Alexandre Tan­guay, étu­diant et pro­prié­taire ma­jo­ri­taire de l’océa­nic de Ri­mous­ki

Il a pris la re­lève de son grand-père Mau­rice

L'Autre Voix - - PETITES ANNONCES CLASSÉES SPORTS - CHARLES LA­LANDE re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

HO­CKEY JU­NIOR. À 23 ans, Alexandre Tan­guay en est à la der­nière an­née de son bac­ca­lau­réat en Ad­mi­nis­tra­tion à l’uni­ver­si­té La­val. Son en­trée sur le mar­ché du tra­vail s’est fait pré­ma­tu­ré­ment, en avril der­nier, lors­qu’il est de­ve­nu pro­prié­taire ma­jo­ri­taire de l’océa­nic de Ri­mous­ki, for­ma­tion de la Ligue de ho­ckey ju­nior ma­jeur du Qué­bec (LHJMQ).

En avril der­nier, il a ache­té les parts de son grand-père, Mau­rice Tan­guay, et d’an­dré Jolicoeur. L’autre moi­tié appartient à un groupe d’hommes d’af­faires de Ri­mous­ki.

Mau­rice Tan­guay dé­si­rait que la re­lève reste dans la fa­mille, et son pe­tit-fils était in­té­res­sé à la prendre, mal­gré son in­ex­pé­rience.

« J’ai joué pen­dant deux sai­sons, alors j’ai un pro­fond at­ta­che­ment en­vers la com­mu­nau­té du Bas-saint-laurent et l’or­ga­ni­sa­tion », a dit ce­lui qui a évo­lué de 2010 à 2012 avec l’équipe de toute une ré­gion.

« J’im­plique en­core beau­coup mon grand-père et An­dré Jolicoeur. J’ap­prends de ces hommes. Il est en­core au cou­rant de ce qui se passe avec son Océa­nic. »

LA VIC­TOIRE REND LES PAR­TI­SANS FI­DÈLES

Par­mi ses tâches quo­ti­diennes, il y a, entre autres, le re­nou­vel­le­ment des contrats, en­tre­te­nir les liens avec les par­te­naires et ame­ner de nou­velles idées.

« Le ho­ckey ju­nior en a pris un coup ré­cem­ment, a-t-il dit à pro­pos des pro­blèmes d’as­sis­tances aux quatre coins du cir­cuit Cour­teau. Il ne faut ja­mais prendre nos par­ti­sans pour ac­quis. Pour amé­lio­rer leur ex­pé­rience, nous avons chan­gé nos bancs, notre écran et notre son. »

À Ri­mous­ki, il est hors de ques­tion de ter­mi­ner dans le bas du clas­se­ment. Le but est d’avoir une équipe com­pé­ti­tive à chaque hi­ver, et de re­tour­ner au som­met le plus vite pos­sible afin d’ajou­ter une qua­trième Coupe du Pré­sident (2000, 2005 et 2015) et une deuxième Coupe Me­mo­rial (2000).

Son im­pli­ca­tion avec la fran­chise créée en 1995 lui per­met de re­nouer avec Serge Beau­so­leil, le grand ma­ni­tou des opé­ra­tions ho­ckey. Ce der­nier a aus­si été son pro­fes­seur d’his­toire au Sé­mi­naire Saint-fran­çois ain­si que son en­traî­neur-chef dans le Mid­get AAA et dans la LHJMQ.

« C’est une drôle de coïn­ci­dence. Nous avons une belle re­la­tion. Je suis en constante com­mu­ni­ca­tion avec Éric Bou­cher [le pré­sident] et Serge. Nous pre­nons des dé­ci­sions en­semble, tant sur le plan ho­ckey qu’ad­mi­nis­tra­tif. »

RI­VA­LI­TÉ SAINE ET RES­PEC­TUEUSE

Son père, Jacques Tan­guay, est le pré­sident des Remparts de Qué­bec, et il est im­pli­qué dans la conces­sion de­puis la re­nais­sance de celle-ci en 1997.

De­puis quelques an­nées, les deux équipes sont plon­gées au coeur d’une ri­va­li­té sans mer­ci. En 2015, lors de la grande fi­nale qué­bé­coise, elles avaient croi­sé le fer et Ri­mous­ki l’avait em­por­té en 2e pro­lon­ga­tion lors du 7e match.

«Quand nous sommes en fa­mille, nous pro­fi­tons des mo­ments en­semble, nous lais­sons le tra­vail de cô­té. Nous res­tons res­pec­tueux et nous nous ré­jouis­sons tou­jours des suc­cès de l’autre.

Im­pli­quée dans le sport de­puis des dé­cen­nies, la fa­mille Tan­guay est éga­le­ment très unie, même dans la ri­va­li­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.