Pierre Le­fran­çois : maire et pré­fet

L'Autre Voix - - ACTUALITÉS - GEOFFRÉ SAM­SON re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

BI­LAN. La der­nière an­née est sy­no­nyme de conti­nui­té pour le maire de L’ange-gar­dien. Pierre Le­fran­çois a aus­si re­ga­gné ce qu’il avait per­du en 2013, soit le titre de pré­fet.

Élu pour la pre­mière fois au con­seil mu­ni­ci­pal, il y a 21 ans, M. Le­fran­çois dit que la mu­ni­ci­pa­li­té est en mode re­cons­truc­tion de­puis qu’il est de­ve­nu maire en 2001. Près de 9 M$ ont été in­ves­tis en in­fra­struc­tures dans la der­nière an­née. La mu­ni­ci­pa­li­té doit faire des mises à jour pour ré­pondre aux nou­velles normes en­vi­ron­ne­men­tales.

« C’est ma­jeur d’avoir in­ves­ti ce mon­tant en une seule an­née. »

Plus de 80% du ré­seau d’aque­duc a été re­fait de­puis plus d’une dé­cen­nie, mais de nom­breuses ré­si­dences au nord de la mu­ni­ci­pa­li­té n’ont pas en­core ac­cès à ce ser­vice.

La ré­fec­tion des dix rues se­ra com­plé­tée en 2018 avec l’ap­pli­ca­tion d’une deuxième couche de pa­vage, en plus des cor­rec­tifs et la fi­ni­tion de cer­tains ter­rains qui ont été tou­chés lors des tra­vaux.

Cette an­née, la mu­ni­ci­pa­li­té at­tend un im­por­tant fi­nan­ce­ment pour le ter­rain de soc­cer syn­thé­tique. Un pro­jet qui a an­té­rieu­re­ment été re­fu­sé par le gou­ver­ne­ment.

« J’ai très bon es­poir et je crois que nous avons toutes les condi­tions ga­gnantes pour re­ce­voir une ré­ponse fa­vo­rable. C’est un be­soin criant pour la ré­gion. »

Si la mu­ni­ci­pa­li­té ob­tient la sub­ven­tion, le rem­pla­ce­ment du centre des loi­sirs, qui com­pren­dra une salle com­mu­nau­taire, sui­vra le pro­jet.

« Parce que nous sommes une pe­tite mu­ni­ci­pa­li­té, nous de­vons être op­por­tu­nistes et tra­vailler avec les pro­grammes d’in­fra­struc­tures. Nous ne pou­vons pas tout payer et nous de­vons pen­ser à nos contri­buables. »

M. Le­fran­çois dé­sire mettre en va­leur le parc Es­pace Fil­lion, une des belles réa­li­sa­tions de L’ange-gar­dien.

LE PRÉ­FET

La Côte-de-beau­pré (CDB) com­mence à bou­ger. M. Le­fran­çois dit que la MRC est consciente des be­soins de tous et constate que les élus tra­vaillent de plus en plus en col­lé­gia­li­té, en ci­blant des be­soins col­lec­tifs.

« Nous nous éle­vons au-des­sus de la mê­lée et nous sommes en pleine crois­sance. »

Au Qué­bec de­puis les der­niers mois, on dis­cute beau­coup des fu­sions mu­ni­ci­pales. Le pré­fet ne croit pas qu’il y a un tel be­soin sur la CDB. M. Le­fran­çois croit qu’en tra­vaillant en­semble, tout ira mieux.

« Si ton voi­sin va bien, tu vas bien. » En at­tente de fi­nan­ce­ment, d’autres an­nonces se­ront faites d’ici le mois de juin, comme la construc­tion d’une ou deux pis­cines, en plus du ré­amé­na­ge­ment et de la re­vi­ta­li­sa­tion de la route 138. Rien n’est en­core of­fi­cia­li­sé.

La ve­nue du G7 et du Club Med sont deux su­jets qui se réa­li­se­ront dans la ré­gion de Char­le­voix. Se­lon Pierre Le­fran­çois, nous ne se­rons qu’une zone de pas­sage lors du som­met à La Mal­baie, mais il est plus en­thou­siaste aux pro­jets du Mas­sif, il croit que ça ap­por­te­ra que du po­si­tif.

Fi­na­le­ment, cette an­née en est une d’élec­tion pro­vin­ciale. Cer­taines ru­meurs di­saient que Pierre Le­fran­çois se pré­sen­te­rait, ce qui n’est pas le cas, se­lon le prin­ci­pal in­té­res­sé.

«Lorsque j’étais plus jeune, j’avais été ap­pro­ché, mais je viens d’être ré­élu pour quatre ans, en plus d’un nou­veau man­dat comme pré­fet. Je ne vise au­cu­ne­ment un poste de dé­pu­té. Certes, je suis pas­sion­né de po­li­tique, mais je crois qu’il faut res­ter où on est bon ! »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.