Gilles Le­duc veut « amé­lio­rer » et « écou­ter »

L'Argenteuil - - ÉLECTIONS MUNICIPALES 2017 - FRÉ­DÉ­RIC HOUNTONDJI fre­de­ric.hountondji@eap.on.ca pho­to Fré­dé­ric Hountondji

Dans sa cam­pagne élec­to­rale, Gilles Le­duc, can­di­dat au poste de maire de Browns­burgC­ha­tham, dé­clare ne pas vou­loir être « quel­qu’un qui pro­met plein de choses » qui s’avèrent ir­réa­li­sables par la suite. Il se pose en can­di­dat de « l’amé­lio­ra­tion et de l’écoute ».

M. Le­duc, qui a été pen­dant 16 ans conseiller mu­ni­ci­pal, es­time que la Ville n’évo­lue pas et que son con­seil reste di­vi­sé. Pour lui, il est temps que les ré­si­dents s’as­seyent au­tour d’une table pour se par­ler fran­che­ment afin de trou­ver des so­lu­tions aux pro­blèmes qui minent la mu­ni­ci­pa­li­té, ce­ci, avec un con­seil uni.

« Avec la fu­sion, on est de­ve­nu une ville un peu plus grosse, mais qu’est-ce qu’on a fu­sion­né? On a fu­sion­né une mon­tagne, on a fu­sion­né une cam­pagne avec un cen­tre­ville. Vous avez trois vi­sions com­plè­te­ment dif­fé­rentes », a-t-il ana­ly­sé. Dans un contexte où cha­cun s’éver­tue à dé­fendre ses propres in­té­rêts, a-t-il in­di­qué, les pro­jets sont dif­fi­ciles à réa­li­ser, du fait de l’op­po­si­tion des uns et des autres.

« Il va fal­loir s’as­seoir et ren­con­trer les trois com­mu­nau­tés, voir exac­te­ment ce Gilles Le­duc—

qu’elles veulent, quelles sont leurs prio­ri­tés et après ar­ri­mer tout ça. L’er­reur que les gens font, c’est qu’on n’écoute pas les gens », a-til fait sa­voir.

Res­pon­sa­bi­li­ser l’ad­mi­nis­tra­tion

M. Le­duc sug­gère une meilleure ges­tion du bud­get mu­ni­ci­pal dans la­quelle les prio­ri­tés se­ront bien dé­fi­nies avant toute dé­pense. « Quel est le bud­get pré­sen­te­ment, quelle est la masse de dé­pense, quelle est la masse sa­la­riale, quelle est la masse de la dette ? C’est im­por­tant d’avoir ces in­for­ma­tions pour le bud­get », a-t-il ré­ité­ré.

Dans cet ordre d’idée, il a évo­qué la ques­tion de l’aré­na de Browns­burgC­ha­tham, qui se­lon lui, ne de­vrait pas être ac­tuel­le­ment la prio­ri­té comme elle l’est pour cer­tains de ses ad­ver­saires po­li­tiques. « L’aré­na, pour ce que j’ai pré­sen­te­ment comme in­for­ma­tion, c’est qu’on au­rait main­te­nant, en­vi­ron 200 uti­li­sa­teurs. En tant qu’ad­mi­nis­tra­teur, est-ce que je peux jus­ti­fier une dette de 4.8 à 5.2 mil­lions pour 200 per­sonnes? », s’est de­man­dé le can­di­dat. L’homme qui a tra­vaillé chez Bom­bar­dier et du­rant 28 ans chez Ori­ca, a sou­li­gné que le dé­ve­lop­pe­ment de Browns­burg-Cha­tham oc­cupe une place im­por­tante dans son pro­gramme.

Il pense qu’il ne fau­drait pas seule­ment se ré­jouir de voir les gens ve­nir tra­vailler dans la ville, mais qu’il im­porte de faire en sorte qu’ils puissent y vivre et y res­ter. Re­te­nir les jeunes dans la ville est l’un des en­ga­ge­ments de M. Le­duc, qui se pro­nonce pour une ad­mi­nis­tra­tion res­pon­sable.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.