Deux pa­roisses pour des­ser­vir tout le sec­teur Or­léans en 2020

L'Autre Voix - - ACTUALITÉS - Mi­chel Bé­dard

Confron­tées à un manque de prêtres et à une di­mi­nu­tion de leurs re­ve­nus, les six pa­roisses de l’ar­ron­dis­se­ment de Beau­port, les sept de la Côte-de-beau­pré, les deux de l’île d’or­léans et celle de Sainte-bri­gitte-de-la­val pour­raient être fu­sion­nées en seule­ment deux grandes pa­roisses en 2020 pour des­ser­vir près de 140 000 per­sonnes du sec­teur Or­léans.

C’est le scé­na­rio qui at­tend l’en­semble de ces pa­roisses dans le cadre des pro­jec­tions du dio­cèse de Qué­bec en re­la­tion avec les ré­amé­na­ge­ments pas­to­raux qui doivent être réa­li­sés d’ici 2020 pour re­le­ver le dé­fi de la nou­velle évan­gé­li­sa­tion prô­née par l’ar­che­vêque de Qué­bec, Gé­rald Cy­prien La­croix.

Se­lon le do­cu­ment pré­sen­té der­niè­re­ment à près d’une cen­taine de pa­rois­siens réunis au sous-sol de l’église Saint-ignace-de-loyo­la à Gif­fard, seule­ment un cu­ré, une as­sem­blée de fa­brique et six mar­guilliers des­ser­vi­raient, d’ici huit ans, les quatre pa­roisses de La Na­ti­vi­té de Notre-dame de Beau­port, Sainte-ger­trude, Saint-ignace-de-loyo­la et Notre-dame-del’es­pé­rance qui forment l’uni­té pas­to­rale du Vieux-beau­port, les pa­roisses Sainte-thé­rè­sede-li­sieux et Sainte-bri­gitte-de-la­val, ain­si que les deux de l’ile d’or­léans. Cette pre­mière di­vi­sion du sec­teur Or­léans comp­te­rait en­vi­ron 118 000 per­sonnes.

Un même scé­na­rio sur la Côte-de-beau­pré

Un cu­ré, une as­sem­blée de fa­brique et six mar­guilliers de­vraient aus­si être en poste pour ad­mi­nis­trer les pa­roisses de L’ange-gar­dien, Châ­teau- Ri­cher, Sainte- Anne- de- Beau­pré, Notre-dame-du-saint-ro­saire, Saint-joa­chim, Saint- Fer­réol et Saint- Tite- des- Caps qui re­grou­pe­raient en­vi­ron 20 000 per­sonnes. Au cours de cette ren­contre, des dis­cus­sions ont eu lieu à sa­voir si la pa­roisse de L’an­geGar­dien de­vrait être in­té­grée au ter­ri­toire de Beau­port ou à ce­lui de la Côte-de-beau­pré.

De vives in­quié­tudes

Plu­sieurs pa­rois­siens ont pro­fi­té de l’oc­ca­sion pour sou­li­gner leurs vives in­quié­tudes face à ces pro­jec­tions. « Ce qui est dé­plo­rable, c’est que les mar­guilliers qui s’oc­cupent de la ges­tion des fa­briques n’ont pas été consul­tés dans ce pro­ces­sus. Moi, je ne vois au­cun avan­tage à re­grou­per toutes ces pa­roisses. Le sen­ti­ment d’ap­par­te­nance va être com­plè­te­ment anéan­ti», a com­men­té Gi­sèle Hains, vice-pré­si­dente à La Na­ti­vi­té.

Pour An­dré-gaé­tan Cor­neau de Sain­teGer­trude, ce qui fait la force dans une pa­roisse, ce sont les re­la­tions in­ter­per­son­nelles. Dans une très grande pa­roisse comme on le pro­pose, il a af­fir­mé que le bé­né­vo­lat va dis­pa­raître et qu’il en coû­te­ra plus cher pour as­su­rer la ges­tion des in­fra­struc­tures.

Le pré­sident de la fa­brique de Notre-da­mede-l’es­pé­rance, Fé­lix Fleu­ry, a ex­pri­mé pour sa part que les fu­sions de cer­taines pa­roisses ont dé­jà fait di­mi­nuer de plus de 50 % les re­ve­nus de la ca­pi­ta­tion qui s’avère le moyen de fi­nan­ce­ment ma­jeur des pa­roisses.

Robert Ga­gné de la même pa­roisse a lui aus­si été ca­té­go­rique. «Cette réunion ne nous a pas per­mis d’avan­cer. Ce ne sont pas les fu­sions qui vont ra­me­ner la par­ti­ci­pa­tion des gens à l’église».

Tous les gens pré­sents ont été d’ac­cord à l’ef­fet qu’il y au­ra beau­coup de sa­cri­fices à faire en rai­son du manque de res­sources hu­maines pour des­ser­vir l’en­semble de toutes ces pa­roisses. Les com­men­taires recueillis se­ront trans­mis à l’ar­che­vêque de Qué­bec, Gé­rald Cy­prien La­croix, qui de­vrait dé­ter­mi­ner un choix fi­nal en juin pro­chain.

(Pho­to Mi­chel Bé­dard)

Gi­sèle Hains craint pour la perte du sen­ti­ment d’ap­par­te­nance.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.