Em­bel­lir l’es­pace grâce à l’art

L'Autre Voix - - CULTURE - MO­NA LECHASSEUR re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

RÉ­COM­PENSE. Des concepts in­tel­li­gents, des lieux pu­blics à em­bell ir, des dé­fis créa­tifs… voi­là qui dé­fi­nit bien la vie de l’ar­tiste mul­ti­dis­ci­pli­naire Gior­gia Volpe.

L’ar­tiste vient de rem­por­ter le prix Vi­dere Créa­tion en arts vi­suels pour son ex­po­si­tion Tis­ser l’exis­tant. Pré­sen­tée à l’été 2017 à la Mai­son Ha­mel-bru­neau à Ste-foy et réunis­sant des oeuvres réa­li­sées au cours des quinze der­nières an­nées, cette ex­po­si­tion com­mis­sa­riée par Carl John­son pré­sen­tait des per­for­mances, des des­sins, des sculp­tures, des vi­déos et des ins­tal­la­tions. Cette ex­po­si­tion s’avère en quelque sorte le pre­mier bi­lan de la car­rière de cette ar­tiste au mille et un ta­lents.

« Ce qui m’ins­pire le plus, c’est l’hu­main dans tout son as­pect so­cial, dans sa force et sa fra­gi­li­té, et j’aime le corps qui dia­logue avec son en­vi­ron­ne­ment, ex­plique l’ar­tiste. J’ap­pré­cie aus­si la mémoire sen­so­rielle et af­fec­tive qui construit l’iden­ti­té et les ex­pé­riences que l’on ac­cu­mule. » Mme Volpe dé­tient un bac­ca­lau­réat et une mai­trise en arts vi­suels. « Mais je suis une ar­tiste de ter­rain, et c’est sur­tout l’ex­pé­rience qui a fa­çon­né mon art », s’em­presse-t-elle d’ajou­ter tout sou­rire.

CONCEPTS ORI­GI­NAUX

Ce ter­rain, elle se fait un plai­sir de l’agré­men­ter se­lon les be­soins de ses clients. De­puis quelques an­nées, elle fait des créa­tions pour des lieux pu­blics spé­ci­fiques dans la ville en lien avec l’en­vi­ron­ne­ment, la com­mu­nau­té et le contexte so­cial. Par exemple, elle a créé l’oeuvre ins­tal­la­tive Pas­sage mi­gra­toire qui a été ex­po­sée tout l’été dans Vieux-port de Qué­bec. On pou­vait y voir des ca­nots évo­quant entre autres le pré­sent et le pas­sé par l’idée de la mi­gra­tion et son in­fluence sur la for­ma­tion de notre so­cié­té.

C’est éga­le­ment Mme Volpe qui est der­rière l’oeuvre La grande ma­nu­fac­ture, une sta­tion du spec­tacle dé­am­bu­la­toire Où tu vas quand tu dors en mar­chant, réa­li­sé par le Car­re­four in­ter­na­tio­nal de Qué­bec.

Elle a éga­le­ment dé­fi­ni le concept de l’oeuvre Ter­ri­toire tex­tile, un pro­jet d’art pu­blic s’ins­cri­vant dans une dé­marche de mé­dia­tion cultu­relle et réa­li­sé en col­la­bo­ra­tion avec des par­ti­ci­pantes des Cercles de Fer­mières de Val Bé­lair, Lo­ret­te­ville et St-ra­phaël de l’ar­ron­dis­se­ment de la Haute-saint-charles. Il consis­tait à trans­po­ser l’image pho­to­gra­phique du ter­ri­toire par la jux­ta­po­si­tion des formes et des re­liefs des lieux. On y voit donc le ter­ri­toire de la Haute St-charles en 3D : la ri­vière St-charles, les fo­rêts, les champs, les rues, les mai­sons, les édi­fices pu­blics et mu­ni­ci­paux. « Dans tout pro­jet, c’est vivre le pro­ces­sus de la créa­tion de l’oeuvre qui m’in­té­resse le plus ! » Les ama­teurs peuvent al­ler voir l’oeuvre pu­blique à la Bi­blio­thèque Fé­lix Le­clerc si­tuée à Val Bé­lair.

(Pho­to Mé­tro Mé­dia – Pierre Do­rion)

L’oeuvre Ter­ri­toire tex­tile a été réa­li­sée avec les par­ti­ci­pantes des Cercles de Fer­mières de Val Bé­lair, Lo­ret­te­ville et St-ra­phaël.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.