Étienne Moi­san et Mar­co Du­bois, les deux in­sé­pa­rables

Com­plices au foot­ball et à l’école

L'Autre Voix - - SPORTS - CHARLES LALANDE re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

FOOT­BALL. Que ce soit à l’école, sur les ter­rains de foot­ball ou à la salle d’en­traî­ne­ment, il est plu­tôt rare de voir Étienne Moi­san loin de Mar­co Du­bois. Et vice-ver­sa.

En ef­fet, en plus d’évo­luer au poste de re­ce­veur au sein du club de foot­ball du Rouge et Or de l’uni­ver­si­té La­val, les deux mes­sieurs de 23 ans dé­cro­che­ront leur bac­ca­lau­réat en Re­la­tions in­dus­trielles à la fin de la pré­sente ses­sion.

«Une chance qu’on s’en­tend bien. Si­non, notre par­cours uni­ver­si­taire au­rait été très long ! » a lan­cé Étienne Moi­san à son co­équi­pier et ca­ma­rade de classe Mar­co Du­bois.

« On est des meilleurs chums, ç’a tou­jours bien été entre nous. On s’en­traide, on est tou­jours là l’un pour l’autre… sauf quand on passe trop de temps à s’obs­ti­ner in­uti­le­ment sur trop de su­jets ! » pour­suit Du­bois qui ad­met avoir une per­son­na­li­té « pres­qu’iden­tique » à celle de son pote.

Lors de leur an­née de re­cru­te­ment, ils avaient fait par­tie d’un contin­gent de huit re­ce­veurs qui s’était ajou­té au ves­tiaire de l’en­traî­neur-chef Glen Cons­tan­tin.

Avec les ré­gu­liers dé­jà en place, ce­la fai­sait plu­sieurs can­di­dats pour seule­ment quatre places sur le ter­rain. Mal­gré tout, à l’ins­tar du groupe des at­tra­peurs de bal­lon, les deux ath­lètes sont tou­jours res­tés de bons amis.

« Aus­si, nous sommes deux re­ce­veurs dif­fé­rents. J’ai un phy­sique fait plus sur le long (6’3 et 222 lbs) et je suis plus ex­plo­sif tan­dis qu’étienne (6’1 et 210 lbs) est plus tra­pu ro­buste et plus agile. Sur le ter­rain, notre contri­bu­tion est dif­fé­rente. »

PAR­COURS UNI­VER­SI­TAIRE

Ori­gi­naire de Saint-eus­tache, Moi­san a at­ten­du trois sai­sons avant d’ob­te­nir un poste de par­tant. Le de­mi in­sé­ré n’a pas ra­té l’oc­ca­sion de se mettre en évi­dence en 2017. L’an­cien des Chee­tahs de Va­nier a cap­té 27 passes pour des gains de 385 verges en huit ren­contres.

« Pen­dant quatre ans, j’ai don­né tout mon temps et mon corps au Rouge et Or, de dire le #84. Je me suis amé­lio­ré à tous les ni­veaux, je suis, entre autres, plus fort, plus ra­pide et plus in­tel­li­gent sur le ter­rain. »

« J’étais ex­ci­té d’avoir ma chance. J’ai sa­vou­ré ces mo­ments. Je suis sa­tis­fait de ma sai­son », dit ce­lui qui au­rait bien échan­gé ses sta­tis­tiques per­son­nelles contre une bague de la Coupe Va­nier, joute que son équipe a per­du 39 à 17 contre Wes­tern.

Quant à Du­bois, un na­tif de Lasalle, il n’a ja­mais été par­tant dans l’échi­quier of­fen­sif. Le pro­duit des Spar­tiates du Cé­gep du Vieux-mon­tréal a pris son mal en pa­tience lors de sa pre­mière sai­son uni­ver­si­taire, n’en­fi­lant son uni­forme qu’à une seule oc­ca­sion.

« Ce­la a al­lu­mé quelque chose en de­dans de moi. L’an­née sui­vante, aus­si­tôt qu’on me don­nait un peu de temps de jeu, je sor­tais toute l’agres­si­vi­té ac­cu­mu­lée l’an­née pré­cé­dente. »

Mal­gré tout, le #88 n’hé­site ja­mais à l’af­fir­mer que : « Joindre le Rouge et Or, une or­ga­ni­sa­tion pro­fes­sion­nelle, a été la meilleure dé­ci­sion de sa vie, que ce soit pour mes études, mes co­équi­piers, mes en­traî­neurs, etc. »

Quelques jours après les cé­lé­bra­tions post-ba­che­lières, un autre évé­ne­ment im­por­tant au­ra lieu : le re­pê­chage de la Ligue ca­na­dienne de foot­ball (LCF), le 3 mai.

De voir Du­bois dans les dis­cus­sions en a sur­pris quelques-uns dû au fait qu’il n’a re­ven­di­qué qu’un seul at­tra­pé l’an der­nier, mais ses qua­li­tés ath­lé­tiques in­triguent les dé­pis­teurs. Il a rem­por­té la ma­jo­ri­té des tests physiques au camp d’éva­lua­tion ré­gio­nal.

Au camp d’éva­lua­tion na­tio­nal, il a ren­con­tré sept des neuf équipes du cir­cuit. Les Lions de la Co­lom­bie-bri­tan­nique et les Alouettes de Mon­tréal sont les seules for­ma­tions à ne pas l’avoir convo­qué en en­tre­vue.

De son cô­té, Moi­san a eu des dis­cus­sions avec tous les clubs, sauf ceux de la Sas­kat­che­wan, de Cal­ga­ry et de la Co­lom­bie-bri­tan­nique. «Tout ce que je veux, c’est par­ti­ci­per à un camp d’en­traî­ne­ment, que ce soit en tant que gars re­pê­ché ou joueur in­vi­té. Ren­du là-bas, je se­rai très confiant et beau­coup de choses peuvent ar­ri­ver. » Ce dis­cours de Moi­san a trou­vé écho chez son al­ter ego.

Le scé­na­rio rê­vé se­rait évi­dem­ment d’abou­tir dans la même équipe, mais étant don­né qu’ils évo­luent à la même po­si­tion, les chances sont faibles. « Ce se­rait la ce­rise sur le sun­dae ! » conclut Du­bois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.