Yves St-De­nis met en garde la CAQ

L'Argenteuil - - ACTUALITÉS - FRÉ­DÉ­RIC HOUNTONDJI fre­de­ric.hountondji@eap.on.ca pho­to d’ar­chi­ve­si

Même s’il re­con­naît n’avoir rien contre la vi­site du chef de la Coa­li­tion Ave­nir Québec dans la MRC d’Ar­gen­teuil le 23 oc­tobre der­nier, le dé­pu­té li­bé­ral d, Yves St-De­nis, di­gère mal les dé­cla­ra­tions du lea­der ca­quiste sur sa ges­tion du dos­sier du Ca­nal de Gren­ville et dé­fend à la CAQ de « ve­nir sau­pou­drer des men­te­ries dans son com­té ».

Ap­pe­lé à ré­agir aux propos te­nus par M. Le­gault et son porte-pa­role Ma­rio La­fram­boise, qui consi­dèrent qu’il n’au­rait pas bien joué son rôle de dé­pu­té pro­vin­cial dans le dos­sier de la ré­no­va­tion du mur du Ca­nal de Gren­ville, M. St-De­nis était très re­mon­té.

« C’est vrai que je ne vais pas lais­ser les gens ve­nir une fois en quatre ans sur le ter­ri­toire d’Ar­gen­teuil dire des faus­se­tés à mon égard et re­par­tir comme ça », a ful­mi­né le dé­pu­té. Il juge dé­pla­cé que le porte-pa­role aux af­faires mu­ni­ci­pales de la CAQ l’ait ver­te­ment cri­ti­qué dans ses fonc­tions : « M. La­fram­boise a été huit ans dé­pu­té fé­dé­ral d’Ar­gen­teuil, qu’est-ce qu’il a fait pour le ca­nal en huit ans ? Et au­jourd’hui il vient dire que je ne tra­vaille pas. Qu’il vienne de­man­der aux gens du com­té si je m’oc­cupe de mon tra­vail », a-t-il convié.

Pro­messe élec­to­rale

M. St-De­nis en pro­fite pour men­tion­ner que le dos­sier du Ca­nal de Gren­ville in­combe au dé­pu­té fé­dé­ral d’Ar­gen­teuil-La Pe­ti­teNa­tion, Sté­phane Lau­zon, qui en au­rait fait un en­ga­ge­ment élec­to­ral du­rant sa cam­pagne de 2014. « C’est un en­ga­ge­ment que le dé­pu­té fé­dé­ral a pris en cam­pagne élec­to­rale, qu’il s’oc­cu­pe­rait du Ca­nal de Gren­ville », a fait va­loir M. St-De­nis.

Il a dé­cla­ré qu’il n’avait pas pris d’en­ga­ge­ment sur ce dos­sier parce qu’il sa­vait qu’au sein du gou­ver­ne­ment, au­cun pro­gramme n’exis­tait pour pou­voir ré­pa­rer le mur de sou­tè­ne­ment du Ca­nal de Gren­ville, qui se fen­dille.

M. St-De­nis a pré­ci­sé, mal­gré le fait qu’il ne se soit pas en­ga­gé du­rant sa cam­pagne élec­to­rale, qu’il tra­vaille avec achar­ne­ment sur le dos­sier de­puis près de trois ans. « On a eu des ren­contres conjointes avec le dé­pu­té fé­dé­ral pour es­sayer de trou­ver des so­lu­tions, a-t-il in­for­mé. J’ai per­son­nel­le­ment par­ti­ci­pé à au moins deux ren­contres avec le dé­pu­té fé­dé­ral, puis mon staff au bu­reau a par­ti­ci­pé à deux ou trois autres ren­contres du co­mi­té, que le dé­pu­té fé­dé­ral avait mis en place. »

Le dé­pu­té d’Ar­gen­teuil confirme avoir en­core évo­qué le dos­sier, la se­maine der­nière, avec le mi­nistre dé­lé­gué aux af­faires ma­ri­times, Jean D’Amour. « De­puis, je tra­vaille fort en mau­dit sur ce dos­sier. Ce n’est pas vrai que Yves St-De­nis—

je vais lais­ser comme ça, des gens ve­nir une fois en quatre ans dans mon coin sau­pou­drer des faus­se­tés, dire des men­te­ries et re­par­tir. Je ne me lais­se­rai pas faire », a mis en garde M. St-De­nis.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.