Des per­drix bien éle­vées

L'Autre Voix - - ACTUALITÉS - Robin Le­fran­çois

La per­drix, vous connais­sez ? Bien sûr que oui. Qui n’a pas failli faire une syn­cope en mar­chant sur un de ces oi­seaux en fo­rêt ? Mais sa­viez-vous qu’il existe des éle­veurs de per­drix ? Et oui, quelques di­zaines au Qué­bec, dont De­nis La­voie du Do­maine de La­voye à Sainte-fa­mille de l’île d’or­léans. Je me suis ren­du chez lui pour dé­cou­vrir son éle­vage hors de l’or­di­naire.

Je sens dé­jà la pas­sion lorsque l’éle­veur com­mence à me par­ler de sa ferme, ac­quise en 2000. «C’est à la base un pro­jet de re­traite pour ma conjointe et moi», an­nonce M. La­voie. Le couple culti­vait dé­jà des fraises quand ils ont dé­ci­dé d’ache­ter quelques per­drix en 2006. L’idée est ve­nue en consta­tant qu’il n’y en avait au­cune en li­ber­té sur l’île. Le suc­cès a été ra­pi­de­ment au ren­dez-vous si bien que M. La­voie a dû prendre une an­née sab­ba­tique pour s’oc­cu­per de l’éle­vage et amé­lio­rer ses ins­tal­la­tions. Heu­reu­se­ment, il n’est pas seul dans l’aven­ture : sa conjointe, Hé­lène Bou­ras­sa, et leurs quatre filles, Alexandra, Amé­lie, Marie- Anne et Florence par­ti­cipent ac­ti­ve­ment. Il peut aus­si comp­ter sur l’aide pré­cieuse de ses pa­rents et d’un ami de la fa­mille.

Une clien­tèle va­riée

J’avais re­mar­qué un drôle d’en­clos en ar­ri­vant. J’ai ap­pris que c’était la vo­lière qu’on uti­lise en été pour l’en­traî­ne­ment au vol d’une par­tie des per­drix. Celles- ci se­ront ven­dues comme gi­bier, pour les concours de chasse ou à des pour­voi­ries. Vaut mieux qu’elles sachent vo­ler... Mais la ma­jeure par­tie de la pro­duc­tion, qui pour­rait at­teindre les 4000 oi­seaux cette an­née, vien­dra agré­men­ter le me­nu des res­tau­rants 5 étoiles de la ré­gion. Ces der­nières, n’ont pas be­soin d’en­traî­ne­ment, il suf­fit qu’elles soient tendres et bien do­dues ! Par ailleurs, la clien­tèle lo­cale pour­ra se pro­cu­rer des per­drix conge­lées ou fraîches dès le mois de juin à la ferme. On y offre aus­si des oeufs, plus pe­tits que ceux des poules mais plus sa­vou­reux. La ma­jo­ri­té des oeufs se­ra tou­te­fois conser­vée pour as­su­rer le re­nou­vel­le­ment de l’éle­vage.

Avant de quit­ter la ferme, mon­sieur La­voie me confie que la meilleure fa­çon de cuire la per­drix est de la désos­ser et de la faire do­rer dans du beurre et de l’huile avant de la cuire au four 7- 8 mi­nutes, pas plus. Miam!

(Pho­to : Robin Le­fran­çois)

Les per­dreaux

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.