HÔ­TELS

L'APPART - - Sommaire -

NEW DEL­HI  Si­tué dans le quar­tier de Cha­na­kya­pu­ri, en plein coeur de l’en­clave di­plo­ma­tique, en­tou­ré de larges al­lées bor­dées de vé­gé­ta­tion, le Lee­la Pa­lace s’im­pose d’em­blée avec son imposante fa­çade mo­no­li­thique. Inau­gu­ré en 2005, l’hô­tel a été pen­sé pour être à la hau­teur de l’ar­chi­tec­ture imposante d’ed­ward Lu­tyen 

DIOR VIII

C’est l’un des plus grands cou­tu­riers de l’his­toire de la mode, et pour­tant, Ch­ris­tian Dior évo­quait son des­tin à la ma­nière d’un par­cours contra­rié: «Je vou­lais être ar­chi­tecte. Etant cou­tu­rier, je suis obli­gé de suivre des lois, des prin­cipes d’ar­chi­tec­ture.» Les pa­roles de Mon­sieur Dior ré­sonnent en­core dans Les Ate­liers hor­lo­gers Dior, en Suisse, et sont à l’ori­gine de la sil­houette struc­tu­rée de Dior VIII : ronde et fine, avec un bra­ce­let com­po­sé de py­ra­mides en cé­ra­mique. Gra­phique, élé­gante et in­tem­po­relle, Dior VIII rap­pelle la veste em­blé­ma­tique du tailleur Bar. Le huit est un chiffre tu­té­laire : c’est ce­lui de la date de créa­tion de sa mai­son de cou­ture, le 8 oc­tobre 1946, le nom de sa pre­mière col­lec­tion, bap­ti­sée En Huit, ou en­core le VIIIE ar­ron­dis­se­ment de Pa­ris, ber­ceau de la Mai­son, ave­nue Mon­taigne. Mo­dèles de jour au ca­dran ser­ti ou non d’une ganse de pierres pré­cieuses, mo­dèles de cock­tail à la lu­nette or­née de ba­guettes de dia­mants ou de pierres de cou­leur et mo­dèles du soir plus haute cou­ture aux ca­libres Dior In­ver­sé, dont la masse os­cil­lante fonc­tion­nelle, pla­cée cô­té ca­dran, évoque le tour­noie­ment d’une robe de bal: Dior VIII est le re­flet d’une garde-robe fé­mi­nine.

LES NOU­VEAUTES 2015

Du jour comme du soir, la Dior VIII cé­lèbre toutes les fa­cettes du temps au fé­mi­nin. Cô­té jour, la voi­ci qui s’ha­bille, aux for­mats 25 et 32 mm, de nou­veaux ca­drans dont les teintes rose rap­pe­lant la fa­çade de la mai­son nor­mande de Mon­sieur Dior, à Gran­ville, blanche de la nacre mi­roi­tante, bleu roi ou prune dense sont mises en lu­mière par un ou deux our­lets de dia­mants taille brillant. L’es­prit chro­ma­tique du po­dium est bien là, dans la den­si­té du bleu, du prune, du vert fon­cé des ca­drans des ver­sions Grand Bal ou dans les blancs gan­sés de pêche et les prunes gan­sés de blanc des bra­ce­lets.

LE BAL

Chez Dior Hor­lo­ge­rie, chaque ins­tant est une fête. Mon­sieur Dior écri­vait, au len­de­main du lé­gen­daire Bal du siècle, don­né en 1951, à Ve­nise, par le col­lec­tion­neur et mé­cène Charles de Beistegui: «Celle-ci fut la plus belle des fêtes que je vis et que je ver­rai ja­mais.» En ma­tière de fête, Mon­sieur Dior

Dior VIII Grand Bal Plis­sé So­leil

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.