Ar­naques, fraudes et com­pa­gnie

L’actualité - - DÉCRYPTAGE -

De faux re­cru­teurs et des in­ter­mé­diaires in­utiles ex­torquent de l’ar­gent à des ou­vriers dé­si­reux de ve­nir tra­vailler au Ca­na­da.

Des Gua­té­mal­tèques qui se laissent em­bo­bi­ner par de faux re­cru­teurs, qui, en échange de fortes sommes, pro­mettent des per­mis de tra­vail au Ca­na­da, avant de par­tir avec la ca­gnotte… De tels abus, le di­rec­teur du CEADEL, un centre d’ap­pui au dé­ve­lop­pe­ment lo­cal dans le dé­par­te­ment de Chi­mal­te­nan­go, au Gua­te­ma­la, en a vu des di­zaines dans les der­nières an­nées. « Les gens ne savent ni lire ni écrire, ils ne savent même pas qu’ils peuvent se pré­sen­ter di­rec­te­ment au bu­reau d’une agence », dé­plore Ga­bril Ze­la­da Or­tiz.

Outre ces fraudes, de faux in­ter­mé­diaires se glissent sou­vent entre les tra­vailleurs et les agences de re­cru­te­ment comme Co­muGuate, qui couvre presque tous les be­soins en main-d’oeuvre agri­cole pour le Qué­bec. Il s’agit par­fois d’un tra­vailleur qui de­mande de l’ar­gent à un Gua­té­mal­tèque pour le re­com­man­der à un em­ployeur qué­bé­cois. Par­fois aus­si, cet in­ter­mé­diaire de­mande le prix fort pour de simples pho­to­co­pies ou un trans­port vers la ca­pi­tale.

Jorge Aj­que­jay Co­la, un ou­vrier de 32 ans ve­nant du vil­lage de Pat­zi­cia, dans la ré­gion de Chi­mal­te­na­go, af­firme avoir payé 4 500 dol­lars ca­na­diens de­puis 2013 pour « ache­ter son droit de tra­vailler » à un com­pa­triote qui lui pro­met­tait de « faire son vi­sa ». Une somme em­prun­tée à un taux usu­raire, avec sa terre en ga­ran­tie. « Quand j’étais au Ca­na­da, mon prê­teur me té­lé­pho­nait sou­vent pour me rap­pe­ler que je lui de­vais cet ar­gent, je me sen­tais ex­tor­qué », ajou­tet-il. Il est par­ve­nu à le rem­bour­ser pe­tit à pe­tit, crai­gnant constam­ment de perdre son bout de terre.

Les can­di­dats ne parlent pas de ces paie­ments aux agences, dit An­neSo­phie L’Es­pé­rance, co­fon­da­trice de Co­muGuate, qui leur pose sys­té­ma­ti­que­ment la ques­tion, as­su­ret-elle. Im­pos­sible aus­si de contrô­ler tout le ter­ri­toire : « Il y a même quel­qu’un qui a ou­vert un bu­reau en pré­ten­dant être Co­muGuate à Ju­tia­pa [dans le sud du pays]. On a por­té plainte au mi­nis­tère du Tra­vail ! » s’in­digne-t-elle. Ce bu­reau fan­tôme a de­puis fer­mé ses portes.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.