Une North­man Race en­core plus im­pres­sion­nante

Le taux de par­ti­ci­pa­tion de l’édi­tion 2018 de­vrait dou­bler ce­lui de 2017

L'Autre Voix - - SPORTS - PIER-ALEXANDRE LÉ­VESQUE re­dac­tion_­que­bec@tc.tc

COURSE. Jus­trun In­ter­na­tio­nal, un col­lec­tif qué­bé­cois oeu­vrant dans l’évè­ne­men­tiel spor­tif, lan­ce­ra sa sai­son 2018 avec la très at­ten­due North­man Race, le sa­me­di 19 mai au Mont-sainte-anne. Vous ai­mez l’époque des bu­che­rons, cet évé­ne­ment est pour vous !

En pre­nant le dé­part de la North­man Race, vous de­vez vous at­tendre à de­voir lan­cer une hache, à scier un billot de bois ou en­core à faire de la drave, tout en par­cou­rant un sen­tier si­nueux. Vous de­vrez faire preuve d’agi­li­té, d’équi­libre et de force. Pour l’olym­pien et porte-pa­role pour la ré­gion de Qué­bec Marc-an­dré Bé­dard, « vous al­lez re­tour­ner à vos ra­cines d’an­tan ».

Tout a été pen­sé à la ma­nière d’au­tre­fois pour cet évé­ne­ment. Les obs­tacles sont pen­sés en consé­quence du tra­vail que de­vaient ac­com­plir les bu­che­rons. Marc-an­dré Bé­dard, qui a créé le de­si­gn du par­cours, a étu­dié pen­dant 9 mois ce qu’était la vie par le pas­sé afin de s’en ins­pi­rer pour le concept de la course.

L’an der­nier, près de 800 cou­reurs ont par­cou­ru les ki­lo­mètres. Cette an­née, l’or­ga­ni­sa­tion s’at­tend à re­ce­voir 1 400 cou­reurs, un chiffre «ex­tra­or­di­naire» se­lon Marc-an­dré Bé­dard. Il y au­ra trois vo­lets de la North­man Race. Un pre­mier au style plus par­ti­ci­pa­tif don­nant la chance de re­le­ver un dé­fi per­son­nel. Le se­cond, un vo­let com­pé­ti­tif, se dé­rou­le­ra en après-mi­di et les dif­fé­rents ga­gnants de cette vague au­ront la chance de se clas­ser pour le cham­pion­nat mon­dial de course à obs­tacles. Nouveauté cette an­née, le dé­fi ul­time North­man Ma­ra­thon, où les par­ti­ci­pants de­vront par­cou­rir une dis­tance de 42km tout en af­fron­tant les obs­tacles mis de­vant eux.

DES MÉDAILLES FAITES DE MAIN D’HOMME

Il va de soi que les médailles re­mises aux par­ti­ci­pants soient dignes du temps des bu­che­rons. Marc-an­dré Bé­dard les confec­tionne à par­tir de son ate­lier. « Les mor­ceaux de bois ont été soi­gneu­se­ment choi­sis. Les im­per­fec­tions rendent les médailles en­core plus uniques», in­dique ce­lui qui illustre les ré­com­penses au fer chaud en les en­dui­sant par la suite de ver­nis.

Après une car­rière en bi­ath­lon, al­lant même jus­qu’aux Jeux olym­piques de Van­cou­ver en 2010, Marc-an­dré Bé­dard, sur­nom­mé « North­man » au sud de la fron­tière ca­na­dienne en rai­son de sa che­mise à car­reaux et de sa barbe, se dit fier de la course nom­mée en l’hon­neur de son so­bri­quet. « Mon grand-père a tra­vaillé dans un camp de bu­che­rons. Je suis heu­reux de pou­voir ins­pi­rer les gens à vivre de leurs mains le temps d’une course, c’est un peu comme re­ve­nir dans le temps », ter­mine ce­lui qui court en­core pour gar­der la forme.

(Pho­to Mé­tro Me­dia – Pier-alexandre Lé­vesque)

Marc-an­dré Bé­dard, ori­gi­naire de Qué­bec, tra­vaille de ses mains pour confec­tion­ner les médailles qui se­ront re­mises aux par­ti­ci­pants.

(Pho­to Mé­tro Mé­dia – Pier-alexandre Lé­vesque)

Seules les ron­delles de bois ne sont pas l’oeuvre des mains de Marc-an­dré Bé­dard.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.