Hausse constante de la va­leur des terres agri­coles

L'Autre Voix - - ACTUALITÉS - RÉNALD LÉTOURNEAU re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

ÉCO­NO­MIE. Fi­nan­ce­ment agri­cole Ca­na­da dé­voi­lait ré­cem­ment que la va­leur moyenne des terres agri­coles au Qué­bec était constam­ment en hausse, ce qui est le signe d’une éco­no­mie agri­cole saine et vi­gou­reuse.

Au pays, la va­leur des terres a aug­men­té de 8,4 % l’an der­nier après avoir connu une hausse de 7,9 % en 2016. Il est à no­ter que le prix des terres agri­coles peut va­rier d’une ré­gion à l’autre se­lon plu­sieurs fac­teurs et que chaque ex­ploi­ta­tion agri­cole est unique.

«Même si ces chiffres sont sé­dui­sants, il faut bien éva­luer les risques et les bé­né­fices avant d’ache­ter ou louer une terre », pré­cise Bian­ca Ca­dieux, conseillère à Dé­ve­lop­pe­ment Côte-de-beau­pré. «Sur la Côte, lors­qu’il y a des pour­par­lers concer­nant notre banque de terres agri­coles, nous uti­li­sons un do­cu­ment pu­blié par le Centre de ré­fé­rence en agri­cul­ture et agroa­li­men­taire du Qué­bec (CRAAQ) ».

Le do­cu­ment dont il est ques­tion aide le pro­prié­taire d’un lot à bien éva­luer sa terre tout en ras­su­rant l’ache­teur ou le lo­ca­taire. Il s’agit d’un do­cu­ment de base qui per­met aux deux par­ties de fa­ci­li­ter les né­go­cia­tions. La pu­bli­ca­tion du CRAAQ in­dique cer­tains taux du mar­ché, ba­sé sur les coûts de pro­duc­tion. Il faut no­ter que plu­sieurs autres élé­ments entrent en consi­dé­ra­tion pour éva­luer une terre, entre autres, sa lo­ca­li­sa­tion, son taux de taxa­tion et sa conduc­ti­vi­té hy­drau­lique.

Même si le taux de crois­sance de la va­leur de plu­sieurs terres agri­coles a fait un bond au cours des der­nières an­nées, il faut de­meu­rer pru­dent. Le Centre d’études sur les coûts de pro­duc­tion en agri­cul­ture (CECPA) col­la­bore ré­gu­liè­re­ment avec les agri­cul­teurs pour qu’ils voient juste dans leurs pro­jec­tions et leurs éva­lua­tions. Ils re­cueillent, au­près d’agri­cul­teurs, des don­nées afin d’éta­blir des coûts spé­ci­fiques à une den­rée.

La hausse de la va­leur des terres agri­coles de la Côte-de-beau­pré ne fait pas ex­cep­tion à celle de la moyenne na­tio­nale. Elle est le re­flet d’un tra­vail constant et d’une étroite col­la­bo­ra­tion entre les prin­ci­paux ac­teurs.

(Pho­to gra­cieu­se­té – Dé­ve­lop­pe­ment Côte-de-beau­pré)

« Même si ces chiffres sont sé­dui­sants, il faut bien éva­luer les risques et les bé­né­fices avant d’ache­ter ou louer une terre ».

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.