RE­LA­TIONS TENDUES AVEC DES MA­NI­FES­TANTS

L'Argenteuil - - LA UNE - EVELYNE BER­GE­RON evelyne.ber­ge­ron@eap.on.ca —pho­to four­nie

Des ci­toyens de la cir­cons­crip­tion d’Ar­gen­teuil se sont vus re­fu­ser l’ac­cès au bu­reau du dé­pu­té Yves St-De­nis.

Ce sont trois re­pré­sen­tants des co­mi­tés avi­seur et Agir pour en­fouir! qui se sont dé­pla­cés à La­chute, le jeu­di 30 no­vembre der­nier, dans le but de pré­sen­ter une lettre à leur dé­pu­té. Dans cette lettre, ils ré­clament son ap­pui dans le dos­sier de la nou­velle ligne à haute ten­sion qui pas­se­ra no­tam­ment sur les mon­tagnes de Saint-Adol­phed’Ho­ward, et pour la­quelle Hy­dro-Qué­bec a fi­na­le­ment ob­te­nu le feu vert à la fin du mois d’août der­nier.

Un des ci­toyens pré­sents avait en main une ca­mé­ra vi­déo. « Vous pou­vez en­trer, mais pas votre ca­mé­ra », en­tend-on sur la vi­déo que le co­mi­té a dif­fu­sée sur la page Fa­ce­book @pro­je­thy­dro. Or, le groupe a re­fu­sé d’éteindre la ca­mé­ra. C’est donc sur le pas de la porte que l’at­ta­chée politique du dé­pu­té, Mé­la­nie Cayer, a dis­cu­té avec le groupe de ci­toyens de Saint-Adol­phed’Ho­ward, qui a lais­sé tour­ner sa ca­mé­ra tout au long de l’échange.

« Cette at­ti­tude est in­ad­mis­sible. Nous étions très po­lis, cette fa­çon de faire est in­ac­cep­table de la part d’un élu », a dé­cla­ré Georges Jar­don, un des ci­toyens pré­sents.

De son cô­té, le dé­pu­té St-De­nis dé­plore les agis­se­ments du co­mi­té avi­seur, et ce non seule­ment lors de ce ré­cent in­ci­dent. Il re­proche les fa­çons de faire et d’agir du co­mi­té avi­seur de­puis leur pre­mière ren­contre.

« Ils ont dé­jà vou­lu m’en­re­gis­trer à mon in­su, a-t-il don­né comme exemple. Ce n’est pas ma fa­çon de tra­vailler et je re­fuse de ren­con­trer de nou­veau ce co­mi­té », a af­fir­mé le dé­pu­té, qui a pré­ci­sé ne pas re­con-

naître la lé­gi­ti­mi­té du co­mi­té avi­seur. M. St-De­nis sou­tient avoir très bien ac­com­pli son tra­vail de dé­pu­té dans ce dos­sier et qu’il a tou­jours eu de bonnes re­la­tions avec l’an­cienne mai­resse, Li­sette La­pointe. Il pré­tend d’ailleurs que ses re­pré­sen­ta­tions au­près d’Hy­dro-Qué­bec ont per­mis bon nombre d’amé­lio­ra­tions au pro­jet d’Hy­droQué­bec afin de di­mi­nuer l’im­pact vi­suel de la nou­velle ligne.

Mal­gré la porte en­trou­verte, les re­pré­sen­tants des co­mi­tés ci­toyens ont tout de même pu re­mettre leur lettre adres­sée au dé­pu­té. « Nous d por­ter plainte contre Hy­dro-Qué­bec qui dé­truit ac­tuel­le­ment, à coup de coupes à blanc sur des som­mets de mon­tagnes et des ver­sants ex­po­sés de col­lines, notre res­source pay­sa­gère et ce­la, avec l’aval du mi­nis­tère de l’En­vi­ron­ne­ment. La MRC des Pays-d’en-Haut a de­man­dé une sus­pen­sion du dé­boi­se­ment et la te­nue d’une ren­contre d’ur­gence avec mon­sieur Couillard, mais le sac­cage se pour­suit. Nous comp­tons sur vous pour

que vous agis­siez comme un dé­pu­té se doit, c’est-à-dire pour que vous re­pré­sen­tiez vos conci­toyens de Saint-Adolphe au­près de M. Couillard, et que la vo­lon­té de vos conci­toyens et des élus de la ré­gion soit en­ten­due », peut-on lire dans cette lettre.

In­ter­ro­gé on job de dé­pu­té, je l’ai fait ! », a-t-il lanc , vi­si­ble­ment ir­ri­té par les pré­ten­tions contraires du co­mi­té avi­seur.

Ce que de­mandent les ci­toyens de SaintA­dolphe-d’Ho­ward, c’est l’en­fouis­se­ment par­tiel de la ligne dans leur mu­ni­ci­pa­li­té, sur une dis­tance de 10 km, dans des routes et des che­mins exis­tants. Au cours des der­nières se­maines, des gestes de ma­ni­fes­ta­tion et de sen­si­bi­li­sa­tion ont été me­nés, dont le blo­cage à un chan­tier de dé­boi­se­ment aux em­ployés d’Hy­dro-Qué­bec.

L’an­nonce ré­cente du pre­mier mi­nistre Phi­lippe Couillard d’ac­cor­der l’en­fouis­se­ment sur 18 ki­lo­mètres d’un autre pro­jet en Es­trie, en fai­sant va­loir qu’il écou­tait la po­pu­la­tion et sui­vait le consen­sus ré­gio­nal, n’a rien fait pour cal­mer les ar­deurs des ci­toyens. Le dé­pu­té St-De­nis rap­porte que ce sont deux dos­siers com­plè­te­ment dif­fé­rents. « Le pro­jet en Es­trie est pour un client amé­ri­cain et ce ne sont pas les Qué­bé­cois qui vont payer pour l’en­fouis­se­ment », a-t-il ex­po­sé.

« Cette at­ti­tude est in­ad­mis­sible. Nous étions très po­lis, cette fa­çon de faire est in­ac­cep­table de la part d’un élu » Yves St-De­nis mar­tèle que le dos­sier est clos. « Mon job de dé­pu­té, je l’ai fait ! »

Pho­to : Georges Jar­don

Trois ci­toyens de Saint-Adolphe-d’Ho­ward, re­pré­sen­tant le co­mi­té avi­seur et le co­mi­té Agir pour en­fouir !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.