Le pro­jet de Centre mul­ti­fonc­tion­nel sur la sel­lette à Browns­burg-Cha­tham.

L'Argenteuil - - LA UNE - EVE­LYNE BER­GE­RON eve­lyne.ber­ge­ron@eap.on.ca

Cer­tains conseillers mu­ni­ci­paux re­mettent en ques­tion le pro­jet de centre mul­ti­fonc­tion­nel de Browns­burg-Cha­tham.

« Je me pose des ques­tions aux­quelles je n’ai pas né­ces­sai­re­ment de ré­ponse pour l’ins­tant », a in­di­qué le nou­veau conseiller Ste­phen Row­land, au su­jet du pro­jet éva­lué à 5,8 M$. Se­lon lui, le pro­jet n’est pas as­sez do­cu­men­té et ne s’ap­puie sur au­cune étude, a-t-il fait va­loir lors d’une en­tre­vue té­lé­pho­nique. Il dé­plore l’ur­gence d’agir sous pré­texte que des sub­ven­tions sont sur la table.

S’il est réa­li­sé, on fi­nan­ce­ra le pro­jet du centre mul­ti­fonc­tion­nel, an­non­cé en grande pompe en avril der­nier, aux deux tiers par des sub­ven­tions gou­ver­ne­men­tales fé­dé­rale et pro­vin­ciale. Ain­si, l’in­ves­tis­se­ment

pré­vu de la Ville de Browns­burg-Cha­tham re­pré­sente 1,9 M$. Ce centre, qu’on pré­voit amé­na­ger à l’angle des rues Prin­ci­pale et des Érables, de­vrait abri­ter la bi­blio­thèque mu­ni­ci­pale, un gym­nase pou­vant se trans­for­mer en salle de ré­cep­tion ou de spec­tacle, trois salles mul­ti­fonc­tion­nelles et une salle d’ex­po­si­tion per­ma­nente.

Ce­la ré­pond-il à de réels be­soins de la po­pu­la­tion de Browns­burg-Cha­tham ? Voi­là le type de ques­tions que se pose le conseiller Row­land, qui est in­gé­nieur de mé­tier. À ces ques­tions, il fait va­loir cer­tains faits : le ter­ri­toire com­prend deux écoles qui comptent cha­cune un gym­nase; la bi­blio­thèque coûte cher compte te­nu de son uti­li­sa­tion par les ré­si­dents; cer­tains lieux sont dé­jà in­oc­cu­pés ou peu uti­li­sés.

« On dé­pense l’ar­gent des ci­toyens, qui sont dé­jà sur­taxés, alors nous de­vons être cer­tains que le pro­jet ré­ponde aux be­soins de la po­pu­la­tion », a-t-il sou­te­nu. Le conseiller An­toine Lau­rin par­tage cet ar­gu­ment. « Ça semble être un bon pro­jet, mais nous de­vons prendre le temps de nous po­ser des ques­tions », a-t-il af­fir­mé, rap­pe­lant que les conseillers mu­ni­ci­paux ac­tuels, élus pour la pre­mière fois le 5 no­vembre der­nier, ne connaissent pas le dos­sier

« Le pro­jet n’a ja­mais été ex­pli­qué aux ci­toyens », a in­di­qué M. Row­land, qui prône une consul­ta­tion ci­toyenne. En­suite, il sou­tient qu’une ana­lyse des be­soins doit être réa­li­sée. Ce n’est qu’une fois ces étapes fran­chies que, se­lon lui, le conseil pour­ra consi­dé­rer les dif­fé­rentes op­tions pos­sibles. Et par­mi celles-ci, il avance la pos­si­bi­li­té de re­fu­ser les sub­ven­tions gou­ver­ne­men­tales pro­mises.

L’em­pla­ce­ment pro­je­té du fu­tur centre mul­ti­fonc­tion­nel fait éga­le­ment l’ob­jet de cri­tiques. Le zo­nage du ter­rain pro­po­sé est com­mer­cial. Les conseillers Row­land et Lau­rin es­timent que ce se­rait une er­reur de construire le nou­veau centre à cet en­droit et ain­si perdre une im­por­tante source de re­ve­nus po­ten­tiels.

L’an­cienne mairesse est aus­si pré­oc­cu­pée

Le 28 no­vembre der­nier, l’an­cienne mairesse Lise Bour­gault a elle aus­si ma­ni­fes­té ses in­quié­tudes face à ce pro­jet par le biais d’une lettre adres­sée au conseil mu­ni­ci­pal. Dans cette lettre, elle ex­prime ses pré­oc­cu­pa­tions face au pro­jet de centre mul­ti­fonc­tion­nel.

« Je m’in­ter­roge sur le bien-fon­dé et la via­bi­li­té de ce centre », pou­vait-on lire dans la lettre. Se­lon elle, un co­mi­té, for­mé de ci­toyens, d’élus et d’em­ployés mu­ni­ci­paux, de­vrait être mis sur pied afin d’exa­mi­ner la né­ces­si­té de ce nou­veau centre, son em­pla­ce­ment, ses usages pré­vus ain­si que ses coûts de construc­tion et d’opé­ra­tion.

Mme Bour­gault es­time que des op­tions autres que la construc­tion d’un nou­vel édi­fice mu­ni­ci­pal sont à éva­luer, comme la ré­no­va­tion ou l’adap­ta­tion de lieux dé­jà exis­tants qui sont, se­lon elle, sous-uti­li­sés. Elle fait al­lu­sion à l’église St-Mun­go’s, les églises SaintP­hi­lippe et Saint-Louis-de-France, la salle de la Lé­gion royale ca­na­dienne, et l’aré­na Gilles-Lu­pien.

« Ce que j’es­saie de vous faire re­mar­quer, c’est qu’il faut une pla­ni­fi­ca­tion ef­fi­cace et ef­fi­ciente qui tienne compte de la réa­li­té, des vrais be­soins et de la ca­pa­ci­té de payer des ci­toyens pro­prié­taires (pour plu­sieurs re­trai­tés) qui sont sur­taxés », a fait va­loir Mme Bour­gault.

« Le pro­jet n’a ja­mais été ex­pli­qué aux ci­toyens », a in­di­qué M. Row­land, qui prône une consul­ta­tion ci­toyenne. En­suite, il sou­tient qu’une ana­lyse des be­soins doit être réa­li­sée. Ce n’est qu’une fois ces étapes fran­chies que, se­lon lui, le conseil pour­ra consi­dé­rer les dif­fé­rentes op­tions pos­sibles. Et par­mi celles-ci, il avance la pos­si­bi­li­té de re­fu­ser les sub­ven­tions gou­ver­ne­men­tales pro­mises.

L’an­cienne mairesse, Lise Bour­gault.

Le conseiller mu­ni­ci­pal du dis­trict 6, Ste­phen Row­land.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.