Pas d’agran­dis­se­ment pour Bo­ra­lex

L'Autre Voix - - ACTUALITÉS - GEOFFRÉ SAM­SON re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

ÉO­LIEN. Le pro­jet SBX, dans la Sei­gneu­rie de Beau­pré n’au­ra pas lieu après que le Mas­sa­chu­setts ait choi­si l’hy­dro­élec­tri­ci­té d’hy­dro-qué­bec plu­tôt que l’éner­gie éo­lienne.

Le sché­ma de la phase 4, pro­po­sé par Bo­ra­lex et Éner­gir, re­pré­sen­tait la construc­tion de 65 à 85 nou­velles éo­liennes vi­sant l’ex­por­ta­tion de 300 MW d’éner­gie verte vers les États-unis. Bo­ra­lex et Éner­gir, par­te­naires du pro­jet, avaient tra­vaillé avec Hy­dro-qué­bec pour la pré­pa­ra­tion de cer­taines sou­mis­sions.

«Hy­dro-qué­bec était un four­nis­seur de ser­vices. Il of­frait de l’équi­li­brage fiable et stable avec l’hy­dro­élec­tri­ci­té et per­met­tait de trans­por­ter l’éner­gie jus­qu’à la fron­tière amé­ri­caine », pré­cise le conseiller prin­ci­pal du Dé­ve­lop­pe­ment et éner­gie re­nou­ve­lable chez Éner­gir, Jean-fran­çois Jaimes.

Se­lon de di­rec­teur au Dé­ve­lop­pe­ment et ac­qui­si­tion chez Bo­ra­lex, Ra­fael Bour­rel­lis, il y a une de­mande dans le nord-est des États-unis et croit que ce n’est que par­tie re­mise.

« C’est cer­tain que c’est une dé­cep­tion, mais on pense que c’est la pre­mière d’une sé­rie d’op­por­tu­ni­tés. »

Plus d’une tren­taine d’em­ployés as­surent le bon fonc­tion­ne­ment des phases 1 à 3 de la Sei­gneu­rie de Beau­pré. Le di­rec­teur de Bo­ra­lex as­sure que les em­plois liés au pro­jet SBX ne se­ront pas tou­chés. Au­cune em­bauche n’avait d’ailleurs été faite en pré­vi­sion du pos­sible con­trat.

Il n’y a pas de nou­veau chan­tier pré­vu en 2018 sur la Côte-de-beau­pré, Bo­ra­lex conti­nue­ra de dé­ve­lop­per le site en at­ten­dant une nou­velle op­por­tu­ni­té, mais au ra­len­ti.

« On conti­nue­ra à me­su­rer le vent pour amé­lio­rer nos connais­sances et nous pour­sui­vrons le dia­logue avec les com­mu­nau­tés. On garde le site vi­vant », as­sure M. Bour­rel­lis.

Plu­sieurs plans et dé­ve­lop­pe­ments techniques ont été faits de­puis juillet 2017. Les res­pon­sables pré­cisent que tout n’est pas per­du.

«La pour­suite du dé­ve­lop­pe­ment de la phase 4 pour­rait ré­pondre à d’éven­tuels ap­pels d’offres ve­nant d’autres états du Nord-est amé­ri­cain », af­firme M. Jaimes.

M. Bour­rel­lis ajoute qu’ils doivent adap­ter le pro­jet à chaque op­por­tu­ni­té, comme la su­per­fi­cie ou la tech­no­lo­gie uti­li­sée. Le di­rec­teur as­sure qu’il y a une de­mande pour l’éner­gie éo­lienne au sud de la fron­tière et que d’autres pro­jets se­ront an­non­cés pour la Côte-de-beau­pré. Pour le mo­ment, rien n’est en­core en­vi­sa­gé en 2018.

« La Sei­gneu­rie de Beau­pré pré­sente des ca­rac­té­ris­tiques ex­cep­tion­nelles, comme la proxi­mi­té des lignes de trans­mis­sion et l’es­pace de dé­ve­lop­pe­ment dis­po­nible. Il est as­su­ré que nous pri­vi­lé­gie­rons ce site pour les fu­tures op­por­tu­ni­tés »

En ce qui concerne le re­cours col­lec­tif par des ci­toyens de Saint-ferréol-les-neiges, les di­ri­geants ne peuvent com­men­ter le dé­rou­le­ment, car la si­tua­tion est de­vant les tri­bu­naux. De plus, ce re­cours concerne des évé­ne­ments sur­ve­nus du­rant les trois pre­mières phases.

En quatre ans d’ac­ti­vi­té, les parcs éo­liens de la Sei­gneu­rie de Beau­pré oc­cupent près de 10 % des 1 600 km2 de cette pro­prié­té du Sé­mi­naire de Qué­bec. La pro­duc­tion ac­tuelle est de 364 MW à l’heure.

(Pho­to TC Mé­dia La­wrence Cas­sis­ta)

(Pho­to gra­cieu­se­té – Bo­ra­lex)

Pas de nou­velles éo­liennes pré­vues en 2018.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.