Goûts d’ici

L’actualité - - SOMMAIRE - Å De gauche à droite : Anne, Ber­nard et Ca­the­rine Mon­na.

J’ai long­temps pen­sé que je n’ai­mais pas la crème de cas­sis, ne connais­sant que la ver­sion com­mer­ciale de cette li­queur de fruit, qui sert le plus sou­vent à tem­pé­rer l’aci­di­té du vin blanc d’ali­go­té dans le po­pu­laire kir. Puis, un jour, un col­lègue m’a ten­du un verre d’une crème de cas­sis pro­duite à l’île d’Or­léans. Me voyant faire la gri­mace, il a in­sis­té : « Goûte, fais-moi confiance… »

Dans le verre, un pro­duit unique. Tant par l’ex­quise pu­re­té des sa­veurs de cas­sis que par l’équi­libre entre le su­cré et l’aci­du­lé, qui frô­lait la per­fec­tion, grâce au ta­lent de son créa­teur, Ber­nard Mon­na.

Des­cen­dant d’une li­gnée de li­quo­ristes qui ont peau­fi­né leur art à Bris­sac, dans le sud de la France, Ber­nard Mon­na a plan­té ses pre­miers cas­sis­siers au dé­but des an­nées 1980, à Saint-Pierre, sur l’île d’Or­léans. Cette plante, dont le fruit est ici connu sous le nom de « ga­delle noire », avait la ré­pu­ta­tion de s’épa­nouir sous les cli­mats froids.

« Mon père fut l’un des pre­miers à de­man­der un per­mis de trans­for­ma­tion des pe­tits fruits en al­cool, au dé­but des an­nées 1990 », ex­plique Ca­the­rine Mon­na, la fille aî­née de Ber­nard. C’est sous son im­pul­sion et celle de sa soeur Anne que l’en­tre­prise fa­mi­liale, lan­cée en 1992, a vé­ri­ta­ble­ment pris son es­sor.

Si­tuée à quelques mi­nutes en voi­ture du pont de l’île, Cas­sis Mon­na & Filles est main­te­nant un pas­sage obli­gé pour les tou­ristes gour­mands, qui s’ar­rêtent pour cas­ser la croûte à La Mon­na­guette, un bis­trot es­ti­val ou­vert en 2002, avant de faire le plein de confi­tures, confits, ge­lées et li­queurs à la bou­tique. « Au­jourd’hui, plus de 70 % de notre pro­duc­tion est ven­due di­rec­te­ment au do­maine. C’est gé­nial ! »

Alors que les li­queurs de cas­sis Mon­na brillent dans les concours in­ter­na­tio­naux, les deux soeurs ont des pro­jets plein la tête. À terme, les nou­velles plan­ta­tions pour­raient leur per­mettre de dou­bler la pro­duc­tion an­nuelle, qui se si­tue au­tour de 50 000 bou­teilles. Mais d’abord, elles comptent lan­cer une eau-de-vie de cas­sis 100 % Qué­bec. « On a dé­jà l’alam­bic. Ne nous manque plus que le per­mis. Si tout va bien, elle se­ra sur les éta­gères d’ici la fin de l’an­née ! »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.