GI­RARD-PERREGAUX

Neo-bridges

L'APPART - - News -

Ex­tra­po­la­tion fu­tu­riste d’une ar­chi­tec­ture de mou­ve­ment da­tant du Xixème siècle au­jourd’hui consi­dé­ré comme la si­gna­ture his­to­rique de la ma­nu­fac­ture Gi­rardPer­re­gaux, la montre Neo-bridges au­to­ma­tique en ti­tane inau­gure une ap­proche de construc­tion vi­sant à théâ­tra­li­ser la mé­ca­nique de de­main.

Ala confluence de deux uni­vers as­so­ciant tra­di­tion et in­no­va­tion, cet ins­tru­ment de me­sure du temps vi­sion­naire s’im­pose comme l’un des axes de la nou­velle image de la ma­nu­fac­ture, tou­jours de quelques ins­tants en avance sur son temps. La ri­chesse de cette nou­velle ex­pres­sion de la vi­sion mé­ca­nique de la ma­nu­fac­ture Gi­rard-perregaux s’en­ra­cine dans le pas­sé pour se pro­je­ter dans le fu­tur. D’an­tan, la Neo-bridges Au­to­ma­tique Ti­tane re­prend les codes de construc­tion ar­chi­tec­tu­raux chers à Cons­tant Gi­rard, créa­teur de la montre de poche Es­me­ral­da cé­lé­brée en 1889 par un pre­mier prix lors de l’ex­po­si­tion Uni­ver­selle de Pa­ris. Elle re­prend éga­le­ment le ca­rac­tère théâ­tral des créa­tions de Jean-fran­çois Baute qui, à la fin du XVIIIÈME siècle, des­si­nait des ins­tru­ments hor­lo­gers sa­chant, à tra­vers l’ap­proche lu­dique de l’af­fi­chage de l’heure, dé­sa­cra­li­ser l’écou­le­ment du temps et ain­si faire des montres de pures oeuvres d’arts ci­né­tiques. Dans ce spec­tacle hor­lo­ger à la scé­no­gra­phie ma­gis­trale, le nou­veau ca­libre ré­fé­rence GP08400 à re­mon­tage au­to­ma­tique par mi­cro-ro­tor de 14 lignes ¼, fait corps avec le boî­tier en ti­tane de 45 mm de dia­mètre, étanche à 30 mètres et à por­ter sur un bra­ce­let en al­li­ga­tor noir fer­mé au poi­gnet par une triple boucle dé­ployante en ti­tane. Cap­ti­vant, ce mou­ve­ment à la sy­mé­trie par­faite grâce au ju­di­cieux po­si­tion­ne­ment du mi­cro-ro­tor sur la même ligne que le tam­bour de ba­rillet of­frant 50 heures de ré­serve de marche, a pour pre­mière am­bi­tion de sé­duire le re­gard. Dans les faits, son ar­chi­tec­ture le capte car elle est ren­for­cée par des fi­ni­tions contem­po­raines in­té­grant un sa­blage, un trai­te­ment NAC pour la pla­tine et une fi­ni­tion PVD pour les ponts for­mant des galbes dé­li­cats. Cet en­semble au gra­phisme abou­ti pos­sède même quelque chose d’in­fi­ni­ment hyp­no­tique en rai­son de la pré­sence, à 6 heures, d’un grand ba­lan­cier de 10,15 mm de dia­mètre à iner­tie va­riable, os­cil­lant à 3 Hertz (21 600 al­ter­nances par heure). De par sa taille, le ba­lan­cier est moins su­jet aux per­tur­ba­tions et de ce fait plus pré­cis. La montre Neo-bridges a été conçue par le bu­reau de style pour re­trans­crire de fa­çon contem­po­raine les codes es­thé­tiques chers à la ma­nu­fac­ture Gi­rard-perregaux. Et pour ma­gni­fier ces der­niers, les in­gé­nieurs et hor­lo­gers ont tra­vaillé le boî­tier de 45 mm de dia­mètre et 12,18 mm d’épais­seur en ti­tane al­ter­na­ti­ve­ment po­li et sa­ti­né. Cet en­semble co­hé­rent se dote d’une glace sa­phir « Box », d’un ca­dran mi­ni­ma­liste et d’un fond trans­pa­rent en verre sa­phir pour of­frir un es­pace consi­dé­rable à l’oeil afin de lui per­mettre de lire l’heure, mais aus­si de dé­cou­vrir ce fas­ci­nant mé­ca­nisme com­por­tant 208 com­po­sants, dont l’art est de par­ve­nir à pro­je­ter dans l’ave­nir la toute puis­sance sty­lis­tique des garde-temps du pas­sé qui ont fait la re­nom­mée de la ma­nu­fac­ture Gi­rard-perregaux de­puis main­te­nant plus de 225 ans.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.