LACHUTE CA­PI­TALE DU BLUES!

L'Argenteuil - - LA UNE - KRIS­TI­NA SER­VANT kris­ti­na.ser­vant@eap.on.ca

L’Ar­gen­teuil en Blues se te­nait les 25 et 26 août der­nier, confir­mant une fois de plus que Lachute est la ca­pi­tale du blues au Québec.

L’évè­ne­ment Ar­gen­teuil en Blues était de re­tour les 25 et 26 août der­niers au parc Bar­ron de Lachute. De nom­breux ar­tistes de la ré­gion étaient de la pro­gram­ma­tion, confir­mant que Lachute est vé­ri­ta­ble­ment la ca­pi­tale du blues au Québec.

De­puis quelques an­nées, les jams du ven­dre­di soir à l’Hôtel La Lor­raine ras­semblent les ama­teurs de blues et les mu­si­ciens blues de la ré­gion. L’hôtel de la rue Bé­tha­ny se trans­forme en mi­ni Bis­tro à Jo­jo, lieu mythique du blues à Mon­tréal le temps d’une soi­rée.

Ces jams se­ront d’ailleurs la porte d’en­trée vers l’Ar­gen­teuil en Blues puisque de nom­breux groupes et des chan­teurs se font dé­cou­vrir lors de ces évè­ne­ments heb­do­ma­daires. Chaque an­née, quatre groupes et quatre chan­teurs ont la chance de par­ti­ci­per au concours de band de l’évè­ne­ment et au concours de chant. Le groupe ga­gnant se voit même of­frir un cré­neau dans l’ho­raire de la pro­chaine édi­tion.

Bien que l’évè­ne­ment prin­ci­pal soit si­tué sous le cha­pi­teau du parc Bar­ron, toute la rue Prin­ci­pale s’anime, no­tam­ment par l’ajout de deux gui­ta­ristes à l’en­trée du parc : Pierre Diotte et Da­niel La­bon­té, qui at­tirent la foule vers le parc. En soi­rée, le res­tau­rant Le Cau­cus pré­sen­tait le groupe Green­wood and the Grass, qui était de la pro­gram­ma­tion de l’édi­tion de cette an­née du fes­ti­val et ga­gnant du concours de band en 2016.

Un concours de band in­té­res­sant

Choi­sir un vain­queur était pro­ba­ble­ment dif­fi­cile pour les membres du ju­ry puisque les quatre groupes étaient tous plus ex­cel­lents les uns que les autres. Le pu­blic qui était pré­sent dès la pre­mière pres­ta­tion re­ce­vait un cou­pon pour vo­ter pour son groupe pré­fé­ré. Chaque groupe de­vait faire quatre chan­sons.

Le pre­mier groupe à mon­ter sur scène était Su­per­na­tu­ral, un groupe pro­ve­nant de

Vau­dreuil-Sou­langes et qui a ren­du hom­mage à Rob­ben Ford. Le se­cond était Uncle Ro­by and the Bluez Buz­zers de Mon­tréal. Leur ca­rac­té­ris­tique ? S’ha­biller comme les Blues Bro­thers ! Le troi­sième groupe était le groupe lo­cal The Stumps et le der­nier, Matt Rock de Val­ley­field, dont la per­for­mance lui a va­lu une ova­tion.

C’est d’ailleurs ce der­nier qui a rem­por­té le concours de band. Matt Rock se spé­cia­lise dans le Blue­sa­billy, un mé­lange de ro­cka­billy des an­nées 50 et de blues. Le trio se­ra donc de la pro­gram­ma­tion 2018 de l’évè­ne­ment.

Du blues va­rié

Le fes­ti­val a pris son en­vol le ven­dre­di mi­di avec des ate­liers per­met­tant aux ci-

toyens avec une base mu­si­cale d’ap­prendre la mu­sique, le tout gra­tui­te­ment. Trois spé­cia­li­sa­tions étaient of­fertes : le chant, la gui­tare et les per­cus­sions. Les par­ti­ci­pants de­vaient ap­por­ter leur ins­tru­ment et avaient l’oc­ca­sion de mon­ter sur la scène lors du jam de 13 h, où tous étaient in­vi­tés à mon­ter sur scène avec leur ins­tru­ment pour jouer du blues.

