Bi­blio­thèque : quand l’ar­chi­tec­ture ren­contre la lit­té­ra­ture

L'Autre Voix - - ACTUALITÉS - PRIS­CA BE­NOIT re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

BI­BLIO­THÈQUE. Fi­ni les boîtes car­rées où on entre et res­sort illi­co avec un livre en main. Main­te­nant, les bi­blio­thèques, on les veut belles. Du moins, c’est le pa­ri qu’ont fait les villes de Qué­bec et Châ­teau-ri­cher dans le ré­amé­na­ge­ment de leurs es­paces pu­blics.

De­puis l’adop­tion de la Vi­sion du dé­ve­lop­pe­ment de la bi­blio­thèque de Qué­bec en 2013, le constat est clair pour Ju­lie Le­mieux, vice-pré­si­dente du co­mi­té exé­cu­tif res­pon­sable de la culture et du pa­tri­moine : les bi­blio­thèques qui su­bissent une cure de jeu­nesse re­trouvent éga­le­ment leurs lec­teurs. «Si on s’at­tarde à la qua­li­té du lieu, à la qua­li­té de l’ar­chi­tec­ture et si on donne des lieux at­trayants et confor­tables aux ci­toyens, ils se ré­ap­pro­prient leur bi­blio­thèque », plaide Mme Le­mieux. «beau­coup

L’ave­nir des bi­blio­thèques passe

par la qua­li­té de l’ar­chi­tec­ture et de l’amé­na­ge­ment in­té­rieur. » -Ju­lie Le­mieux

Ar­ri­vée à la croi­sée des che­mins, la Ville de Qué­bec a dû faire des choix pour le dé­ve­lop­pe­ment de son ré­seau de bi­blio­thèques. «Il n’y avait pas de dé­ve­lop­pe­ment de pu­blic. La fré­quen­ta­tion stag­nait, par­fois même di­mi­nuait. En re­gar­dant ce qui se fai­sait ailleurs, on s’est ren­du compte que l’ar­chi­tec­ture et la qua­li­té des lieux jouaient pour beau­coup dans la fré­quen­ta­tion des bi­blio­thèques. » Dif­fi­cile de nier le suc­cès de cette ini­tia­tive se­lon Mme Le­mieux, qui ajoute qu’en 2015, la Ville de Qué­bec a connu des re­cords de fré­quen­ta­tion et d’abon­ne­ments pour ses bi­blio­thèques.

« On a fait le pa­ri que les gens al­laient tou­jours avoir be­soin de lieux de ren­contre et que la bi­blio­thèque pou­vait de­ve­nir ce lieu de ren­contre-là. Ça fonc­tionne, mais à condi­tion d’in­ves­tir dans des lieux de qua­li­té. Main­te­nant, chaque fois qu’on en ré­nove une ou qu’on en construit une, on a tou­jours en tête la qua­li­té de l’ar­chi­tec­ture et de l’amé­na­ge­ment in­té­rieur. »

S’INS­PI­RER DU TROI­SIÈME LIEU

À Châ­teau-ri­cher sur la Côte-de-beau­pré, l’es­pace cultu­rel Ri­chard-ver­reau, une bi­blio­thèque ou­verte en 2014 an­nexée à un an­cien pres­by­tère et don­nant vu sur le fleuve, s’est dé­ve­lop­pé in­cons­ciem­ment se­lon le concept du troi­sième lieu, croit la conseillère mu­ni­ci­pale res­pon­sable du dos­sier, Nan­cy La­fer­rière. Le so­cio­logue amé­ri­cain Ray Ol­den­burg a dé­ve­lop­pé cette idée dans les an­nées 1980, af­fir­mant qu’il exis­tait un in­ter­mé­diaire entre le pre­mier lieu, la mai­son, et le deuxième lieu, le tra­vail.

« C’est un lieu qui doit être in­vi­tant pour la col­lec­ti­vi­té, ex­plique Mme La­fer­rière. Au fil du temps, ce concept s’est dé­ve­lop­pé dans des lieux comme les bi­blio­thèques et ça colle bien à notre éta­blis­se­ment. […] Je crois que sur le plan ar­chi­tec­tu­ral, ç’a ame­né des nou­velles pro­po­si­tions plus écla­tées. On n’est plus dans un lieu plus aus­tère et fer­mé, au contraire. »

Pour Nan­cy La­fer­rière, la lit­té­ra­ture et l’ar­chi­tec­ture sont toutes les deux un re­flet de leur époque. « La lit­té­ra­ture s’adapte tou­jours à son temps. Les au­teurs sont là pour nous dé­crire des époques, ils vivent dans leur temps. L’ar­chi­tec­ture doit faire de même.» Pour Ju­lie Le­mieux, l’im­pres­sion que donne un lieu lie l’ar­chi­tec­ture et la lit­té­ra­ture. « Dans les bi­blio­thèques moins at­trayantes au plan ar­chi­tec­tu­ral, les gens vont y al­ler quand même, mais ils vont juste al­ler cher­cher un livre et s’en al­ler. Ils ne vont pas res­ter sur les lieux, ça va être un lieu de pas­sage. »

Pho­to gra­cieu­se­té – Mo­nique De­mers)

L’es­pace cultu­rel Ri­chard-ver­reau à Châ­teau-ri­cher fait le pont entre la mo­der­ni­té et le pas­sé.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.