MAL­GRÉ DE GRAVES AC­CU­SA­TIONS

L'Argenteuil - - ACTUALITÉS - EVE­LYNE BER­GE­RON eve­lyne.ber­ge­ron@eap.on.ca

Le maire de la Mu­ni­ci­pa­li­té de Mille-Isles, Mi­chel Boyer, fait face à des ac­cu­sa­tions de gestes à ca­rac­tère sexuel, qui se­raient sur­ve­nus il y a plus de 25 ans.

D’ici à ce qu’il com­pa­raisse, le con­seil mu­ni­ci­pal de Mille-Isles convient qu’il est « dans le meilleur in­té­rêt de la mu­ni­ci­pa­li­té, mal­gré la si­tua­tion, que mon­sieur Mi­chel Boyer de­meure maire ». C’est en ces termes que les conseillers se sont ex­pri­més par voie de ré­so­lu­tion, adop­tée à l’una­ni­mi­té mar­di soir lors d’une séance ex­tra­or­di­naire.

« Il (le con­seil) a dé­ci­dé à l’una­ni­mi­té que la mise en ac­cu­sa­tion ne si­gni­fie pas la condam­na­tion et qu’il est de l’in­té­rêt col­lec­tif que je conti­nue d’exer­cer mes fonc­tions. Je les re­mer­cie non seule­ment de la confiance qu’ils me dé­montrent, mais éga­le­ment de celle qu’ils ont à l’égard de la pré­somp­tion d’in­no­cence du sys­tème de jus­tice, par­tie in­té­grante de notre so­cié­té de droit », a dé­cla­ré M. Boyer dans une dé­cla­ra­tion pu­blique pu­bliée mer­cre­di sur le site In­ter­net de la Mu­ni­ci­pa­li­té. M. Boyer a éga­le­ment pré­ci­sé avoir lui­même sug­gé­ré à la di­rec­trice gé­né­rale et au maire sup­pléant de la Mu­ni­ci­pa­li­té de convo­quer le con­seil mu­ni­ci­pal afin qu’il dé­cide de son ave­nir po­li­tique. Dans sa dé­cla­ra­tion, le maire, qui est aus­si avo­cat à la re­traite, in­dique ne pas ex­clure la pos­si­bi­li­té de dé­mis­sion­ner de son poste, ad­ve­nant que « ma conjointe et mes en­fants re­quièrent ma pré­sence et mes éner­gies, en lien avec le choc que nous crée la mise en ac­cu­sa­tion ». Se­lon des ren­sei­gne­ments re­cueillis au­près de la Sû­re­té du Québec (SQ), un in­di­vi­du de­vra com­pa­raitre au Pa­lais de jus­tice de Saint-Jé­rôme le 30 mai re­la­ti­ve­ment à ces ac­cu­sa­tions. La SQ n’a pas vou­lu confir­mer l’iden­ti­té de la per­sonne en ques­tion.

« IL (LE CON­SEIL) A DÉ­CI­DÉ À L’UNA­NI­MI­TÉ QUE LA MISE EN AC­CU­SA­TION NE SI­GNI­FIE PAS LA CONDAM­NA­TION ET QU’IL EST DE L’IN­TÉ­RÊT COL­LEC­TIF QUE JE CONTI­NUE D’EXER­CER MES FONC­TIONS. »

Www.mille-isles.ca —pho­to

Mi­chel Boyer, maire de Mille-Isles de­puis 2013.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.