L’édi­to

L’actualité - - SOMMAIRE - CHARLES GRAND­MONT

Une nou­veau­té at­tend les 125 dé­pu­tés fraî­che­ment élus lors­qu’ils se poin­te­ront sur la col­line Par­le­men­taire. Une fois ex­pé­diés leurs ser­ments de loyau­té en­vers la reine et le peuple qué­bé­cois, ils de­vront suivre la toute pre­mière for­ma­tion sur le har­cè­le­ment, im­po­sée aux élus de l’As­sem­blée na­tio­nale de même qu’aux membres des ca­bi­nets et au per­son­nel des bu­reaux de cir­cons­crip­tion.

Le gou­ver­ne­ment du Qué­bec a aus­si sen­ti le be­soin de for­cer la main aux di­rec­teurs de cé­gep et aux rec­teurs d’uni­ver­si­té pour faire pas­ser un mes­sage sans équi­voque sur les cam­pus. Une nou­velle loi les as­treint à adop­ter d’ici la pro­chaine ren­trée d’au­tomne une po­li­tique claire pour en­ca­drer les re­la­tions in­times ou amou­reuses entre les pro­fes­seurs et leurs étu­diants.

La puis­sante vague de dé­non­cia­tion des in­con­duites sexuelles qui a dé­fer­lé sur le Qué­bec l’au­tomne der­nier, en écho à des élans si­mi­laires dans le monde, a fait naître de pro­fonds es­poirs de chan­ge­ment. L’onde de choc a gal­va­ni­sé les mou­ve­ments fé­mi­nistes et mis au centre des dis­cus­sions les in­éga­li­tés de pou­voir et les dis­cri­mi­na­tions que doivent en­core af­fron­ter les femmes, même dans notre so­cié­té qui se dit en­ti­chée d’éga­li­té entre les sexes.

Le grand son­dage SOM-L’ac­tua­li­té-98,5 pu­blié dans ce nu­mé­ro prouve que les voix cou­ra­geuses qui se sont éle­vées contre les in­con­duites sexuelles ont ou­vert les yeux de tous ou presque. Les vic­times re­çoivent un ap­pui so­lide. Une grande ma­jo­ri­té de Qué­bé­cois croient aux ef­fets bé­né­fiques à long terme de #moiaus­si, même si le son­dage ré­vèle qu’une part im­por­tante d’hommes de­mandent en­core à être convain­cus.

Les men­ta­li­tés changent. Les ins­ti­tu­tions et les en­tre­prises doivent em­boî­ter le pas. Et là, le tra­vail se­ra long et ar­du, en pre­mier lieu dans le sys­tème de jus­tice, vice-cham­pion de l’im­mo­bi­lisme (l’Église ca­tho­lique le coiffe au po­teau).

L’af­faire Ro­zon a été l’une des bou­gies d’al­lu­mage de la vague de dé­non­cia­tions au Qué­bec. Voi­là un an que dure l’en­quête po­li­cière sur les agis­se­ments de l’an­cien pré­sident du groupe Juste pour rire, et au­cune ac­cu­sa­tion n’a en­core été dé­po­sée. Le dos­sier est certes com­plexe. Mais plus les mois passent, plus on s’in­ter­roge sur la ca­pa­ci­té du sys­tème de jus­tice de, jus­te­ment, rendre jus­tice.

La dé­pu­tée du Par­ti qué­bé­cois Vé­ro­nique Hi­von avait lan­cé l’idée le 8 mars der­nier de ré­flé­chir à la créa­tion d’un tri­bu­nal consa­cré aux crimes sexuels, sur le mo­dèle de ce­lui adop­té en Afrique du Sud, mais son in­vi­ta­tion a été ac­cueillie par un si­lence as­sour­dis­sant. Peu­têtre que l’élec­tion de 51 femmes le 1er oc­tobre — un re­cord — va contri­buer à faire avan­cer les choses.

Du cô­té po­li­cier, on peut sa­luer les ef­forts pour mieux ac­cueillir et en­ca­drer les vic­times qui ont le cou­rage de dé­non­cer leur agres­seur. Le Globe and Mail ré­vé­lait l’an der­nier que 19 % des plaintes pour agres­sions sexuelles avaient été ju­gées sans fon­de­ment par les ser­vices po­li­ciers ca­na­diens de 2010 à 2014. Ce taux a chu­té à 13,7 % en 2017, et le Qué­bec en­re­gis­trait le taux le plus bas au pays, soit 9,7 %.

Les em­ployeurs, quant à eux, semblent être aux abon­nés ab­sents. Se­lon notre son­dage, près de la moi­tié des Qué­bé­cois n’ont pas re­mar­qué d’ac­tions concrètes de la part de leur pa­tron pour créer des en­vi­ron­ne­ments de tra­vail plus étanches au har­cè­le­ment. Le dis­cours est peu­têtre là, mais les ac­tions ne semblent pas suivre.

On n’ef­face pas bien sûr une culture sexiste comme celle qui af­flige l’As­sem­blée na­tio­nale d’une simple pré­sen­ta­tion Po­werPoint, pas plus qu’une po­li­tique sor­tie du bu­reau d’un rec­teur ne fe­ra dis­pa­raître à elle seule les si­tua­tions pro­blé­ma­tiques sur les cam­pus. Il fau­dra en­core mal­heu­reu­se­ment beau­coup de pa­tience aux vic­times pour ob­te­nir jus­tice, tout comme il fau­dra en­core énor­mé­ment d’ef­forts pour en­di­guer le fléau du har­cè­le­ment et des agres­sions sexuelles. Mais on ne peut plus dou­ter qu’une ré­vo­lu­tion est en marche.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.