DE­SI­GN

L'APPART - - Rolls-royce -

« Chez Rolls-royce, les règles ma­thé­ma­tiques conven­tion­nelles ne s’ap­pliquent pas tou­jours. Ain­si, je l’af­firme, dans le cas de la nou­velle Rolls-royce Dawn, 2+2 n’égalent pas 4. » Giles Tay­lor, Di­rec­teur du de­si­gn, Rolls-royce Mo­tor Cars.

En étu­diant le seg­ment des ca­brio­lets, et en par­ti­cu­lier les mo­dèles de luxe, les de­si­gners de Rolls-royce ont es­ti­mé que les clients étaient lé­sés. En ef­fet, pour Rolls-royce, la confi­gu­ra­tion 2+2 sièges consti­tue une vi­sion trop étri­quée de la ca­brio­let, et c’est sur­tout al­ler trop loin dans le com­pro­mis.

Il est com­mu­né­ment ad­mis que la confi­gu­ra­tion en 2+2 com­porte deux sièges à l’avant, un pour le conduc­teur et un pour le pas­sa­ger, et deux sièges à l’ar­rière plus étroits, pour les pas­sa­gers oc­ca­sion­nels ou les en­fants. L’ar­rière offre gé­né­ra­le­ment très peu d’es­pace no­tam­ment pour les jambes, nui­sant au confort et à la com­mo­di­té du vé­hi­cule. Dans le cas des ca­brio­lets, la ré­duc­tion de l’es­pace in­té­rieur ré­sulte sou­vent de l’in­ca­pa­ci­té pour le construc­teur à ré­pondre à deux im­pé­ra­tifs : lo­ger la ca­pote tout en of­frant un es­pace suf­fi­sant à l’ar­rière. Dès lors, ce seg­ment ne com­prend que des ca­brio­lets dont Rolls-royce es­time qu’ils font trop de conces­sions en ne res­pec­tant pas les règles de bon aloi en ma­tière de convi­via­li­té.

rolls-roy­ce­mo­tor­cars.com

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.