Su­jets chauds à l’école

L'Autre Voix - - ACTUALITÉS - JEAN CAR­RIER re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

ÉDU­CA­TION. Le passage de Sé­bas­tien Proulx, mi­nistre de l’édu­ca­tion, du Loi­sir et du Sport, à la chute Mont­mo­ren­cy, a per­mis de don­ner lieu à une dis­cus­sion in­té­res­sante sur la mis­sion édu­ca­tive du Qué­bec.

Le sys­tème d’édu­ca­tion de la Suède et de la Fin­lande fait l’en­vie de plu­sieurs et se classe par­mi les meilleurs au monde. Ré­cem­ment, le sys­tème d’édu­ca­tion fin­nois a dé­ci­dé d’en­le­ver toutes les ma­tières sco­laires pour fa­vo­ri­ser une ap­proche in­ter­dis­ci­pli­naire. Le mi­nistre a bien vou­lu ré­pondre à sa­voir si quelque chose se tra­mait vers cette di­rec­tion. « Il y a des choses qu’on peut uti­li­ser, mais notre réa­li­té est dif­fé­rente. Je pense que comme eux, il faut se di­ri­ger vers une éva­lua­tion sans ré­sul­tat. Ce­la ne veut pas dire qu’ils n’ont pas d’éva­lua­tion, mais je pense qu’on peut éva­luer les élèves sans né­ces­sai­re­ment di­vul­guer les ré­sul­tats. »

Lors d’une cer­taine ré­vo­lu­tion édu­ca­tive, cer­tains pays scan­di­naves ont adop­té comme pre­mière me­sure de re­do­rer le bla­son de la pro­fes­sion d’en­sei­gnant. Au Qué­bec, la va­lo­ri­sa­tion du pro­fes­seur au­rait be­soin d’un coup de main alors que 25% des jeunes pro­fes­seurs aban­donnent en cours de route. « Un pre­mier pas vient d’être ac­com­pli alors que les étu­diants de stage quatre vont être ré­mu­né­rés pour leur tra­vail. C’est quelque chose que je sou­haite voir s’amé­lio­rer, mais ça ne m’ap­par­tient pas uni­que­ment. Il faut faire une ré­flexion so­ciale sur ce qu’on veut du mé­tier d’en­sei­gnant pour le res­pec­ter. Ce­pen­dant, il y a des chan­ge­ments à ap­por­ter dans la for­ma­tion des en­sei­gnants dans la fa­çon de pré­sen­ter la ma­tière aux élèves. »

PLAN NU­MÉ­RIQUE

La vieille garde des en­sei­gnants peut avoir cer­taines ré­ti­cences à uti­li­ser la tech­no­lo­gie. Le mi­nistre et père de fa­mille était vi­si­ble­ment prêt pour la ques­tion. « Il ne faut pas avoir peur du chan­ge­ment. La tech­no­lo­gie ne rem­pla­ce­ra pas la per­sonne à l’avant de la classe. Elle doit ve­nir en sou­tien aux en­sei­gnants pour ame­ner une nou­velle fa­çon de pré­sen­ter la ma­tière. Mes en­fants uti­lisent Net­math et, pour l’avoir es­sayé, je peux af­fir­mer que c’est lu­dique et agréable à uti­li­ser tout en ap­pre­nant. »

Le po­li­ti­cien a ajou­té qu’il faut en ve­nir à un point dans le sys­tème d’édu­ca­tion où les élèves ne se­ront plus des uti­li­sa­teurs de la tech­no­lo­gie, mais qu’ils l’uti­li­se­ront pour in­fluen­cer la so­cié­té. Il a ajou­té qu’il voyait le mé­tier de pro­gram­meur et même d’im­pres­sion 3D ex­plo­ser dans les pro­chaines an­nées.

AC­TI­VI­TÉ PHY­SIQUE

Le der­nier su­jet abor­dé est im­por­tant aux yeux de l’homme au som­met de la py­ra­mide de l’édu­ca­tion. « L’ac­ti­vi­té phy­sique doit aug­men­ter dans les écoles et, je crois qu’il faut spé­cia­le­ment le faire au pri­maire. Il est pri­mor­dial d’in­cul­quer en bas âge de saines ha­bi­tudes de vie. Je crois que ce­la pour­rait ef­fa­cer beau­coup de pro­blèmes liés à la sé­den­ta­ri­té, mais aus­si le dé­cro­chage spor­tif à l’ado­les­cence. Spé­cia­le­ment, chez les filles. » Le pro­gramme Force 4 a été lan­cé pour aug­men­ter l’ac­ti­vi­té phy­sique chez les jeunes au pri­maire en 2017-2018 dans 450 écoles de la pro­vince. Le mi­nistre a sou­li­gné qu’il vou­drait voir le pro­gramme s’étendre à l’en­semble des écoles pri­maires dès l’an­née pro­chaine.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.