C’est fi­ni pour Sears à Jo­liette

L'Action - - ACTUALITÉS - GE­NE­VIÈVE GEOF­FROY

COM­MERCE. C’est la fin pour Sears au Ca­na­da et, in­ci­dem­ment, c’est la fin aus­si à Jo­liette. Alors que cer­tains ma­ga­sins ont dé­jà fer­mé leurs portes à tra­vers le pays, le ma­ga­sin Sears des Ga­le­ries Jo­liette a fer­mé les siennes le di­manche 14 jan­vier.

Sears Ca­na­da pos­sé­dait 130 ma­ga­sins à tra­vers le pays et a ou­vert pour la toute pre­mière fois en 1953, alors sous la ban­nière Simp­sons-sears Ltd. Il était l’un des plus grands dé­taillants au pays.

Or, en oc­tobre 2017, l’en­tre­prise a de­man­dé l’au­to­ri­sa­tion à la Cour su­pé­rieure de l’on­ta­rio d’amor­cer sa li­qui­da­tion pour mettre fin à ses ac­ti­vi­tés, ce qui lui a été ac­cor­dé.

Dans un com­mu­ni­qué pu­blié sur son site in­ter­net, Sears Ca­na­da in­dique qu’elle s’était en­ga­gée dans un plan de re­nou­vel­le­ment au cours des 18 der­niers mois, le­quel avait com­men­cé à por­ter ses fruits, mais n’avoir eu d’autres choix que de mettre la clé dans la porte.

« Mal­heu­reu­se­ment, en dé­pit des in­croyables ef­forts dé­ployés par ses dé­voués as­so­ciés dans tous les sec­teurs de l’en­tre­prise, Sears Ca­na­da ne dis­pose pas des res­sources fi­nan­cières qui lui au­raient don­né le temps né­ces­saire pour me­ner à bien sa re­struc­tu­ra­tion », ex­pli­quait l’en­tre­prise.

À Jo­liette, le ma­ga­sin Sears a ou­vert ses portes le 16 oc­tobre 2003. Une cou­pure de ru­ban avait alors eu lieu en pré­sence de Na­tha­lie Cham­pagne, di­rec­trice gé­né­rale des Ga­le­ries Jo­liette, de l’ex-maire de Jo­liette Re­né Lau­rin, Marc Bi­beau de Beau­ward et de plu­sieurs autres per­sonnes is­sues de l’en­tre­prise.

Sou­li­gnons qu’à l’époque de la ve­nue du Sears, la Chambre de com­merce du Grand Jo­liette avait me­né une vaste étude sur les fuites com­mer­ciales à Jo­liette. Il ap­pa­rais­sait alors que si les gens al­laient faire des achats à l’ex­té­rieur, c’était sur­tout dans le cadre d’une ac­ti­vi­té ou d’une sor­tie et non en rai­son d’un manque dans la ré­gion. Les fuites com­mer­ciales sem­blaient donc moins im­por­tantes que l’on pen­sait. Tou­te­fois, la ré­ponse aux fuites com­mer­ciales se vou­lait la ve­nue d’un ma­ga­sin grande sur­face à Jo­liette. Peu de temps après, Sears ou­vrait ses portes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.