés à 10 cm.»

Pour la course à pied, Hey­ne­mand s’est im­po­sé un rythme éle­vé, il de­vait réa­li­ser un bon ma­ra­thon pour pou­voir l’em­por­ter. «Je de­vais prendre des risques, être au­da­cieux et prêt à sup­por­ter plus que les autres, mal­heu­reu­se­ment j’ai trou­vé plus fort que moi.» Il a ter­mi­né la course avec un temps de 3 h 31 min 2 s pour un temps to­tal de 9 h 34 min 29 s.

«Avec un peu de re­cul, mes six der­nières se­maines ont sans doute été trop char­gées en terme de com­pé­ti­tions, mais au gé­né­ral, je ter­mine deuxième Qué­bé­cois, ce qui me comble et met un terme à une sai­son de rêve. »

Au cours de celle-ci, Hey­ne­mand a réa­li­sé cinq Ironman, le dé­fi 12 heures de tri­ath­lon Qué­bec, 7 tri­ath­lons dis­tances olym­piques et tri­ath­lons dis­tances sprint, 3 duath­lons et le Cham­pion­nat ca­na­dien de tri­ath­lon longue dis­tance.

Il a ter­mi­né en en­cou­ra­geant les jeunes à adop­ter des saines ha­bi­tudes de vies et en leur rap­pe­lant l’im­por­tance de res­ter à l’école.

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Pierre Hey­ne­mand a ter­mi­né 2e de sa di­vi­sion au Cham­pion­nat du monde de tri­ath­lon Ironman.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.