Le grand mé­nage (bio et éco­no) du prin­temps

L'Autre Voix - - ACTUALITÉS - PRISCA BE­NOIT re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

CHRO­NIQUE. Ça y est, c’est l’heure d’ouvrir les fe­nêtres, de se­couer les ta­pis et de frot­ter tous les re­coins de votre chez vous (du moins, ceux qui en ont le plus be­soin !) Pour un net­toyage res­pec­tueux de l’environnement, pour­quoi ne pas op­ter pour des pro­duits is­sus de sources na­tu­relles et ven­dus en vrac ?

Je vous ai dé­jà par­lé de quoi faire avec tous les vieux ob­jets dont vous sou­hai­tiez vous dé­bar­ras­ser lors de l’ar­ri­vée du beau temps dans ma pré­cé­dente chro­nique sur les ventes de ga­rage. Une fois qu’on a fait de la place dans les ar­moires, pour­quoi ne pas y pas­ser un bon coup de chif­fon ? On ne le re­marque pas au quo­ti­dien, mais la pous­sière s’y est cer­tai­ne­ment ac­cu­mu­lée.

C’est connu, dans toutes les mai­sons, il y a « l’ar­moire de la salle de bain », ou tout autre concept du genre. C’est cette ar­moire où on ac­cu­mule tous les types de pro­duits mé­na­gers qui peuvent exis­ter : la bou­teille pour les comp­toirs, pour les taches de la douche, celle pour les fe­nêtres, les plan­chers, alouette ! Alors que pour cer­tains, la com­po­si­tion peut être né­faste pour soi-même et l’environnement, tous sont ven­dus en bou­teilles qui font un peu plus de plas­tiques qui s’ac­cu­mulent dans l’environnement.

C’est de­vant ce constat que Ge­ne­viève Pou­lin a dé­ci­dé de lan­cer Éco­bou­tik. D’abord spé­cia­li­sée en couche la­vable, un autre élé­ment qui pro­duit des tas de dé­chets et qu’elle a vou­lu éra­di­quer de sa vie, elle a choi­si de di­ver­si­fier son offre pour four­nir éga­le­ment des pro­duits de net­toyage éco­lo­giques et équi­tables.

Éton­nam­ment, ou pas, on trouve vrai­ment de tout dans l’éco­lo qui peut rem­pla­cer les op­tions je­tables de nos pro­duits mé­na­gers. « Ça va de la les­sive au sa­von pour lave-vais­selle, le dé­ter­gent neutre style M. Net pour plan­cher et sur­faces », énu­mère-t-elle. Ses plus grands ven­deurs sont dis­po­nibles dans des points per­ma­nents, mais elle se dé­place aus­si dans son Éco­bou­tik-mo­bile pour vendre des pro­duits un peu plus ni­chés.

UNE OP­TION PLUS SAN­TÉ

Plu­sieurs pro­duits is­sus de sources na­tu­relles ar­ri­vés sur le mar­ché sont in­té­res­sants pour la san­té, parce que plu­sieurs ne contiennent pas d’ad­di­tifs comme cer­tains pro­duits de vente in­dus­trielle. « Ce sont des pro­duits qui peuvent être né­fastes pour l’environnement, mais sur­tout pour l’homme, parce qu’on sup­pose un contact par in­ha­la­tion ou au tou­ché », ex­plique le pro­fes­seur en chi­mie à l’uni­ver­si­té La­val, Thier­ry Ol­le­vier. Cô­té qua­li­té, le cher­cheur re­com­mande la pru­dence et l’es­sai-erreur : dans les deux ca­té­go­ries, on peut se re­trou­ver avec des ci­trons.

Rien de bien com­pli­qué pour le fonc­tion­ne­ment : soit on amène nos propres conte­nants – on doit s’as­su­rer qu’il n’y avait pas de pro­duits chi­miques à l’in­té­rieur avant de l’uti­li­ser –, soit on achète une nou­velle bou­teille qui pour­ra être rem­plie à chaque vi­site. Pour ce faire, les points de vente sont équi­pés de ba­lance, on pèse notre conte­nant avant de rem­plir, puis on cal­cule la dif­fé­rence du poids à la caisse, et le tour est joué, suf­fit de bien rin­cer et sé­cher son conte­nant entre les uti­li­sa­tions.

Ven­dus en grande quan­ti­té, les pro­duits peuvent même de­ve­nir une éco­no­mie pour le por­te­feuille. «Ha­bi­tuel­le­ment, plus les gens achètent en grande quan­ti­té, plus le prix au litre di­mi­nue. L’éco­no­mie est no­table là aus­si. » Sans comp­ter qu’on ne re­paye pas à chaque rem­plis­sage pour une nou­velle bou­teille de plas­tique, contrai­re­ment aux pro­duits com­mer­ciaux où le prix de la bou­teille est in­clus dans le to­tal. « Ça coûte cher à chaque fois une pompe pour le sa­von à main où un va­po­ri­sa­teur », illustre-t-elle.

Si vous vi­sez un mode de vie Zé­ro Dé­chet, Ge­ne­viève Pou­lin re­com­mande d’y al­ler une étape à la fois. « Une fois qu’on a fi­ni un pro­duit, on peut le rem­pla­cer par un nou­veau dans une sta­tion de rem­plis­sage, donne-t-elle comme exemple. Il ne faut pas que les gens veuillent vi­rer à 100 % du jour au len­de­main, c’est un pro­duit à la fois. »

Pour les purs et durs, sa­chez que du vi­naigre, du bi­car­bo­nate de soude et de l’eau peuvent faire am­ple­ment le tra­vail pour l’en­semble de vos tâches mé­na­gères. « Le pro­blème, c’est les odeurs, ri­gole Ge­ne­viève. Parce qu’en fait, ça marche tout aus­si bien ! »

D’autres com­merces pro­posent éga­le­ment l’achat de pro­duits de net­toyage en vrac. C’est no­tam­ment le cas à la Ré­colte dans Li­moi­lou, ou en­core chez Le­mieux sur le bou­le­vard Cha­rest.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.