Mas­son-an­gers se met en lu­mière

Le Bulletin - - ACTUALITÉS - LOUIS-CHARLES POU­LIN louis-charles.pou­lin@tc.tc

ILLU­MI­NA­TION. Plus de 1000 ci­toyens ont as­sis­té à l’évé­ne­ment «Lu­mière et son du si­lence» qui était pré­sen­té dans le cadre du 150e de la Con­fé­dé­ra­tion, sa­me­di soir, dans le sec­teur Mas­son-an­gers.

C’est avec un casque d’écoute sur la tête qu’ils ont dan­sé sur les grands suc­cès des an­nées dis­co pour en­suite ri­ver leurs yeux vers les deux «gar­diennes» de Mas­son-an­gers pour les voir s’illu­mi­ner. Grâce à des mil­lions de lu­mières DEL, les deux che­mi­nées d’équi­libre de la cen­trale hy­dro­élec­trique d’éner­gie Brook­field se­ront do­ré­na­vant vi­sibles au loin de plu­sieurs couleurs, no­tam­ment rouge, bleu, vert, et ce à tous les jours au cré­pus­cule. La Cor­po­ra­tion de dé­ve­lop­pe­ment Tou­ris­tique Basse-lièvre (CDTBL), qui or­ga­ni­sait l’évé­ne­ment, est bien heu­reuse du ré­sul­tat.

«Le plus beau de ce pro­jet, c’est qu’il res­pec­tait en­tiè­re­ment la mis­sion des cé­lé­bra­tions du 150e, soit de lais­ser quelque chose de tan­gible à la po­pu­la­tion et à notre sec­teur», a ex­pli­qué la pré­si­dente de la CDTBL Isabelle Cha­put. «Ce lègue, c’est le rappel de l’im­por­tance de ces che­mi­nées. C’est un joyau du pa­tri­moine, c’est notre iden­ti­té, une fier­té et une struc­ture em­blé­ma­tique en­core debout après toutes ces an­nées de construc­tion solide qui nous ca­rac­té­rise tous. Ces tours ju­melles sont la porte d’en­trée de Ga­ti­neau dans l’est. Chaque an­née, nous leur re­don­ne­rons leur no­blesse en re­con­nais­sant leur va­leur et leur uti­li­té», a fait sa­voir Mme Cha­put qui as­sure que le CDTBL mè­ne­ra d’autres pro­jets dans le fu­tur pour faire rayon­ner le sec­teur.

Le conseiller mu­ni­ci­pal de Mas­son-an­gers, Marc Car­rière, a qua­li­fié cette jour­née d’his­to­rique pour son sec­teur. Lors de son dis­cours, il a ren­du hom­mage aux deux ve­dettes de la soi­rée. «Ce soir c’est notre chance d’illu­mi­ner notre dy­na­mique sec­teur, Mas­so­nan­gers, en pro­je­tant de la cou­leur sur nos gar­diennes ju­melles, nos che­mi­nées d’équi­libre, celles qui nous pro­tègent de­puis plus de 80 ans. Elles n’ont peut-être pas réus­si à frei­ner la der­nière crue des inon­da­tions, mais elles se dressent, comme vous tous, fières et droites comme le pre­mier jour. Elles ont un oeil ri­vé sur le pas­sé, le pré­sent, mais main­te­nant sur­tout vers l’ave­nir», a men­tion­né M. Car­rière qui ajoute que cet évé­ne­ment «n’est que le dé­but» pour Mas­son-an­gers qui conti­nue­ra de se mettre en va­leur dans le fu­tur avec d’autres pro­jets.

Le maire de la Ville de Ga­ti­neau, Maxime Ped­neaud-jo­bin, a lui aus­si sou­hai­té longue vie aux deux tours. «Avec cette illu­mi­na­tion-là, elles vont de­ve­nir un sym­bole pour tout l’ou­taouais et on en est fiers. Il faut se rap­pe­ler qu’à l’époque où elles ont été construites, c’était un ex­ploit technologique qui a été fait sous la com­pa­gnie Ma­cla­ren et c’est im­por­tant de mettre cette his­toire-là en va­leur puisque Mas­son et Bu­ckin­gham sont nés grâce à cette com­pa­gnie. Ça nous per­met de nous plon­ger dans notre his­toire et de voir que ça fait longtemps qu’on est bon à l’est [de la ville]», a-t-il lan­cé en pré­ci­sant que les che­mi­nées d’équi­libre se­ront vi­sibles main­te­nant jus­qu’à Plan­ta­ge­net.

La co­pré­si­dente du Co­mi­té du 150e et pré­si­dente de Tou­risme Ou­taouais, Ma­nue­la Teixei­ra, a pris la pa­role pour louan­ger l’ori­gi­na­li­té de l’évé­ne­ment. «On a re­çu plu­sieurs pro­jets et le pro­jet de ce soir est ce­lui qui a re­çu le plus gros poin­tage au mo­ment de se qua­li­fier par­mi les pro­jets re­te­nus pour Ga­ti­neau 2017», a-t-elle men­tion­né. La re­pré­sen­tante d’éner­gie Brook­field, Ju­lie Cha­gnon, a fait sa­voir que l’en­tre­prise était heu­reuse de per­mettre l’illu­mi­na­tion de ses ins­tal­la­tions. «C’est un pro­jet qui sort des sen­tiers bat­tus», a-t-elle in­di­qué.

Un autre élé­ment de la soi­rée qui sor­tait des sen­tiers bat­tus est l’uti­li­sa­tion d’écou­teurs pour en­tendre le spec­tacle de Dis­co Fe­ver Ex­pe­rience qui a fait dan­ser pe­tits et grands, pen­dant en­vi­ron 1h30, en in­ter­pré­tant les po­pu­laires suc­cès des an­nées 70 et 80. Le groupe com­po­sé de 13 ar­tistes a ado­ré se don­ner en spec­tacle pour les ci­toyens de Mas­son-an­gers. «De voir tout le monde dan­ser avec des écou­teurs al­lu­més de dif­fé­rentes couleurs, ça nous a don­né énor­mé­ment d’éner­gie. Ça ne dan­sait pas juste de­vant la scène, mais par­tout sur le ter­rain», fait sa­voir le membre fon­da­teur du groupe, Syl­vain Mer­cier, qui li­vrait ce type de spec­tacle «sans dé­ci­bel» en pri­meur aux gens du sec­teur. «C’est mis­sion ac­com­plie pour tout le monde», conclut ce­lui qui a gran­de­ment ap­pré­cié l’évé­ne­ment.

(Photo TC Media – Louis-charles Pou­lin)

Un autre élé­ment de la soi­rée qui sor­tait des sen­tiers bat­tus est l’uti­li­sa­tion d’écou­teurs pour en­tendre le spec­tacle de Dis­co Fe­ver Ex­pe­rience qui a fait dan­ser pe­tits et grands. .

(Photo TC Media – Louis-charles Pou­lin)v

Grâce à des mil­lions de lu­mières DEL, les deux che­mi­nées d’équi­libre de la cen­trale hy­dro­élec­trique d’éner­gie Brook­field se­ront do­ré­na­vant vi­sibles au loin de plu­sieurs couleurs, no­tam­ment rouge, bleu, vert, et ce à tous les jours au cré­pus­cule.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.