Les pas­sages à ni­veau sous sur­veillance

L'Autre Voix - - ACTUALITÉS - PRISCA BE­NOIT re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

TRANS­PORT. En amé­lio­rant la sé­cu­ri­té au­tour de la voie fer­rée, la MRC de La Côte-de-beau­pré fait un pas de plus vers la mise en place d’un train de ban­lieue jus­qu’à Qué­bec.

De­puis dé­jà plu­sieurs an­nées, les élus lo­caux de la Côte-de-beau­pré rêve d’un train de ban­lieue qui tra­ver­se­rait le ter­ri­toire pour se rendre jus­qu’au pôle d’es­ti­mau­ville, à Qué­bec. Or, pour l’ins­tant, le train ne peut pas al­ler à la vi­tesse es­pé­rée, étant don­né que plu­sieurs pas­sages à ni­veau ne sont pas sé­cu­ri­sés adé­qua­te­ment.

« Le train a des obli­ga­tions gou­ver­ne­men­tales de cir­cu­ler moins rapidement que la vi­tesse au­to­ri­sée, parce qu’il n’y a pas de bar­rières ou de feux de si­gna­le­ment », ex­plique le co­or­don­na­teur au trans­port de Dé­ve­lop­pe­ment Côte-de-beau­pré, Marc-an­dré Avoine. La vi­tesse à la­quelle roule le train de Char­le­voix jus­qu’à pré­sent est donc trop lente pour qu’il soit uti­li­sé comme trans­port en com­mun.

Pour amé­lio­rer la vi­tesse du train, le conseil de la MRC a adop­té, lors de sa der­nière séance, un plan d’amé­lio­ra­tion des pas­sages à ni­veau, éla­bo­ré par Dé­ve­lop­pe­ment Côte-de-beau­pré, le ges­tion­naire du trans­port col­lec­tif sur le ter­ri­toire. Le plan re­cense l’en­semble des pas­sages à ni­veau de la MRC, aus­si bien pu­blic que pri­vé, et éla­bore les étapes à suivre pour amé­lio­rer leur sé­cu­ri­té. La MRC s’est aus­si en­ga­gée à réa­li­ser des de­mandes de sub­ven­tion aux fonds pro­vin­ciaux et fé­dé­raux des­ti­nés à l’amé­lio­ra­tion des pas­sages à ni­veau.

En conser­vant une vi­tesse qui s’ap­proche plus des 40 miles à l’heure au­to­ri­sés par les au­to­ri­tés gou­ver­ne­men­tales, le train de Char­le­voix de­vient une op­tion de plus en plus in­té­res­sante pour se dé­pla­cer, se­lon Marc-an­dré Avoine. « On au­rait un gain de 10 à 20 mi­nutes sur le temps al­loué entre Sainte-anne-de-beau­pré et Qué­bec », rap­porte-t-il. Il est dé­jà pos­sible pour les dé­ten­teurs d’un lais­sez-pas­ser men­suel ou mé­tro­po­li­tain d’em­prun­ter le train entre Qué­bec et Sainte-anne-de-beau­pré.

C’est d’abord pour amé­lio­rer la sé­cu­ri­té des ci­toyens que le plan d’amé­lio­ra­tion a été créé, se­lon le di­rec­teur gé­né­ral de Dé­ve­lop­pe­ment Côte-de-beau­pré, Bernard Pa­ré. « L’amé­lio­ra­tion de la vi­tesse fait par­tie des avan­tages col­la­té­raux lors­qu’on tra­vaille sur la sé­cu­ri­té », croit-il. D’ailleurs, en 2016, une au­to­mo­bi­liste avait été per­cu­tée par le train de Char­le­voix au pas­sage à ni­veau de la côte de l’église, à Boi­scha­tel. L’im­pact a été violent, mais la conduc­trice n’a pas su­bi de bles­sures graves. Les feux cli­gno­tants et l’aver­tis­seur so­nore étaient en fonc­tion, mais au­cune bar­rière de sé­cu­ri­té n’était ins­tal­lée à cette hau­teur.

RÉ­DUIRE LES NUI­SANCES

Le train ne doit pas juste ré­duire sa vi­tesse lors­qu’il tra­verse un pas­sage à ni­veau, il doit aus­si don­ner plu­sieurs coups de sif­flet, plus que si les pas­sages à ni­veau avaient des bar­rières et un si­gna­le­ment so­nore. Avec trois al­ler-re­tour entre Qué­bec et Char­le­voix en été, on compte donc six mo­ments dans la jour­née où les trains doivent si­gna­ler leur pré­sence.

La si­tua­tion est même de­ve­nue un en­jeu po­li­tique dans cer­taines villes. C’est no­tam­ment le cas à Châ­teau-ri­cher, la mu­ni­ci­pa­li­té qui compte le plus de pas­sages à ni­veau sur le ter­ri­toire. « On s’en fait beau­coup par­ler, c’est vrai­ment un en­jeu qui pré­oc­cupe la po­pu­la­tion », constate le maire de Châ­teau-ri­cher, Fré­dé­ric Dan­cause. La si­tua­tion est par­ti­cu­liè­re­ment pro­blé­ma­tique à la rue Dick, qui est l’en­trée du noyau vil­la­geois.

TRA­VAUX DÈS L’AN PRO­CHAIN

Pour l’ins­tant, dix pas­sages à ni­veau ont été sé­lec­tion­nés pour le plan d’ac­tion des trois pro­chaines an­nées. Le plan com­mence à Sainte-anne-de-beau­pré en 2018, aux rues Ga­gnon, Ca­ron et de la Vi­si­ta­tion, où on veut ajou­ter des bar­rières de sé­cu­ri­té et installer de nouveaux feux cli­gno­tants. Les rues Le­moine, Dick et Huot à Châ­teau-ri­cher ont été iden­ti­fiées pour 2019, éga­le­ment pour l’ajout de bar­rières. Fi­na­le­ment, le pas­sage pié­ton­nier de Boi­scha­tel, la côte Du­four­nel à L’ange-gar­dien, la rue Sainte-mar­gue­rite à Beau­pré et la rue de l’église de Saint-joa­chim au­ront aus­si droit à de nou­velles ins­tal­la­tions en 2020. À terme, c’est l’en­semble des pas­sages à ni­veau que la MRC ai­me­rait sé­cu­ri­ser. Ce­lui de la côte de l’église à Boi­scha­tel est tou­jours en ré­fec­tion en rai­son des tra­vaux de ré­amé­na­ge­ment de l’ar­tère.

(Pho­to TC Me­dia – Prisca Be­noit)

Au­cune bar­rière de sé­cu­ri­té n’ar­rête les au­to­mo­bi­listes lorsque le train de Char­le­voix doit tra­ver­ser les rues.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.