Les li­bé­raux contre tous!

L'Autre Voix - - COURRIER DU LECTEUR - Alexandre Cô­té, Beau­pré

Le mou­ve­ment étu­diant qui s’étend au Qué­bec dure main­te­nant de­puis plus de 10 se­maines mais, mal­gré ce­la, j’ai l’étrange im­pres­sion que leurs mo­ti­va­tions de­meurent gran­de­ment incomprises. Des com­men­taires comme ceux­ci m’amènent à ce constat : «En quoi les gré­vistes étu­diants ont in­té­rêt à ma­ni­fes­ter contre le Plan Nord?» ou «Les ar­tistes n’ont pas d’af­faire à se mê­ler du conflit étu­diant.» Mais la ques­tion qui me laisse tou­jours le plus per­plexe m’est sou­vent adres­sé à moi per­son­nel­le­ment : «Pour­quoi mi­lite-tu en fa­veur des étu­diants si tu ne vas plus à l’école, ça ne te touche pas?» Tant de ques­tions qui dé­notent une large in­com­pré­hen­sion. Loin de moi l’in­ten­tion de pa­raître pré­ten­tieux mais je vais ten­ter d’ap­por­ter des pistes de ré­ponses.

Une lutte élar­gie

Dans ce cli­mat d’in­éga­li­té qui sé­vit, le mou­ve­ment étu­diant s’ins­crit dans une lutte plus large. D’ailleurs, les as­so­cia­tions étu­diantes y sont al­lées de leurs pro­po­si­tions pour as­su­rer la pé­ren­ni­té de nos ser­vices à tous. Dé­ve­lop­per le grand nord en sui­vant le mo­dèle d’hy­dro-qué­bec, as­sai­nir les dé­penses de ges­tion des uni­ver­si­tés et autres en­ti­tés gou­ver­ne­men­tales ou im­po­ser da­van­tage les grandes en­tre­prises (par exemple, les banques ne paient pas plus de 20% d’im­pôt). Je n’ap­puie pas le mou­ve­ment étu­diant en par­ti­cu­lier, j’ap­puie le prin­cipe qu’il dé­fende de ré­par­tir la ri­chesse in­tel­li­gem­ment et non au dé­tri­ment de la classe moyenne. Ce gou­ver­ne­ment n’aug­mente pas les droits de sco­la­ri­té par sou­ci d’équi­té, il le fait de fa­çon idéo­lo­gique pour conti­nuer à aug­men­ter les re­ve­nus des banques qui em­pochent les in­té­rêts sur les prêts étu­diants.

J’ap­puie aus­si les étu­diants parce que nous de­vons prendre conscience qu’une po­pu­la­tion unie ne peut être igno­rée. Si nous lais­sons les étu­diants se dé­fendre seuls, nous se­rons aus­si seuls lorsque vien­dra le temps de ré­cla­mer notre juste part des res­sources du nord. Les étu­diants sont, en grande ma­jo­ri­té, is­sus de la classe moyenne et après leurs études y re­vien­dront à nos cô­tés. Les étu­diants sont la classe moyenne en de­ve­nir, nous sommes la classe moyenne, nous sommes la ma­jo­ri­té.

Pas de bon­bons

Évi­dem­ment, comme dans tout mou­ve­ment, on ne peut nier que cer­tains se battent sur­ement pour les mau­vaises rai­sons, pour pel­le­ter le pro­blème dans la cour du voi­sin. Ce genre de phé­no­mène est com­mun à toutes les luttes, cer­tains sont tou­jours là pour leur pro­fit in­di­vi­duel. Heu­reu­se­ment, il s’agit d’une mi­no­ri­té et cel­le­ci n’a pas d’im­pact sur l’ob­jec­tif col­lec­tif : un par­tage plus équi­table de notre ri­chesse.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.