YVES ST-DE­NIS DANS L’EAU CHAUDE

L'Argenteuil - - LA UNE - FRÉ­DÉ­RIC HOUNTONDJI fre­de­ric.hountondji@eap.on.ca

Le Par­ti qué­bé­cois dit ne pas avoir l’in­ten­tion de faire de la ré­cu­pé­ra­tion po­li­tique « sur le dos des po­ten­tielles vic­times » dans les ac­cu­sa­tions por­tées contre le dé­pu­té d’Ar­gen­teuil, alors que les li­bé­raux sou­tiennent que leurs chances de conser­ver le com­té au cours des pro­chaines élec­tions sont en­core in­tactes.

« En pré­cam­pagne élec­to­rale, je n’ai pas l’in­ten­tion de faire du ca­pi­tal po­li­tique sur le dos des po­ten­tielles vic­times, a dé­cla­ré le can­di­dat du Par­ti qué­bé­cois en vue de la pro­chaine élec­tion gé­né­rale, Pa­trick Cô­té. Les ré­centes nou­velles concer­nant Yves St-De­nis et les gestes qu’il avoue avoir po­sés sont conster­nants. Je les condamne, c’est un genre d’ac­tion qui n’a pas sa place dans une so­cié­té éga­li­taire et res­pec­tueuse comme la nôtre. »

Ce der­nier n’a pas ca­ché son in­com­pré­hen­sion de­vant le fait que le Par­ti li­bé­ral au­rait mis du temps avant de ré­agir aux actes po­sés par M. St-De­nis. « Je de­meure tou­te­fois as­sez per­plexe de­vant le fait que le Par­ti li­bé­ral au­rait at­ten­du plu­sieurs mois avant d’in­ter­ve­nir. C’est à se de­man­der si le Par­ti li­bé­ral prend la ques­tion du har­cè­le­ment au sé­rieux », s’est préoc­cu­pé M. Cô­té.

RÉ­AC­TION DU CAMP LI­BÉ­RAL

Dans le camp li­bé­ral, on re­con­nait que le dé­pu­té de­ve­nu in­dé­pen­dant a créé une si­tua­tion dif­fi­cile à gé­rer. C’est du moins ce qui res­sort du propos de Do­mi­nic Char­trand, pré­sident de l’As­so­cia­tion li­bé­rale d’Ar­gen­teuil.

« La si­tua­tion est tou­jours en dé­ve­lop­pe­ment. Nous, on est très ébran­lé. On s’im­plique en po­li­tique, on y met tel­le­ment d’éner­gie et nos convic­tions pour que ce soit po­si­tif. Une si­tua­tion comme celle-ci n’est fa­cile pour per­sonne », a concé­dé M. Char­trand.

Il a confir­mé qu’il n’y au­rait pas d’in­ves­ti­ture d’un can­di­dat li­bé­ral le 29 avril, telle que pré­vue pour leur an­cien dé­pu­té. « Nous, on pour­suit nos ac­ti­vi­tés. Avec la si­tua­tion, l’in­ves­ti­ture n’au­ra plus lieu. C’est sûr qu’on va te­nir une rencontre très pro­chai­ne­ment pour ré­flé­chir à la suite des choses », a sou­li­gné M. Char­trand. Da­vid Whis­sell, dé­pu­té li­bé­ral d’Ar­gen­teuil de 1998 à 2011, es­time pour sa part qu’il urge que l’as­so­cia­tion, de concert avec le par­ti, dé­signe un can­di­dat pour les élec­tions. Il n’est ce­pen­dant pas in­quiet quant à l’ave­nir po­li­tique de la for­ma­tion po­li­tique dans la cir­cons­crip­tion.

« Ce sont des évè­ne­ments qui au­raient eu lieu dont M. St-De­nis au­rait été l’in­ves­ti­ga­teur, a af­fir­mé M. Whis­sell. Un par­ti, c’est beau­coup plus pro­fond qu’un in­di­vi­du ou un can­di­dat ou un dé­pu­té. Le par­ti a une base li­bé­rale forte dans Ar­gen­teuil. Il a des va­leurs, des orien­ta­tions, un his­to­rique comme par­ti po­li­tique… »

Photo : archives

—archives

Le pré­sident de l’As­so­cia­tion li­bé­rale d’Ar­gen­teuil, Do­mi­nic Char­trand, et le dé­pu­té d’Ar­gen­teuil, Yves St-De­nis.

—archives

L’ex-dé­pu­té d’Ar­gen­teuil, Da­vid Whis­sell.

—archives

Can­di­dat au PQ d’Ar­gen­teuil, Pa­trick Cô­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.