Le nou­veau cha­pitre de la vie de Na­tha­lie Le­clerc

L'Autre Voix - - ACTUALITÉS - GEOFFRÉ SAM­SON re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

PO­LI­TIQUE. Na­tha­lie Le­clerc an­nonce son en­trée en po­li­tique pro­vin­ciale dans la cir­cons­crip­tion de Char­le­voix-côte-de-beau­pré. Re­con­nue comme la fille de, elle a beau­coup plus qu’un hé­ri­tage fa­mi­lial à of­frir.

Née à Bou­logne-billan­court, en ban­lieue de Pa­ris, alors que son père était en tour­née eu­ro­péenne, Na­tha­lie ar­rive à l’île d’or­léans en 1971. L’or­léa­naise n’a ja­mais quit­té la ré­gion sauf pour une pé­riode de deux ans où sa fa­mille pré­sen­tait une ex­po­si­tion eu­ro­péenne, à l’oc­ca­sion du cen­te­naire de Fé­lix Le­clerc. Elle a aus­si ha­bi­té à Saint-fer­réol-les-neiges, avant la nais­sance de son pre­mier en­fant.

Son père a tou­jours été pré­sent, même après sa mort. Na­tha­lie re­pré­sente sa suc­ces­sion et porte l’hé­ri­tage de son nom de­puis ses 19 ans. C’est d’ailleurs pour cette rai­son qu’elle a créé l’es­pace Fé­lix Le­clerc et pro­lon­gé sa mé­moire. Na­tha­lie ché­ris­sait ce pro­jet avant le dé­cès de son père, mais croit que ce­lui-ci n’au­rait pas ac­cep­té.

« Mon père se grat­tait la nuque lors­qu’il était ti­mide et gê­né, c’est ce qu’il au­rait sû­re­ment fait en di­sant de sa voix grave : Ben voyons, fais pas ça. »

Le 8 août 1988, le Qué­bec en en­tier et l’île d’or­léans étaient en deuil.

« Lorsque mon père nous a quit­tés, j’ai fait le tour de l’île et tous les dra­peaux étaient en berne. J’ai trou­vé ça grand. »

LES LE­CLERC ET LA PO­LI­TIQUE

La po­li­tique n’a ja­mais été très loin de Na­tha­lie, mais elle n’a ja­mais mi­li­té et ne vou­lait pas s’in­ves­tir.

« Fé­lix Le­clerc était ce­lui qui pre­nait la pa­role, ce­lui qui s’im­pli­quait, ce­lui qu’on voyait. »

Na­tha­lie ex­plique que la po­li­tique fait par­tie de sa vie, elle est dans son ADN. Pour­quoi le Par­ti Qué­bé­cois ? Elle ré­pond qu’elle n’au­rait pas pu ni vou­lu al­ler ailleurs.

« Les par­ti­sans du Ca­na­diens ont le CH sur le coeur, moi c’est le PQ ! »

Pen­dant la dis­cus­sion, un sou­ve­nir lui est ve­nu à l’es­prit.

«Bien que j’étais ac­com­pa­gnée par mon père, j’ai eu la chance de dî­ner à la même table que Lu­cien Bouchard, Jacques Pa­ri­zeau, Pau­line Ma­rois et Re­né Lé­vesque, avec qui pa­pa li­sait des textes. Le PQ a tou­jours été pré­sent. » C’est un ca­deau d’être mais c’est lourd à por­ter. Il faut le prendre du bon cô­té. » -Na­tha­lie Le­clerc

LA NOU­VELLE POLITICIENNE

Na­tha­lie se voit comme une bat­tante qui aime re­le­ver les dé­fis. Elle men­tionne ne pas voir le PQ en plein nau­frage, mais comme une roue qui tourne, un re­nou­veau.

La can­di­date ex­plique qu’elle a eu des pa­pillons lors de sa vi­site du Par­le­ment quand elle a re­mar­qué que l’image de Re­né Lé­vesque est en­core bien pré­sente dans le bu­reau de Jean-fran­çois Li­sée.

«Tout comme mon père me porte et mes en­fants me portent, Re­né Lé­vesque porte le PQ. »

Lorsque Na­tha­lie a été ap­pro­chée par le PQ, elle a pris deux mois de ré­flexion. Pen­dant cette pé­riode d’at­tente, de nom­breuses per­sonnes lui ont été pré­sen­tées. Elle a même as­sis­té, ano­ny­me­ment, à une ren­contre du par­ti, à Sainte-anne-de-beau­pré.

« J’y suis al­lée par cu­rio­si­té. J’ai vu dans les yeux des par­ti­sans la même lu­mière que mon père avait et j’ai été très tou­chée. »

Ses en­fants et son conjoint ont été con­sul­tés avant de prendre sa dé­ci­sion.

« Le re­gard et la fier­té de mon grand gar­çon ont été im­por­tants, comme une ap­pro­ba­tion. » Elle men­tionne que ce sont ses en­fants qui lui donnent des ailes et ce sont eux qui la poussent à être Na­tha­lie.

SA RE­NAIS­SANCE

Na­tha­lie a vé­cu de nom­breux mo­ments spé­ciaux, au cours de sa vie, comme lors de la sor­tie de son livre où l’écri­vaine s’était sen­tie re­naître. Et pour­tant…

« Lorsque Agnès Mal­tais s’est le­vée pour me nom­mer of­fi­ciel­le­ment, lors de mon in­ves­ti­ture, je n’ai ja­mais vé­cu un tel mo­ment. J’ai mon­té une marche de plus en tant que moi, en tant que Na­tha­lie Le­clerc. Pas comme la fille de. »

(Pho­to TC Me­dia – Geoffré Sam­son)

Na­tha­lie Le­clerc ap­pré­cie chaque mo­ment au lieu consa­cré à son père.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.