Les vi­sages du po­pu­lisme

L’actualité - - DÉCRYPTAGE -

La dy­nas­tie: les Le Pen

Le Fran­çais Jean-Ma­rie Le Pen, c’est peu connu, a com­men­cé sa car­rière de po­pu­liste en 1956 lors de son élec­tion comme dé­pu­té pou­ja­diste (du nom du chef po­pu­liste Pierre Pou­jade). Il se joint au Front na­tio­nal en 1972 et ob­tient deux ans plus tard 0,7 % des voix à l’élec­tion pré­si­den­tielle. En 2002, il se rend jus­qu’au se­cond tour, où il ré­colte 18 % des voix. Sa fille Ma­rine le rem­place à la tête du FN en 2011. Elle ob­tient 33 % des voix au pre­mier tour de la pré­si­den­tielle de 2017. Ma­rion Ma­ré­chal-Le Pen, pe­tite-fille du pa­triarche, a été dé­pu­tée fron­tiste quelques an­nées avant de se re­ti­rer. Mais elle n’est ja­mais loin des pro­jec­teurs.

Le rem­part de la chré­tien­té: Vik­tor Orbán

Le pre­mier mi­nistre hon­grois, Vik­tor Orbán, a com­men­cé son ac­tion po­li­tique comme dis­si­dent sous le ré­gime com­mu­niste. Li­bé­ral, il dé­rive vers le conser­va­tisme, puis le po­pu­lisme. En 2010, son par­ti ob­tient les deux tiers des sièges au Par­le­ment. Il change la Cons­ti­tu­tion afin de ren­for­cer les pou­voirs du par­ti. Face à la vague mi­gra­toire, il se pro­clame le rem­part de la chré­tien­té.

Le sou­riant : Se­bas­tian Kurz

Chan­ce­lier d’Au­triche de­puis 2017, il est de­ve­nu à 31 ans le plus jeune chef de gou­ver­ne­ment du monde. Son air po­sé et ses bonnes ma­nières de gar­çon sage ne doivent pas faire illu­sion : c’est un dur sur les ques­tions de l’im­mi­gra­tion, de l’is­lam et de la sé­cu­ri­té.

Le duo: Mat­teo Sal­vi­ni et Lui­gi Di Maio

De­puis juin 2018, les deux hommes po­li­tiques ita­liens sont vice-pre­miers mi­nistres d’un gou­ver­ne­ment ou­ver­te­ment po­pu­liste. Ils sont an­ti­sys­tème, an­ti­eu­ro­péens, an­ti-im­mi­gra­tion. Si leurs tem­pé­ra­ments sont dif­fé­rents — lorsque Sal­vi­ni frappe, Di Maio tem­père —, leur ob­jec­tif est le même : ren­ver­ser l’ordre po­li­tique ita­lien et eu­ro­péen.

La femme qui monte: Alice Wei­del

Avec Alexan­der Gau­land, elle di­rige le par­ti po­pu­liste clas­sé à l’ex­trême droite Al­ter­na­tive pour l’Al­le­magne, qui oc­cupe de­puis sep­tembre 2017 plus de 10 % des sièges au Bun­des­tag. Du ja­mais-vu. Alice Wei­del, ou­ver­te­ment les­bienne, est en guerre contre l’im­mi­gra­tion mu­sul­mane. Son in­tran­si­geance a fait fuir les « mo­dé­rés » du par­ti, lui as­su­rant ain­si une place de choix à sa tête.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.