Pierre Lan­glois pré­sident du Sa­lon de l’au­to de Qué­bec: une pas­sion à par­ta­ger

L'Autre Voix - - ACTUALITÉS - Jean-Ma­nuel Téo­to­nio re­dac­tion.lau­tre­voix@tc.tc

«Au­jourd’hui, la ville se rap­proche de nous. Ça nous per­met d’être un sec­teur très per­for­mant et on peut com­pé­ti­tion­ner avec les conces­sion­naires au centre-ville»

une belle aven­ture à vivre», sou­tient le pré­sident du conces­sion­naire éta­bli à L’Ange-Gar­dien.

M. Lan­glois in­dique que les or­ga­ni­sa­teurs du sa­lon ont vou­lu cette an­née faire un évé­ne­ment pour tous, qui n’at­ti­re­rait pas seule­ment les «en­thou­siastes» de l’au­to­mo­bile. C’est pour­quoi on trou­ve­ra de tout, al­lant de la voi­ture éco­lo­gique à la voi­ture de rêve, en passant par une zone fa­mi­liale pour les en­fants. Étant un des seuls évé­ne­ments à ac­ca­pa­rer tout l’es­pace dis­po­nible au Centre de foires, près de 300 vé­hi­cules neufs et pra­ti­que­ment tous les ma­nu­fac­tu­riers se­ront sur place.

Mi­lieu en constante évo­lu­tion

Ce­la fe­ra 31 ans cette an­née que M. Lan­glois tra­vaille dans l’au­to­mo­bile, as­sez de temps pour être té­moin de l’évo­lu­tion du do­maine. Les tech­no­lo­gies ont non seule­ment mo­di­fié le conte­nu des voi­tures, mais éga­le­ment les clients. «Avant, le consom­ma­teur pre­nait le temps d’al­ler vi­si­ter des salles de montre et d’es­sayer des vé­hi­cules, af­firme M. Lan­glois. Au­jourd’hui, le pre­mier éclair­cis­se­ment dans le pro­ces­sus d’achat est souvent fait sur in­ter­net. Par­fois, les gens ar­rivent tel­le­ment bien in­for­més qu’ils en savent plus que nous sur nos pro­duits!»

En ayant des clients mieux in­for­més sur les pro­duits, leurs droits et les condi­tions du mar­ché, les conces­sion­naires n’ont d’autres choix que de se te­nir à jour constam­ment. C’est pour­quoi il est né­ces­saire que tous les em­ployés et les di­ri­geants suivent des for­ma­tions plu­sieurs fois par an­née, sans quoi ils pourraient ra­pi­de­ment être dé­pas­sés, croit M. Lan­glois.

Côte-de-Beaupré

Éta­bli sur la Côte-de-Beaupré de­puis ses tout dé­buts, M. Lan­glois es­time que cette ré­gion profite de l’éta­le­ment ur­bain. «Au­jourd’hui, la ville se rap­proche de nous. Ça nous per­met d’être un sec­teur très per­for­mant et on peut com­pé­ti­tion­ner avec les conces­sion­naires au centre-ville», ob­serve-t-il. Il s’agit d’un lieu tel­le­ment in­té­res­sant se­lon lui qu’il s’at­tend à ce que d’autres conces­sion­naires viennent s’y ins­tal­ler d’ici les dix pro­chaines an­nées, d’au­tant plus que les sec­teurs ré­si­den­tiels des mu­ni­ci­pa­li­tés sont en crois­sance.

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Pierre Lan­glois est le pré­sident du Sa­lon in­ter­na­tio­nal de l’au­to de Qué­bec 2014.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.