POUR UN HABILLEMENT PLUS PERMISSIF

Le mou­ve­ment des car­rés jaunes gagne l’École po­ly­va­lente La­vigne.

L'Argenteuil - - ACTUALITÉS - EVE­LYNE BERGERON eve­lyne.bergeron@eap.on.ca

Deux étu­diantes de l’éta­blis­se­ment de La­chute ont com­men­cé, il y a près d’un mois, à dis­tri­buer des car­rés et des bra­ce­lets jaunes à leurs consoeurs et confrères d’école, à l’ins­tar du mou­ve­ment qui a été ini­tié à l’école Jo­seph-Fran­çois-Perreault à Qué­bec. Elles font éga­le­ment cir­cu­ler une pé­ti­tion pour ap­por­ter des mo­di­fi­ca­tions au code ves­ti­men­taire de l’école. Ka­tha­rine Hé­bert Schinck, se­con­daire 2, et Bren­da La­rocque, se­con­daire 4, es­timent que le code ves­ti­men­taire qui leur est im­po­sé à l’école n’est pas adap­té à la réa­li­té. « Presque tout ce qu’on trouve dans les ma­ga­sins est non con­forme au code », a té­moi­gné Ka­tha­ri­na lors d’une rencontre au bu­reau du jour­nal. « C’est ren­du dif­fi­cile de ma­ga­si­ner », a ren­ché­ri Bren­da. En ré­su­mé, le code ves­ti­men­taire de l’école de­mande que les épaules soient re­cou­vertes de manches, que les sous­vê­te­ments ne soient pas ap­pa­rents et que les jambes soient mi­ni­ma­le­ment cou­vertes jus­qu’à la mi-cuisse, y com­pris avec un leg­ging qui n’est pas consi­dé­ré comme un pan­ta­lon. Les vê­te­ments troués et les vê­te­ments fai­sant la pro­mo­tion de bois­sons al­coo­li­sés, de sub­stances illi­cites ou de vio­lence sont éga­le­ment in­ter­dits. « Une épaule dé­nu­dée ou un trou dans une paire de jeans ne de­vraient pas être consi­dé­rés comme une nui­sance à notre édu­ca­tion », peut-on lire dans la pé­ti­tion qui a re­çue jus­qu’à pré­sent 259 si­gna­tures. Les deux re­ven­di­ca­trices re­con­naissent que des li­mites doivent être im­po­sées, mais se­lon elles, celles-ci sont exa­gé­rées. « On ne veut pas mon­trer nos fesses, ni por­ter des chan­dails be­daines », a ras­su­rée Ka­tha­ri­na.

Lors­qu’elles au­ront amas­sé 455 si­gna­tures à leur pé­ti­tion, soit 50 % + 1 des élèves de l’éta­blis­se­ment, Ka­tha­ri­na et Bren­da en­tendent pré­sen­ter leurs de­mandes à la di­rec­tion ain­si qu’au conseil d’éta­blis­se­ment de l’école. D’ici là, elles comptent or­ga­ni­ser quelques ac­ti­vi­tés mo­bi­li­sa­trices, comme une jour­née ha­billé en jaune. Une pre­mière ac­ti­vi­té de contes­ta­tion a eu lieu le lun­di 9 avril alors que plus de 70 élèves se sont pré­sen­tés à l’école avec des pan­ta­lons troués. Ka­tha­ri­na et Bren­da ont ra­con­té que les pro­tes­ta­taires ont ra­pi­de­ment été convo­qués à l’ago­ra où la di­rec­tion leur a don­né le choix de se chan­ger im­mé­dia­te­ment ou de quit­ter l’école et d’avoir une re­te­nue le len­de­main. Elles ont es­ti­mé à une soixan­taine le nombre d’élèves qui ont re­fu­sé de chan­ger de vê­te­ments et qui ont quit­té l’école. Un des ar­gu­ments dé­fen­dus par l’école se­rait que la dis­trac­tion que cer­tains vê­te­ments pour­raient pro­vo­quer chez cer­tains élèves, prin­ci­pa­le­ment les gar­çons. « Au lieu de dire aux filles de ca­cher leur corps, ils de­vraient ap­prendre aux gars que les filles ne sont pas des ob­jets sexuels », a pro­cla­mé Ka­tha­ri­na. Étran­ge­ment, comme l’ont sou­li­gné les deux filles, le code ves­ti­men­taire n’in­ter­dit pas le port du bi­ki­ni lors des cours mixte d’édu­ca­tion phy­sique à la pis­cine. « Je porte un maillot de bain conve­nable, dé­cent et ac­cep­table dans un mi­lieu aqua­tique et spor­tif », est-il de­man­dé dans le code ves­ti­men­taire de l’école. Sou­li­gnons que les élèves de l’école Jo­seph-Fran­çois-Perreault ont eu gain de cause la se­maine der­nière. Leur code ves­ti­men­taire se­ra mo­di­fié l’an pro­chain. Une nou­velle qui a eu un ef­fet d’en­cou­ra­ge­ment pour les ini­tia­trices du mou­ve­ment à La­chute.

—photo fournie

Après avoir ten­té une ap­proche sans suc­cès au­près de leur conseil étu­diant, Ka­tha­rine Hé­bert Schinck et Bren­da La­rocque, ont ini­tié le mou­ve­ment des car­rés jaunes à l’École po­ly­va­lente La­vigne.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.