Pour ou­vrir le fes­ti­val, c’est le groupe mon­tréa­lais Blues Z qui a ré­chauf­fé les planches. Com­po­sé de Luc St-Amour à la voix et à la gui­tare, le La­chu­tois Mar­co Bra­ney à la bat­te­rie et Vian­ney Pa­quin à la basse, le trio a of­fert de nom­breux airs de blues, mais éga­le­ment soul et funk.

Entre les chan­ge­ments de groupe, l’ani­ma­teur Marc-An­toine Fec­teau a in­ter­pré­té des re­prises de chan­sons, ac­com­pa­gné de sa gui­tare acous­tique. Chaque fois, les membres du groupe sui­vant s’ajou­taient au chan­teur pour fi­nir le tout dans une belle am­biance. Une belle fa­çon de dis­traire les spec­ta­teurs pen­dant ce mo­ment qui peut être par­fois en­nuyant.

Par­mi les autres groupes de la soi­rée de ven­dre­di : Louis Ja­nelle, qui fait car­rière dans le mi­lieu mu­si­cal de­puis 20 ans et qu’on a vu dans de nom­breux fes­ti­vals de blues au Québec, no­tam­ment à Trem­blant ; Route 50, un groupe d’Ar­gen­teuil et groupe mai­son des jams du ven­dre­di soir qui fait du blues fran­co­phone, chose très in­té­res­sante et très rare dans le mi­lieu; le groupe de Paul Ar­thur, dont la voix rauque et son har­mo­ni­ca ajoutent une touche in­té­res­sante à sa mu­sique. D’ailleurs Paul Ar­thur a dé­jà joué en Nou­velle-Or­léans, lieu mythique pour le

blues, en 2016.

Un autre groupe lo­cal fai­sait par­tie de la pro­gram­ma­tion du ven­dre­di soir : Triple Th­reat, qui a of­fert une pres­ta­tion élec­tri­sante, juste avant le spec­tacle de la tête d’af­fiche. Ju­dy Ann et sa voix rauque et puis­sante a en sur­pris plus d’un dans l’as­sis­tance. D’ailleurs, la jour­née du sa­me­di of­frait éga­le­ment des pres­ta­tions de groupes lo­caux, no­tam­ment le groupe Rude Mood, com­po­sé de quatre jeunes mu­si­ciens ve­nant de la ré­gion d’Ar­gen­teuil.

En­fin la soi­rée du ven­dre­di s’est ter­mi­née après mi­nuit avec le cé­lèbre blues­man qué­bé­cois Breen Le­boeuf. Le bas­siste a fait sa marque dans l’in­dus­trie mu­si­cale qué­bé­coise avec le groupe Of­fen­bach, aux cô­tés de Ger­ry Bou­let. Il a éga­le­ment tra­vaillé aux cô­tés de Cé­line Dion et tra­vaille sur un pro­jet avec Mar­tin Des­champs. Mê­lant à la fois des chan­sons an­glo­phones et fran­co­phones, Breen Le­boeuf a of­fert un spec­tacle à la hau­teur des at­tentes des or­ga­ni­sa­teurs et des spec­ta­teurs, ve­nus nom­breux pour voir le bas­siste ado­ré des Qué­bé­cois. Pour la jour­née du sa­me­di, c’était la chan­teuse To­va, de Lachute, et qu’on a pu voir à l’émis­sion La Voix l’hi­ver der­nier.

Une fin de se­maine de blues in­té­res­sante pour les adeptes du blues dans la ré­gion et une belle vi­trine pour les groupes lo­caux per­mettent à Lachute de de­ve­nir la ca­pi­tale du blues. D’ailleurs, une édi­tion au­tom­nale de l’évè­ne­ment au­ra lieu en oc­tobre pro­chain à Gore. Tous les dé­tails con­cer­nant cette nou­velle édi­tion de­vraient être dis­po­nibles dans les pro­chaines se­maines.

—pho­to Kris­ti­na Ser vant

Breen Le­boeuf est ve­nu pré­sen­ter des suc­cès de blues et de rock an­glo­phones et fran­co­phones ven­dre­di soir.

—pho­to Kris­ti­na Ser vant

Ju­dy Ann Bé­ru­bé et George Pa­pa­fi­lys du groupe Triple Th­reat.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.