Le bar­rage Jean-la­rose dé­mo­li

L'Autre Voix - - ACTUALITÉS - PRISCA BE­NOIT re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

IN­FRA­STRUC­TURE. Le bar­rage qui tra­verse la ri­vière Jean-la­rose à Beau­pré se­ra dé­mo­li. Son pro­prié­taire, la So­cié­té des éta­blis­se­ments de plein air du Qué­bec (SEPAQ) le juge in­utile.

La SEPAQ est al­lée en ap­pel d’offres pour pro­cé­der à la dé­mo­li­tion du bar­rage qui sé­pare le lac du Mont-sainte-anne à la ri­vière Jean-la­rose. Si­tuée sous la route 360 à Beau­pré, l’in­fra­struc­ture n’a au­cune uti­li­té spé­ci­fique, ex­plique la porte-pa­role de la SEPAQ, Lu­cie Bou­lianne.

« Nous, on a un bar­rage qui n’a pas vrai­ment de rai­son d’être, qui est in­utile, et qu’on doit en­tre­te­nir tout de même pour qu’il reste sé­cu­ri­taire», fait va­loir la porte-pa­role. La so­cié­té d’état va en ap­pel d’offres pour trou­ver une firme d’in­gé­nieur qui va éta­blir les dif­fé­rents scé­na­rios pos­sibles, soit une dé­mo­li­tion par­tielle ou to­tale du dé­ver­soir et du bar­rage. «Après la sé­lec­tion du scé­na­rio, les plans et de­vis se­ront ef­fec­tués », ren­ché­rit Mme Bou­lianne.

Au­pa­ra­vant, c’était la SEPAQ qui était le ges­tion­naire du site du Mont-sainte-anne. Lors du trans­fert des ac­ti­vi­tés en 1994, le nou­veau pro­prié­taire n’a pas vou­lu prendre à sa charge le bar­rage de la ri­vière Jean-la­rose. « Les ache­teurs avaient re­je­té la pos­si­bi­li­té d’ac­qué­rir cette in­fra­struc­ture qui était in­utile pour eux », rap­porte Mme Bou­lianne.

JA­MAIS SER­VI

Le bar­rage a été construit en 1974, bien avant que la SEPAQ soit ges­tion­naire du site. « Sa construc­tion pro­vient du pro­jet de créer un bas­sin ar­ti­fi­ciel », ex­plique la porte-pa­role. Sauf que le bas­sin n’a ja­mais réus­si à voir le jour fi­na­le­ment, comme le sol était trop po­reux et que l’eau fuyait, te­nant le­dit lac presque à sec.

L’im­pact de la dé­mo­li­tion sur le dé­bit de la ri­vière est mi­nime, se­lon la porte-pa­role de la SEPAQ. «La ri­vière Jean-la­rose ali­mente les chutes tout sim­ple­ment. Le bar­rage ne mo­di­fie pas la chute. »

La SEPAQ a dû in­ter­ve­nir au cours des der­niers jours pour ten­ter de fer­mer les portes du bar­rage. La ma­noeuvre de­vait ser­vir à la re­cherche de la jeune femme qui s’est fait em­por­ter par le cou­rant le 21 mai der­nier. La ma­noeuvre a été vaine, le cou­rant de la ri­vière étant tou­jours trop fort pour ef­fec­tuer des re­cherches dans le bas­sin des chutes Jean-la­rose.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.